CSV et BERA

La CSV et le BERA…

Lors de la préparation d’une sortie hivernale, le BERA est l’élément principal de la CSV. C’est la porte d’entrée d’une première perception de la réalité nivologique que nous allons rencontrer sur le terrain.

Plus les informations du BERA seront clairs et mieux elles pourront être comprise et intégrer à la planification de la sortie.

Il ne suffit donc pas seulement de savoir lire le BERA mais également de le comprendre et enfin (surtout) de pouvoir précisément poser cette connaissance sur le papier et le croquis de la CSV. 

 L’enjeu de consulter le BERA est bien cette contextualisation des informations sur la cartographie d’une sortie.

CSV et BERA
Pour une meilleure perception de la localisation spatiale des risques d'avalanche, une illustration très pertinente. Crédit : "Avalanches - Comment réduire le risque" Descamps & Moret
CSV et BERA

Un article récent paru dans Skirando Mag n° 47, rédigé avec les prévisionistes de Météo France apporte beaucoup d’informations générales. Mais il est également nécessaire d’ouvrir le débat, par exemple avec un ancien article d’Olivier Mansiot*, et en réfléchissant à nos besoins en tant qu’usagers d’un service public (* à retrouver sur le site de l’ANENA).

BERA
L'article de skirando Magazine, à retrouver sur le site. Crédit Skirando Mag.

Un article sur le site de l’ANENA…

« Détermination de l’indice du risque d’avalanche dans le BRA » : Gilles BRUNOTMétéo-France Chamonix, avec cette conclusion du CEN : « En conclusion, le B.R.A. est un outil d’aide à la décision qui résulte d’un compromis entre plusieurs contraintes fortes (complexité d’estimation d’un risque, forme et nature de la communication, besoins d’utilisateurs très variés). De nombreuses pistes d’améliorations existent et le dialogue qu’entretient Météo-France avec la communauté des utilisateurs du B.R.A permettra de continuer à améliorer cet outil. »

Deux articles en ligne sur alpinemag…

Encore à compléter…

Lire le BERA.

Bien sûr, le lire en entier et ne surtout pas rester bloqué sur le chiffre du risque. Pour ma part, j’ai décidé de ne plus parler en chiffre, en utilisant uniquement la terminologie des types de risque (Faible, Limité Marqué, Fort et Très Fort).

Mais aussi, pas de lecture du BERA sans connaissance de base de la nivologie (cristaux/métamorphoses/plaques/avalanches). Car certains mots utilisés, par exemple pour les strates fragiles, nécessitent l’usage de mots précis.

Après une longue période durant laquelle l’enseignement des cristaux a été mise de côté, il semble de plus en plus indispensable, actuellement, que chaque participants/pratiquants connaissent les bases de la nivologie pour acquérir un langage commun scientifique et pouvoir discuter de neige sur le terrain et durant le phases de prises de décision en commun. C’est la seule manière de comprendre le BERA et principalement les structures de plaque et les strates fragiles.

Concrètement… Les situations d’avalanche typiques doivent être identifiées le mieux possible avec leurs localisations et exprimées avec des mots précis.

Crédit : https://alpinemag.fr/la-perfection-du-flocon/ par Ludovic Ravanel, le 9 Février 2022.

Contextualiser le BERA dans la CSV.

C’est tout l’intérêt de la CSV, cette obligation de donner une dimension locale, concrète du BERA, à des informations construites initialement pour une globalité. C’est porter une attention particulière au terrain : l’orientation, l’altitude, la pente; et y poser le plus précisément possible notre analyse du BERA.

Plus nous serons capable de représenter sur un schéma cette analyse nivologique, plus sur le terrain, notre observation sera pertinente, précise. Soit pour confirmer les informations initiales du BERA, soit pour les compléter ou même parfois les invalider.

C’est un exercice difficile, qui demande du temps et de l’apprentissage.

CSV et BERA
Une avalanche, sur un itinéraire que je fréquente assez souvent à la Petite Buffe, "la rampe à Régis".

Le risque MARQUÉ, une réalité multiple et complexe.

Il est nécessaire d’approfondir nos connaissances sur la nature de ce risque MARQUÉ, qui marque une frontière par rapport aux autres niveau de danger.

Encore à compléter…

BERA le risque marqué
La définition du risque MARQUÉ.

L’attention portée aux pentes mentionnées dans le BERA.

Avec des précisions tirées de la littérature helvétique…, d’après : « On the correlation between the forecast avalanche danger and avalanche risk taken by backcountry skiers in Switzerland » Winkler/Techel/Schmudlach, 2021.

Classique : « Plus la pente est raide, plus le risque est élevé. Les accidents se produisent le plus souvent dans des pentes d’environ 36° (inclinaison moyenne sur les 60 m supérieur de l’avalanche).

Plus complexe : Le niveau de danger ne s’applique qu’aux pentes mentionnées dans le bulletin d’avalanche en ce qui concerne l’altitude, mais aussi l’exposition. Le risque y est six fois plus élevé que dans les autres pentes. La règle de base selon laquelle le danger est inférieur d’un degré aux autres expositions et altitudes est toujours valable (éventuellement deux degrés quand les deux critères se cumulent). » On parle de zone coeur du risque.

Nouvelles conclusions de l’institut Suisse de l’étude de la neige et des avalanches (in Les Alpes 02/2022)

Suite à une étude statistique portant sur de nombreuses avalanches et le nombre d’accidents en fonction du risque annoncé à permis de remettre en question une idée très prégnante chez nos amis helvétiques.

« Le risque d’avalanche est multiplié par quatre entre un degré de risque et le suivant ». Alors que jusqu’à présent, cette incidence a été sous-estimé : on supposais généralement qu’il doublait (W. Munter, 3×3 avalanche, 1997. SLF aide à l’interprétation du bulletin d’avalanche, 2021).

Et un avis de Marcel KRAAZ ( chef du domaine populaire du CAS) dans la même revue au sujet de ce changement d’échelle. « Je garde comme référence le bulletin d’avalanche et la méthode de réduction graphique pour la planification et sur le terrain. Pour « être du bon côté », cependant il faudrait interpréter avec prudence le danger annoncé par le bulletin d’avalanche. Et il ne faut pas oublier de toujours écouter ses tripes »…

Pour ma part : il est intéressant de mieux comprendre l’enseignement de la nivologie en Suisse et les réalités de terrain. Je ne sais pas vraiment quoi faire de la méthode de réduction graphique, et des autres méthode de réduction de Munter.

Comment améliorer le BERA de Météo France ?

Voici un chapitre qui n’est pas du tout aborder par l’article cité en introduction dans Skirando Mag. Pourtant, il est indispensable que le BERA évolue, s’améliore dans sa rédaction et dans sa présentation, pour que sa lecture et son utilisation soient optimisées pour ses usagers. Notre préparation sur le terrain n’en sera alors que plus pertinente.

Par exemple :

  • sur l’utilisation des pictogrammes pour les situations avalancheuses,  
  • ou une écriture sécurisée.
  • ….

Et vous ?

  • Comment utilisez-vous le BERA ?
  • Comment l’incluez-vous dans votre CSV ?
  • Avez-vous des suggestions, des remarques ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *