les modes de vigilances

Cristal dans la CSV, une intégration naturelle et adaptée…

Le mot Vigilance, dans le nom de la CSV vient directement de la Vigilance Encadrée (développée par Alain Duclos), suite aux publications de Mac Cammon. C’est un concept qui est devenu familier comme outil d’aide à la décision grâce à une présentation relativement claire. 

Mais sa mise en oeuvre sur le terrain reste problématique pour beaucoup de leaders. Il manque une dimension opérationnelle, un mode d’emploi, à la fois pour la préparation de la sortie et sur le terrain

C’est ce qu’a apporté la CSV : une mise en oeuvre structurée qui se déroule durant toutes les phases de la sortie (avant, pendant et après) en y apportant au passage une véritable réflexion et une plus value pédagogique, et surtout une prise en compte des facteurs humains.

Si la Vigilance Encadrée se positionne en cohérence avec le 3×3 historique, la CSV a clairement fait le choix d’intégrer le débriefing et la capitalisation avec un 3×4 Itératif (voici l’article dédié).

Mais aussi, la Vigilance Encadrée s’adresse en priorité aux leaders, alors que la CSV est un outil du Faire Ensemble qui cherche à équilibrer les notions de Leadership et de Membership, en s’intéressant en priorité aux interactions et aux fonctionnements du groupe. Et donc, tous les facteurs humains en oeuvres dans une prise de décision complexe….

Et surtout, la Vigilance Encadrée (et donc la nivologie) n’est qu’un élément parmi d’autres d’une préparation avec la CSV, elle a initié la représentation graphique de l’itinéraire grâce a un code couleur et une dénomination de différents modes de vigilance nivologique. Ce code couleur et ces dénominations ont été facilement transposés à ces autres vigilances. C’est ce que nous avons fait pour la vigilance Glacier et Risque de chute, ou encore Alpinisme.

vigilances et pédagogie

Ce qu'apporte la vigilance encadrée, renommée Cristal.

6 paramètres observables sur le terrain et a réfléchir en préparation. BERA, pente, avalanches, redoux, surcharges et couches fragiles. Deux remarques : 

  • Plus ou moins facile à « observer » : tous ces paramètres ne nécessitent pas la même expertise. 
  • Certains sont peut être à reconsidérer et la plupart se retrouvent à différents endroits de la CSV (comme par exemple, dans la case Stop/Think & Share).

4 modes de vigilance à adopter par le leader selon les paramètres observables. C’est le point focal de l’approche Vigilance encadrée, qui permet d’identifier les comportements du leader dans les différents modes de vigilance :

  •  je contourne le danger en mode MÉFIANT 
  • je réduit le risque en mode ALERTÉ

mode de vigilance et pédagogie
La représentation des 4 modes de vigilance.
mode de vigilance et pédagogie
Le triangle inversé des vigilances. Une manière différente de présenter les vigilances dans la CSV, avec surtout un éclairage de la posture du leader. La première version de Mai 2020, après le premier confinement...

La CSV et les trois modes de vigilance Nivologie dans la préparation.

Dans un premier temps, il s’agit de représenter schématiquement les formes du relief avec les pentes à 30° dans lesquelles se déroule éventuellement la sortie. Puis, cet itinéraire est séparé en sections bien identifiées en fonction du terrain. C’est la qualification d’une pente donnée en fonction de la situation nivologique qui déterminera le mode de vigilance.

Il s’agit bien évidemment des modes DETENDU, MÉFIANT et ALERTÉ. Le mode HASARDEUX a été volontairement écarté de cette phase de préparation.

Le mode de vigilance DÉTENDU, en vert.

Ce mode est bien évidemment le plus fréquent et il est particulièrement agréable d’évoluer sans contrainte nivologique. De pouvoir dire, qu’ici et maintenant, avec ce que l’on observe, ce que l’on sait et ce que l’on ressent, il n’y a PAS de risque d’avalanche. Cette situation devrait être obligatoire pour une sortie d’initiation, ou avec des personnes peut engagées dans l’activité.

C’est également le lieu idéal pour l’enseignement, pour partager une première expérience de lead alterné ou pour apprendre à faire la trace. Pour le leader, c’est éventuellement un espace d’expérimentation, de « Laisser Faire » très riche en interactions au sein du groupe. Et, pour les personnes qui persistent à penser et à clamer que le risque zéro n’existe pas, peut être faudrait-il questionner le sens (social) de cette affirmation. Peut être, est-il plus intéressant/enrichissant de se concentrer sur la pertinence de notre analyse et de la partager avec tous les participants que de se cacher derrière une phrase très consensuelle ?

Faire en sorte que le groupe reste ensemble n’est pas simple dans ce mode DÉTENDU et demandera une forte implication de chacun. Et pour les personnes expérimentées qui rêvent de réaliser des courses engagées, ce mode DÉTENDU est le signe de « bonnes conditions » qui demandent souvent un peu de patience pour être réunies. C’est donc le mode de vigilance à privilégier le plus possible, en choisissant le bon objectif, au bon moment et avec les bonnes personnes

Le mode de vigilance MÉFIANT, en jaune.

Durant la phase de préparation, ce mode de vigilance est indiqué sur le schéma de la CSV avec la couleur jaune et il s’agit d’éviter, de contourner les zones à risques (pentes à 30° et BERA défavorable) par un cheminement adapté. Il s’agit donc également d’une vigilance cartographique identifiée par des épingles (waypoint) bien placées sur les IphiGéNie de chaque participant.

Sur le terrain, si l’itinéraire est respecté grâce à une attention cartographique précise, ce mode de vigilance MÉFIANT nivologique se transforme en mode DÉTENDU.

Mais forcément, la posture du leader (éventuellement pédagogique) et l’espace d’évolution du groupe sera différent du mode DÉTENDU classique car une autre vigilance sera en action et clairement identifiée et conscientisée par tous.

Le mode de vigilance ALERTÉ, en rouge.

La couleur rouge utilisée pour représenter le mode de vigilance ALERTÉ devrait fortement nous éclairer sur la complexité de cette situation !

Les pentes traversées (ou au-dessus de nous) sont souvent à plus de 30° et durant la préparation les informations du BERA (souvent un risque Marqué ou Fort) nous informent sur l’activité avalancheuse possible (ou non) dans ce lieu précis. Il s’agit bien d’une contextualisation de ce BERA, et non pas d’une simple lecture ou compréhension.

Heureusement, les pentes à 30° ne sont pas systématiquement synonyme d’un mode Alerté. Encore faut-il que la situation nivologique (estimée dans le BERA ou analysée sur le terrain) soit active à cette endroit précis. Sur le terrain, notre analyse de la situation nivologique se complète par une prise en compte des formes du relief, qui peuvent parfois être propices à des accumulations, ou au contraire permettre un cheminement plus sûr. Certaines situations en mode ALERTÉ peuvent être relativement simples à analyser mais d’autres sont beaucoup plus complexes. 

  • Notre analyse de la situation est-elle alors pertinente ? 
  • La situation est-elle compréhensible pour tous les participants ?
  • L’analyse factuelle est-elle suffisante ? 
  • Que faire de nos ressentis, de nos émotions in situ (en tant que leader ou participant) ?
  • Sont-elles en phase avec notre analyse factuelle, notre préparation ?

La logique de la réduction du risque n’est-elle pas illusoire dans certaines situations, dans un sens (des précautions inutiles) comme dans l’autre (des conséquences dramatiques) ?

À ce jour, nous nous interrogeons sur la frontière entre ce mode ALERTÉ et celui d’HASARDEUX, dans lequel nous ne voulons absolument pas basculer.

  • La question n’est peut être pas de comment réduire le risque mais de se questionner sur le sens de cette question, quand nous décidons de prendre des distances. 
  • La CSV dans sa phase de préparation peut-elle nous aider à mieux construire nos prises de décision, en laissant plus de place aux ressentis, aux émotions de chacun ?

En conclusion… Une pratique du ski de randonnée plus raisonnée en évitant ce mode ALERTÉ complexe ne serait-elle pas préférable ? 

Il nous semble que cette réflexion est en cohérence avec le concept de « Résilience » récemment développé par Maud Vanpoulle. Assurément une question à approfondir dans le cadre de la CSV.

Pour quand même parler du mode HASARDEUX…

La CSV étant une représentation graphique de la préparation d’une sortie, le mode HASARDEUX n’existe pas dans la CSV ! Car il est inconcevable d’imaginer réaliser un itinéraire avec une section avec un tel risque d’incertitude, d’aléas, d’incompréhensions. Sur le terrain, jouer à la roulette russe n’est pas acceptable. 

Le point de décision identifié et positionné précisément lors de la préparation (les Stop, Think and Share) reste le point clef décisionnel pour ne pas basculer dans ce mode éminemment dangereux. 

Juste un rappel d’un point capital du mode ALERTÉ : la décision possible d’un renoncement est d’emblée identifiée et acceptée à cet endroit, durant la préparation et par le groupe. La décision restera a valider sur le terrain, par l’observation de certains des 6 paramètres de Cristal, définis dans la préparation.

Notre représentation des différents modes de vigilance nivologique est un triangle inversé et ne comporte pas ce mode HASARDEUX.

mode de vigilance et pédagogie
Le triangle inversé des vigilances. Une manière différente de présenter les vigilances dans la CSV, avec surtout un éclairage de la posture du leader. La première version de Mai 2020, après le premier confinement...

Ce triangle inversé est également un moyen de questionner la posture du leader d’un point de vue pédagogique, en fonction des différents mode de vigilance. Ce sera donc le sujet d’un prochain article.

A bientôt…

Paulo Grobel & Philippe Cabanal, fin avril 2022

Et une dernière précision, à ce jour, nous n’avons pas suffisamment utilisé SYNTHESIS, un nouvel outil sur la plateforme de Data-Avalanches.org qui permet d’accéder à une large base de données d’informations sur les avalanches. A priori, SYNTHESIS pourrait être intégrer à la case prise d’information/ BERA de la CSV lors de la préparation. A suivre donc…

Pour tout savoir sur cet outil, visionnez cette vidéo de 7 minutes… !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.