la vigilance alpinisme en CSV

CSV, de la vigilance « risque de chute » à la vigilance « Alpinisme ».

Quelle définition et quelle représentation de ces « autres vigilances »sur le schéma de la Carto des Vigilances.

Nous voici dans deux types de vigilance très éloignés de la nivologie. Si la situation concrète qui caractérise ces vigilances peut être analysée et décrite précisément par des caractéristiques physiques (la pente et l’orientation, sa morphologie, son caractère exposé) il n’en va pas de même pour ce qu’elles provoquent auprès des différents participants et pour le groupe.

Comme pour la vigilance neige et les avalanches, les représentations mentales, les émotions, le ressenti sont éminemment personnels et d’une grande complexité, d’une grande richesse aussi. Nous sommes au cœur des facteurs humains et de la dimension sociale, groupale de l’activité montagne en milieu enneigé.

La vigilance « risque de chute (ou de glissade).

  • Peut-on qualifier de « raide » une pente à plus de 30° ?
  • Peut-on utiliser ce seuil, cette donnée pour identifier un passage pouvant présenter un risque de glissade, de chute ? À la montée, ou à la descente.
  • À priori OUI, pour les deux questions…

Bien évidemment, les conditions de neige de l’instant, imaginées lors de la préparation ou observées sur le terrain, sont capitales. Tout le monde connait ou imagine la réalité d’une pente à plus de 30° en neige dure ou gelée, ou pire, verglacée. 

CSV et la vigilance alpinisme
Nous descendons tranquillement le Col des Neige, sans corde. Faut pas s'en mettre une ! De quoi questionner la notion d'engagement et de responsabilité.

La notion d’exposition.

C’est la conséquence d’une chute ou d’une glissade. Elle peut être sans conséquence, ou au contraire plus ou moins traumatisante ou même dramatique.

Il est très simple d’utiliser la qualification et les trois couleurs maintenant classiques de la CSV.

  • Le vert pour une vigilance « risque de chute », qui peut être limité.
  • Le jaune pour un mode Méfiant, car plus exposé.
  • Le rouge pour un mode Alerté, où la chute est interdite.

Si cette vigilance « risque de chute » peut être identifiée durant la préparation, c’est sur le terrain que les différences entre ces trois modes seront les plus visibles.

La notion d'engagement.

Voici un facteur éminemment personnel ! (Mais pas que…)

Face à une situation donnée, notre capacité à nous engager (ou non) dans un passage, « à risquer notre vie » (ou notre intégrité) est un élément clef de la pratique de la montagne, qu’elle soit hivernale ou estivale. Cette notion d’engagement a été mainte fois questionné et débattu dans la littérature de montagne.

Identifier un passage exposé, l’analyser et prendre décision d’y aller ou pas, de s’engager ou pas est à la fois une question individuelle et groupale. Le challenge de prendre la bonne décision est bien évidement central, pour le leader comme pour les participants. Et pouvoir aborder ce sujet, sereinement (!?), durant la préparation de la CSV devrait faciliter la prise de décision, l’organisation et le vécu du groupe sur le terrain.

CSV et la vigilance chute
En passant le Col des Neiges, ce jour là, la trace est bonne mais l'exposition est bien réelle.
la CSV et la vigilance alpinisme
Pas de doute, les conditions ne sont pas très bonnes. Nous venons de descendre le col de la Casse Déserte. Nous voici dans le monde du ski alpinisme. Forcément les compétences ont changé.

La vigilance « Alpinisme ».

C’est la suite logique d’un mode MÉFIANT ou ALERTÉ de la vigilance « risque de chute ».

Quand les conséquences d’une chute sont trop importantes, il est alors nécessaire d’avoir recours à du matériel technique d’alpinisme comme les crampons ou la corde. Il existe de multiples possibilités dans l’utilisation de ce matériel. Plus on utilise de matériel et de techniques, plus on réduit l’exposition d’un passage. C’est l’observation du terrain (et, durant la préparation l’analyse des informations disponibles), qui détermine le type de vigilance et le matériel a utiliser.

Voici une première proposition de représentation.

  • Avec les crampons et éventuellement le piolet, mais sans utilisation de la corde. Donc plutôt DÉTENDU, en vert.
  • Avec utilisation ponctuelle de la corde, ou en corde courte. MÉFIANT et donc dessiné en jaune.
  • En utilisant la corde pour une évolution en longueurs, ou en rappel. Forcément ALERTÉ et en rouge.

Pour matérialiser ces types de vigilance « risque de chute ou Alpinisme » sur le croquis de la CSV, il sera parfois nécessaire d’écrire clairement, en + de la couleur, le mode de vigilance identifié. Même si, à priori, la vigilance nivologique devrait être en mode DÉTENDU, sur la section concernée.

CSV et vigilance alpinisme
En descendant le Col du Pavé. C'est un peu raide et les conditions sont pas top. Nous avons décidé d'utiliser la carde pour descendre avec une main-courante. Forcément nous mettrons plus de temps, avec une organisation complexe...

Les facteurs humains et les vigilances « Risque de chute » et « Alpinisme ».

Les facteurs humains sont très présents dans ces deux vigilances.

Pour le risque de chute, une préparation très précise peut faciliter l’expression des inquiétudes, des difficultés et des compétences de chacun, pour favoriser également une collaboration entre les participants. 

Dans la vigilance Alpinisme, le fonctionnement du groupe est profondément impacté par l’utilisation de la corde (main-courante, rappel) et une progression encordée, avec encore plus d’importance pour les connaissances et les savoir-faire de chacun.

Dans la CSV et le Faire Ensemble, la mise en perspective des différentes vigilances (cartographie, risque de chute, terrain glaciaire, alpinisme) en complément de la vigilance nivologique, et la possibilité de mieux prendre en compte les facteurs humains permettent d’avoir une vision plus globale des activités hivernales et de rendre l’organisation d’une sortie plus fiable. 

La question est de mieux comprendre les « interactions entre ces différentes vigilances ». 

  • Certaines viennent-elles en occulter d’autres à certains moments ? 
  • Et quel est l’impact de ces interactions sur nos décisions ?

L’expérience que nous avons vécu lors de la GTA 2022, et décrit dans ce RETEX sur mon site, illustre ce questionnement.

Et je vous invite également à parcourir cette page dédiée à la Vigilance Glacier, qui parfois s’invite au côté de la vigilance  Alpinisme.

CSV et la vigilance alpinisme
Lors du dernier raid autour de la Grande Ruine, un exemple de CSV qui a conforté les réflexions sur les autres vigilances. Une très belle expérience avec mes voyageurs...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *