• « Premier 7000 », l’Himlung Himal au Printemps 2016

     him14_65

    Au Népal, dans la vallée de Phu, l’Himlung Himal est l’un des sommets de 7000 m les plus abordables de l’Himalaya Népalais… (Juste après la Putha Hiunchuli )

    Une première visite, il y a bien longtemps, en 2002, c’était soldée par une belle réussite, une première pour un groupe encadré et un bel article dans Vertical. C’était aussi ma première rencontre avec Bishal Rai, à l’époque simple porteur et qui ne parlait pas Anglais!. Nous y sommes retournés en 2014, puis en 2015, par la nouvelle voie normale, toujours avec autant de réussite. Un nouveau topo a été rédigé et à même  été traduit en Anglais.

    Cette année, je voudrais changer de saison, car le printemps est très agréable en Himalaya, certainement la période la plus clémente en haute altitude.
    On va vers l’été, il fait de plus en plus chaud et c’est la saison des grandes ascensions et de l’Everest. Beaucoup de groupes et d’agences se concentrent sur les 8000 et il y a donc moins de monde sur les autres sommets et sur l’Himlung.
    A Phu, tout le monde se prépare pour le printemps qui tarde à venir dans ces lieux reculés.

    Bishal, au printemps 2015. Très content d'avoir mener son équipe avec succès dans l'ouverture du "Chainon manquant" au Mustang.

    Bishal, au printemps 2015. Très content d’avoir mener son équipe avec succès dans l’ouverture du « Chainon manquant » au Mustang.

    him14_62

    La porte de Phu...

    La porte de Phu…

    L'entrée à Phu....

    L’entrée à Phu….

    Une belle aventure.

    Par sa facilité d’accès et sa situation, l’Himlung propose un voyage très complet et contrasté. Il débute et se termine par deux points forts culturels avec une immersion à Boudhanath, au plus près du grand stupa, puis à Bakhtapur, au coeur de la vie Hindouiste de la vallée de Kathmandu.
    La marche d’approche est un très beau trek et au village de Phu, au bout du monde, nous serons un peu chez nous, directement chez l’habitant.

    Enfin, la partie alpinisme se déroule dans un cadre de très haute montagne superbe sans être trop difficile, ni exposé.

    Avec Bishal et toute l’équipe népalaise, nous connaissons particulièrement bien les lieux car nous y venons régulièrement depuis plus de 10 ans.
    Jangbu et Dhan, les guides népalais, ont déjà réussi le sommet et notre choix d’une progression continue favorisent la réussite de chacun et surtout augmente le plaisir de l’ascension.
    Bikram Singh devrait également se joindre à eux, il a accompagné Luc jusqu’à 7000 avant l’arrivée du mauvais temps à l’automne 2015.

    jangbu, en tête sur l'éperon juste en face du mien. Il est encordé avec Théresa, puis plus haut à partir du col, il s'occupera aussi de Palee qui a changé de cordée.

    Jangbu, en tête sur l’éperon du Tharpu Chuli, pour Sherpa Women Project.

    Didier et Dhan Magar. Une belle cordée.

    Didier et Dhan Magar. Une belle cordée.


    Le choix du sommet est important…

    Depuis presque quinze ans, je cherche le sommet idéal pour proposer une expérience de la haute altitude la plus riche et sereine possible. 
Au fil du temps, je commence à mieux maitriser mon sujet et à bien connaître le Népal.

    Voici un rapide survol des 7000 vers lequels je suis parti.
    Certaines ascensions, mais pas toutes, ont été décrite dans mon ancien site.

    • La Putha Hiunchuli est le plus facile des 7000, mais il est un peu complexe d’organisation. C’est  une belle montagne de neige cotée F, à faire aussi à ski.
      J’y retourne avec grand plaisir à l’automne 2016.
    • Le Baruntse est trop engagé dans sa vallée lointaine de l’Hinku, avec un passage technique et corniché très haut sur l’arête.
    • Le Tilicho est superbe mais aléatoire en cas de nivologie compliquée, avec sa grande pente terminale. Il faut aussi tenir debout !
    • Le Langtang Ri est à la fois un peu loin au fond du Langtang et techniquement difficile, mais tellement beau !
    • Le Saipal, Seigueur de l’Ouest est vraiment trop difficile d’accès, que d’angoisse avec l’aérien. Il faut donc plus de temps et de la chance.
    • L’Annapurna IV est un grand 7500, complexe pour la première partie de l’éperon Tilman.
    • C’est dommage, il manque quelques mètres au Panbari, au Tukuche Peak, comme au Dorje LakhpaCe sont des « presque 7000 », très intéressant et pour les deux premiers très accessibles.
    • Dans la vallée de Phu, l’Himlung par l’ancienne voie normale est à la fois engagé  avec un sommet à traversée mais surtout cette voie est devenue dangereuse avec une modification du glacier.
    • le Nemjung est tout simplement le plus difficile 7000 de la vallée de Phu.
    • Le Gyajikang est un très beau sommet avec une arête exceptionnelle en Himalaya, Mais son ascension est plus longue que la nouvelle voie normale de l’Himlung par exemple. Elle est idéale pour une ascension en technique alpine. C’est aussi un sommet moins fréquenté. Nous l’avons appris à nos dépends à l’automne 2013 en étant bien seul sur ce très beau Gyaji après de fortes chutes de neige.
    • Le Ratna Chuli est superbe. Il présente une première partie avec des séracs qu’il faut bien négocier avec les conditions du moment. La fin, une grande pente de neige à environ 40°, n’est pas simple à gérer. C’est un sommet à réaliser plutôt en technique alpine… un prochain projet peut-être.
    • Suite à notre ascension de l’automne 2014, voici le topo de l’Himlung par sa nouvelle voie normale.
      Il a été actualisé à notre retour de l’Himlung 2015.

    Dates :

    Du dimanche 24 Avril au samedi 21 Mai 2016.
    Une première rencontre a eu lieu à La Grave, fin Janvier.
    Mais, il devrait être possible d’organiser une autre rencontre pour les « nouveaux » inscrits ». A définir ensemble.

    Bonne nouvelle, cette expédition est maintenant confirmée.
    A bientôt…

    Budget :

    7300 €. 
    Ni de bonus pour le sommet à payer. 
Tout est inclus !
    Et le salaire des Népalais a bien-sûr été augmenté en conséquence.


    Niveau des participants :

    C’est bien sûr la cotation de la voie (IV/PD+ en neige, voir également le topo de l’ascension) qui donne la référence du niveau technique nécessaire en alpinisme.
    Il est d’ailleurs surprenant que cette cotation UIAA adaptée à l’Himalaya, et donc relativement simple car en usage partout dans les Alpes, ne soit pas plus utilisée par les agences & TO (françaises, occidentales ou népalaises). Peur d’appeler un chat un chat…

    • Une bonne condition physique.
    • Une expérience de l’alpinisme et de la marche en crampons, pour être à l’aise dans des pentes de neige à 35/ 40°, à un niveau PD/AD en neige.
    • Une réelle autonomie en trek comme pour les déplacements en montagne.
    • Par contre, une expérience de l’altitude et des expéditions n’est pas obligatoire, simplement conseillée.
    • Un peu de temps à consacrer à la préparation.
    • Une bonne dose de patience, de tolérance et d’humour.
    Notre équipe népalaise... encordée bien sûr !

    Notre équipe népalaise… encordée bien sûr !


    Une « Slow Expedition »…

    Un détour s’impose pour bien comprendre de quoi il s’agit. Et prenez le temps de parcourir ces deux pages de mon ancien site qui sont aussi des compil de mon expérience himalayenne.

    La stratégie de l’escargot.
    De la Slow Attitude à la progression douce.

    Il m’est impossible de faire autrement, tellement je suis persuadé de la pertinence de cette stratégie de déplacement  dans le cadre de mon métier de guide de haute montagne en Himalaya.
    Bien évidemment, la progression douce ne résout pas, comme par magie, toutes les problématiques de la haute altitude. Mais au moins, elle les rends plus douces à vivre…

    Pour les amateurs d’Himalaya, que j’accompagne si haut, et qui doivent concilier vie familiale, affective et professionnelle avec le projet d’ascension d’un grand sommet, il n’est souvent pas possible de s’investir dans une pratique sportive de type « Ultra » (et peut-être pas pertinent ?).

    La progression douce offre une alternative moins sportive et plus sensible, en valorisant une immersion plutôt que des incursions rapides en haute altitude, en limitant le plus possible les efforts superflus.
    Mais la vie en altitude reste rude, malgré toutes nos attentions pour la rendre la plus agréable et vivable possible.
    Bien sûr, il faut améliorer ce concept de « Slow Expedition » pour encore mieux vivre l’altitude, pour pouvoir mieux en « profiter » et en particulier dans le domaine de l’alimentation.

    L'arme absolue en matière de réchaud, Le Reactor de MSR !

    L’arme absolue en matière de réchaud, Le Reactor de MSR !

    him14_47


    Notre Camp de Base Avancé, « The French Camp ».

    Ce fut la surprise de cet automne 2013 et 2014 avec un nouveau camp pour accéder à ce versant Sud de l’Himlung Himal. Il est à la fois confortable, avec de l’eau à proximité et il ne présente aucun risque d’avalanche (même par situation exceptionnelle).
    Ce camp évite aussi de traverser plusieurs fois le glacier de Pangri, par contre il est plus complexe d’installation pour l’équipe népalaise.

    Cette année, nous l’utiliserons comme Camp de Base Avancé, avec l’équipe de cuisine pour plus de confort, mais sans avoir à faire trimbaler toutes nos affaires de ce côté du glacier. Nous y serons aussi plus tranquille.

    Le French Base Camp, en parure automnale !!!

    Le French Base Camp, en parure automnale !!!


    L’ascension

    Voici un topo précis qui décrit cette ascension , cotée IV/PD+ en neige, en cotation himalayenne.

    C‘est donc une ascension que j’ai déjà réalisé plusieurs fois, avec la même équipe népalaise en 2014, et à l’automne 2015.
    Ce qui me permet d’être encore plus attentif aux moindres détails d’organisation et disponible pour chaque membre du groupe. Et pour Bishal, d’être presque chez lui en maitrisant au mieux les aléas de ce style d’aventure.

    La nouvelle voie normale de l'Himlung.

    La nouvelle voie normale de l’Himlung.

    Et des différents camps de la montagne. Nous utiliserons les points rouges.

    Et des différents camps de la montagne. Nous utiliserons les points rouges.

    Depuis le dernier camp...

    Depuis le dernier camp… Une belle journée d’alpinisme ! En 2015, l’accès au col avait un peu changé pour une trace plus direct. A valider ce prochain printemps.

    Le retour... Nous rentrons tranquillement au camp. Juste devant nous, la cordée de Corinne et Xavier  et plus loin, Hugues et Jangbu.

    Le retour… Nous rentrons tranquillement au camp. Juste devant nous, la cordée de Corinne et Xavier et plus loin, Hugues et Jangbu.

    SERAC, une agence de voyage, qui s'occupe de toute la partie administrative.

    SERAC, une agence de voyage, qui s’occupe de toute la partie administrative.

    Pour s’inscrire.

    Toutes la partie administrative : le règlement, l’aérien, les assurances, est assurée par SERAC, une association de tourisme, dont je suis membre, qui regroupe des guides et des accompagnateurs. 
C’est donc à SERAC qu’il faut s’adresser pour toute demande d’inscription, via le site internet.

    Le lien vers le bulletin d’inscription:
    http://www.serac-montagne.com/home.php?rub=reservation&xid=2096

    Le lien vers la fiche technique :
    http://newsite.serac-montagne.com/premier-7000-lhimul-himal-au-printemps

    En complément de la présentation sur mon site, une fiche technique est également disponible. Elle regroupe toutes les informations « obligatoires » concernant le voyage. Il vous suffit de cliquer sur le lien dans le site de SERAC.

    La préparation de l’expédition commencera effectivement lors du we de rencontre de toute l’équipe. Elle est donc fondamentale car elle permet de valider la pertinence de l’ascension pour chaque participant, tant du point de vue technique que de cohésion de groupe.

    Je suis bien sûr à votre disposition pour répondre à toute les questions que vous vous posez. N’hésitez surtout pas !

    Soit :

    • par mail (voir la page contact de mon nouveau site)
    • par téléphone fixe 04 76 79 99 68 quand je suis en France bien sûr !!!

    Quand je suis en Himalaya, tout n’est pas perdu !
    Appelez SERAC au 04 76 86 46 84.  
Noëlle connait parfaitement le domaine des expéditions et Stephanie pourra vous informer sur votre réservation aérienne, le suivi de votre demande de réservation, ect.

    Au centre, la petite pyramide de l'Himlung. Et à droite, le sommet du Dharma Himal,

    Au centre, la petite pyramide de l’Himlung. Et à droite, le sommet du Karma Himal.

    Quelques informations importantes.

    La difficulté technique de l’itinéraire envisagé.

    Voici le topo précis de cette ascension , cotée IV/PD+ en neige, en cotation himalayenne.

    La taille du groupe.

    De 4 à 9 personnes.

    Le style de progression.

    Il s’agit d’une progression continue avec 3 camps d’altitude.
    Nous progresserons toujours encordé, par cordées de deux personnes, et surtout jamais seul.
    Les cordées peuvent être Franco-Népalaises.
    Les cordées peuvent évoluer en autonomie, jusqu’au camp 3, « very easy ».

    Les modalités d’encadrement.

    One /One !

    • 5 personnes : un guide et 4 «Népali Leader»

    • 6 personnes  : un guide et 5 «Népali Leader».

    • 7 personnes : deux guide et 5 «Népali Leader».

    • 8 personne : deux guides et 6 «Népali Leader».

    • 9 personnes : deux guides et 7 «Népali Leader»

    L’équipe d’encadrement.

    Nous avons tous été ensemble à l’expédition de l’Himlung, à l’automne 2015 et Bishal m’accompagne depuis le premier Himlung en 2000.

    C’est donc une équipe bien rodée et stable.

    • Les guides sont : Paul Grobel (guide UIAGM), Jangbu Sherpa et Bikram Singh (en formation au Népal pour devenir également guide UIAGM).
    • Les «Népali Leader» sont : Dhan Magar, Rajan Lama, Deepen Bothe, Dorje Bothe et Karma Sherpa (leur objectif est de participer aux formations de la NMA, «basic ou advance mountaineering course» et pour les jeunes de continuer vers la formation de guide de haute montagne).
      « Nepali Leader » signifie pour nous « premier de cordée » et cette fonction inclus également des taches de portage.

    LE PRIX COMPREND:

    (sur la base d’un vol international à 800€ – ré-évaluable au jour d’achat de votre vol.)

    • l’encadrement par un guide de haute montagne et un staff népalais,
    • le vol international sur ligne régulière Paris – Kathmandu A/R avec escale,
    • hébergement en hôtel à Kathmandu ( nuit et petit déjeuner à l’ hôtel Padma), en lodges et sous tente durant le trek et en altitude,
    • les transferts sur place en bus et jeep
    • la pension complète durant le trek et au camp de base
    • l’encadrement du we de préparation.
    • le permis de trek et droit au sommet
    • les pourboires et bonus de l’équipe népalaise

    LE PRIX NE COMPREND PAS:

    • les assurances assistance rapatriement et/ou annulation
    • le visa Népalais (40 usd –environ 40 €).
    • les boissons et dépenses d’ordre personnel
    • l’équipement individuel
    • les repas du soir et de midi à Kathmandu
    • la nourriture d’altitude
    • les repas et nuitée du we de préparation.


    yeti

    Notre agence de trek.

    Au Népal, organiser une ascension ou un trek (un peu compliqué) nécessite de collaborer avec une agence compétente dans le domaine choisi.

    Pour nous, avec Bishal, nous travaillons avec Yeti Adventure, qui est bien sûr en relation avec Yeti Airlines. Un avantage certain pour certaines destinations sensibles, en plus d’un contact très agréable et pro en Français.

    N’hésitez pas à les contacter si vous avez un projet de trek ou d’expé.
    E-mail: yeti@yetiadventure.com


     

    À bientôt

    Paulo, le 20 Juillet 2015 à La Grave.
    Dernière modification le 29 Janvier 2016.

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.