Les expéditions en 2020

Kang Garu 6981 m « Un presque 7000 »

Depuis le village de Naar, un grand sommet enneigé occupe l’espace, en particulier depuis le grand Chorten de Gau, le Kang Garu.

Peut être serez-vous surpris par l’orthographe choisi pour le nom de ce sommet, car il est plus connu sous le non de Kang Guru ?
Mais dans les document officiels du ministère du tourisme népalais, il est nommé ainsi.

le kang garu depuis naar
Un lieu d’une énergie particulièrement forte…

Le Kang Garu se découvre progressivement durant la montée depuis Meta et son arête Nord-Ouest est très esthétique. Cette arête est d’ailleurs la voie normale et elle a été régulièrement fréquenté dans les années 1990 quand une agence française l’a présenté comme un sommet de 7000 m.

Déjà en 1951, Bill Tilman avait tenté sa première ascension, rendue compliqué à cause de l’arrivée de la mousson. Son livre sobrement titré « Nepal Himalaya », nous dit peu de chose de son aventure.


Le 18/09/2005, malheureusement, le Kang Garu va défrayer les chroniques par un terrible accident d’avalanche qui a emporté le camp de base avec toute l’équipe népalaise et tous les alpinistes français.
Une véritable catastrophe !

un article sur l'accident du kang garu
un livre avec l'histoire du Gang Garu
Serge Koenig dans un livre de souvenirs captivants, « J’entends battre le coeur de la Chine: Alpiniste et diplomate », raconte les difficultés rencontrées pour retrouver les corps des victimes de l’accident au Kang Garu, quand il était en charge des affaires de montagne au ministère Jeunesse & Sports.

Depuis, plus personne ne fréquente ce camp de base, dont l’emplacement dans les pentes au-dessus de Méta est vraiment peu agréable. Le Kang Garu a été simplement oublié, littéralement gommé du paysage alpinistique. Aucune agence ne l’a plus proposé, ni en France ni au Népal. Ce qui est vraiment dommage en regard à l’intérêt et à l’esthétique du sommet, à son histoire aussi.

Les années ont passé et un jour, en revenant de l’Himlung, nous avons remarqué une trace de chemin dans la neige, très haut dans les falaises au-dessus de Meta, qui faisait le tour de la montagne. Quelle surprise de découvrir qu’un sentier avait été construit par les gens de Naar pour accéder à l’alpage de Namgyu, une vallée suspendue dans le versant Sud-Ouest du Kang Garu.

le kang garu depuis le sentier de Naar
En montant à Naar, c’est aussi une belle manière de s’acclimater pour une ascension de l’Himlung
le village de Tache sur le tour des Annapurna
Le village de Tache sur le tour des Annapurna.
C’est le point de départ du trek Tache-Meta qui sera notre marche d’approche pour rejoindre le nouveau camp de base du Kang Garu

En 2010, nous voici dans la vallée de Namqyu, nous venons de parcourir un nouveau sentier au départ de Tache (un village au-dessus de Dharapani) qui permet de rejoindre Meta en utilisant à la descente ce sentier des troupeaux de Naar. Un sentier magnifique et très impressionnant, l’un des plus beaux du Népal. L’itinéraire sera décrit dans un article de trekmag, sans susciter beaucoup d’intérêt auprès des trekkeurs du Tour des Annapurna ou des agences.
Enfin, l’accès à un nouveau camp de base pour le Kang Garu pouvait voir le jour.

l'article dans Trekmag pour la marche d'approche du Kang Guru
Un très belle article de Trekmag sur cet itinéraire de Tache à Meta.

Il restait a trouver l’emplacement de ce camp de base en étudiant les cartes et Google Earth. Et surtout il fallait renouveler cette ascension du Kang Garu pour pouvoir la documenter et promouvoir ce sommet. 
C’est l’objectif ambitieux de ce projet d’ascension du Kang Garu, qui complète à la fois la nouvelle carte de l’Himlung et « le topo des montages de Naar et Phu » que vous retrouverez sur ce site.


la marche d'approche pour le Kang garu
Vers le Kang Garu par L’itinéraire de Tache-Meta. Une marche d’approche idéale ?

La marche d’approche

La marche d’approche est un moment important d’une expédition. Beaucoup de chose se jouent dans ces journées de marche qui semblent bien loin du sommet et pourtant nous en rapprochent.
J’ai choisi de reprendre un itinéraire en balcon, loin au-dessus de la vallée du Tour des Annapurna: Tache Meta. Nous allons ainsi traverser plusieurs cols en altitude avec de belles journées de randonnée dans un paysage très sauvage. Peu de monde fréquentent ces alpages d’altitude à l’automne, mais peut être trouverons nous des troupeaux de yacks aux bergeries de Namqie. C’est l’alpage principal de Naar et au printemps une concentration incroyable de cueilleurs de Yarsagumba.

une vue plongeante sur le tour des annapurna
A deux pas, et pourtant très loin, le tour des Annapurna.
le col avec le kang garu
Le Namgye La, et,en face, le sommet du Kang Garu.
Et toujours le même problème d’orthographe
Nous sommes déjà plus haut que le mont Blanc !
les alpage de kuchumro
Un lieu de camping particulièrement panoramique et idéal pour une journée « à la carte » d’acclimatation.

Kang Garu, « un presque 7000 »…

Ce qualificatif de « presque 7000 » exprime également le sens de cette expé peu ordinaire. 
C’est un projet au long cours, car je souhaite valoriser des sommets peu connus et rarement fréquentés car justement ils leur manquent quelques mètres pour atteindre l’altitude mythique de 7000 m. Et c’est d’autant plus dommage (peut on dire injuste ?) que ce sont généralement de beaux sommets, plutôt abordables et qui proposent une expérience similaire à celle des 7000.

Himlung ou Kang Garu ?
Le Kang Garu est très proche  de l’Himlung. 
Bien sûr, il manque quelques m au Kang Garu pour atteindre l’altitude de 7000 m, mais l’expérience vécue en haute altitude est identique. Le niveau technique est également similaire bien que l’ascension du Kang Garu ne nécessite pas de corde fixe. 
Mais surtout, il ne risque pas d’y avoir du monde au camp de base car nous ne savons pas encore où il se trouve !
L’équipe d’Himalayan Travellers sera toute entière investie dans la réalisation de cette nouvelle expédition en effectuant un repérage au printemps 2020 pour déterminer l’emplacement due ce camp de base et le début de l’ascension.
C’est donc une toute autre aventure que nous vous proposons.

Le déroulement en bref.

  • Arrivée classique à Kathmandu, installation dans le quartier de Boudhanath, près du grand Stupa et une journée pour terminer les préparatifs de l’expédition. 
    Pour se poser aussi. Un sas indispensable
  • Une étape de transport bien rodée. Un peu longue, pas forcément très agréable mais indispensable. Nous sommes sur le début du Tour des Annapurna. Lodge à Dharapani.
  • Un détour par un village surprenant, Nache, et un pont suspendu incroyable pour rejoindre une petite gompa perdue dans la forêt, Tamgbra Gompa. Descente directe sur Thoche avant de remonter à Tache.
    L’itinéraire Tache/Meta est décrit dans une page spéciale du site
    Nous pourrons ainsi constater l’état du sentier et voir si la situation à beaucoup évolué. Un repos aux alpages de Kochumro permettra une meilleur acclimatation en traversant vers le Kuchumro Pass et une petite bosse à 5000 m.
  • Namgyu Kharka est l’alpage principale de Naar, d’où part l’accès au camp de base de l’autre côté de l’arête principale qui sépare les deux versants (de Meta et de Namakyu).
    L’emplacement exact du camp de base sera validé par Dipeen au printemps 2020, ainsi que son accès avec des mules. De nouvelles images et des informations précises seront alors ajoutées…

Deux images des anciens camps d’altitude de Kang Guru. Crédit expé.com pour une expédition de Ludo en 1999 !

En étudiantt les photos de l’ancienne voie normale et en fonction de l’état du glacier actuel, il nous faudra certainement réaliser une nouvelle voie d’ascension. Pour cela, nous aurons du temps pour installer plusieurs camps d’altitude. 
Une aventure bien particulière et forcément très interessante.

J’attends les photos de Hugues de Varax de son ascension de l’année 2000, mais il faut qu’il scanne ses diapositives.
Une autre époque !

l'ancien itinéraire du kang guru
Une vue depuis Naar sur l’ancien itinéraire d’ascension du Kang Guru.
Il faudrait que je demande à Jean de me tracer le cheminement exact. Ce sera peut-être utile si nous décidons de descendre directement à Meta.

Pour la descente, beaucoup de possibilités s’offrent à nous, avec des traversées plus ou moins longues.

  • Directement sur Chacha et Koto depuis Namgyu Kharka.
  • Ou sur Meta puis Koto par le sentier des Yacks de Naar.
  • Depuis Meta, vers Naar et le Kang La, puis Nagwal.
  • Ou encore, en version alpinisme en utilisant l’ancienne voie normale pour rejoindre Meta.

Kang Garu, « un presque 7000 »…

Les dates

Du samedi 12 Septembre au dimanche 11 Octobre 2020

Avec un we de préparation durant l’été 2020 à Chamonix.
Un rendez-vous  la veille même tard est préférable, car l’objectif est de monter au Refuge des Grands Mulets le samedi pour une belle immersion en Haute Montagne (et de redescendre par le Gîte à Balmat) !


Budget

A priori aux environs de 7800 €
(à confirmer, bien sûr, à mon retour du Népal en Décembre 2019)

Comme d’habitude, c’est un tarif tout compris…
Il n’y a pas de pourboire à prévoir.
Et surtout pas de bonus pour le sommet !
Le salaire des Népalais a bien-sûr été augmenté en conséquence.
J’aime beaucoup cette simplicité de fonctionnement (qui reste malgré tout assez rare pour les autres opérateurs… !)


le logo d'himalayen travellers
Et voici l’agence népalaise qui organise toute la logistique de cette expédition au Kang Garu
sous la direction de Bishal Rai
bishal rai
Bishal, le Big Boss d’Himalayan Travellers.
ici, durant notre premier parcours de Meta-Tache pour Sherpa Women.

Et surtout, une expédition très Grobélienne…

Pour me répéter, un peu…
Cette expédition  n’a rien a voir avec une proposition d’agence style « voyage organisé», d’un grand TO.
Ce voyage en altitude est construit sur la notion de projet collaboratif, sur un « faire ensemble », où chacun est impliqué dans le «bon» déroulement de cette aventure partagée (et aussi encadrée).
Par exemple, j’aime bien ce texte sur faire ensemble en alpinisme : « Tous premiers de cordée, mais pas tous ensemble… »

Avec : 

  • des prises de décisions partagées (quand il n’y a pas de notion d’urgence, bien sûr), 
  • une large place sur le terrain à l’autonomie des cordées
  • une équipe d’encadrement franco-népalaise, avec Himalayan Travellers, notre propre agence népalaise
  • une volonté affichée de co-construction de cette ascension et du trek associé.
  • des choix stratégiques précis : une progression continue, des cordées alpines, pas de corde fixe, une autonomie construite.

Et, je sais d’expérience que c’est un exercice exigeant et difficile. 

Il me semble que c’est une proposition réaliste en regard de la complexité de ce type d’ascension himalayenne, où à la multitude d’aléas (de transport, de logistique, de météo, de conditions de montagne, de physique, de santé, de relations…, et mêmes de tremblements de terre !), s’ajoute des aléas de satisfaction personnelle ou de groupe.
Bref c’est pas la plage, ni les vacances…. mais c’est pas le bagne non plus. Heureusement !

Bref, il faut beaucoup d’énergie pour que tout ce passe bien, ou le mieux possible.
Et c’est heureusement souvent le cas, sauf que parfois…, tout se complique.

Comme le slame Grand Corps Malade « Tout seul on va vite, ensemble on va loin… ».

Et en Himalaya on est parfois vraiment loin de tout, et surtout du confort de chez soi. Mais c’est aussi cela qui fait l’intérêt et la richesse de ces itinérances himalayennes.

le kang garu depuis le namqye La
Un versant peu connu du Kang Garu, juste en traversant le haut col de Tache-Meta

Kang Garu 2020, quelques informations importantes.

La difficulté technique de l’itinéraire envisagé.

Il n’y a pas de topo détaillé de cet itinéraire du Kang Garu.
J’estime sa cotation à IV/ PD en neigeen cotation himalayenne
à confirmer, bien sûr.

Le style de progression.

Il s’agit d’une progression continue avec 3 camps d’altitude (d’après la carte…).
Nous progresserons toujours encordé, par cordées de deux personnes, et surtout jamais seul.
Les cordées peuvent être Franco-Népalaises.

La taille du groupe.

De 6 à 8 personnes, pour l’ensemble du groupe.

Les modalités d’encadrement.
Il s’agit d’une vraie équipe d’encadrement franco-népalaise

  • Pour la marche d’approche, jusqu’au camp de base.
    C’est Bishal Rai qui sera le guide de trek, assisté par Paulo Grobel et un autre guide de montagne Népalais.
    Nous aurons séparé notre matériel d’alpinisme, qui rejoindre l’alpage de Namqyu (et j’espère plus haut) directement avec des mules.
  • Pour la partie alpinisme et le sommet.
    Deux guides de haute montagne, Paulo Grobel (UIAGM) et l’un des guide népalais d’Himalayan Travellers (certainement Dipen Bothe ou Rajan Lama)
    Plus, un Nepali Leader pour 2 personnes (par équipe de tente).
  • Pour le trek de retour, depuis le camp de base.
    Tout s’organisera à partir du camp de base, peut être avec plusieurs itinéraires différents.

L’équipe d’encadrement.

  • Les guides sont : Paulo Grobel (guide UIAGM depuis plus de 20 ans), assisté de l’un des guides népalais de l’équipe :  Dipen Bothe, Rajan Lama, ou Dhane Magar
  • Les «Népali Leader» sont : Kumari Kulung (Une jeune népalaise)  Dorje Bothe, Karma Sherpa, Anil Rai ou Sonam Sherpa.
    Pour moi « Nepali Leader » signifie premier de cordée.
    Ils peuvent donc conduire une cordée et ils aident au portage du matériel.
    Généralement, ils vont au sommet avec nous . Certains suivent actuellement des formations pour réunir les pré-requis nécessaire pour se présenter à l’examen d’aspirant guide UIAGM au Népal.
Rajan Lama au sommet
Une belle expérience. Rajan au sommet du Kanch ! CLASSE…

Avant de s’inscrire…

Une logique de cooptation mutuelle.
De la notion de « client » à celle de « co-équipier ».

Les modalités d’inscription que je souhaite utiliser illustrent la tonalité des expéditions que j’encadre. L’objectif est de se déplacer de la notion de «client» vers celle de «co- équipier» pour construire un groupe solidaire, compétent et dynamique, impliqué dans la réussite du projet.
Mais pas de souci… Il ne s’agit pas pour moi de me soustraire à mes devoirs, obligations et responsabilités, bien au contraire.
C’est simplement une autre manière d’aborder le sujet, plus en cohérence avec mes valeurs, la nature de ces projets parfois très complexes, et ma vision des choses.

Une expédition est avant tout un projet co-réalisé par chaque participant dont chacun contribut à la réussite.

Il est donc indispensable de prendre contact avec moi, soit par mail soit par téléphone.

SERAC, une agence de voyage

Kang Garu… Pour s’inscrire.

Toutes la partie administrative : le règlement, l’aérien, les assurances, est assurée par SERAC, une association de tourisme, dont je suis membre, qui regroupe des guides et des accompagnateurs.
C’est donc à SERAC qu’il faut s’adresser pour toute demande d’inscription, via le site internet.

Le lien pour l’inscription en ligne sur le site de SERAC sera actif avant la fin de l’année 2019. 

En complément de la présentation sur mon site, une fiche technique est également disponible. Elle regroupe toutes les informations « obligatoires » concernant le voyage. Il vous suffit de cliquer sur le lien dans le site de SERAC (à venir).

La préparation de l’expédition commencera effectivement lors du we de rencontre de toute l’équipe en début d’été 2018.
Elle est donc fondamentale car elle permet de valider la pertinence de l’ascension pour chaque participant, tant du point de vue technique que de cohésion de groupe.

Je suis bien sûr à votre disposition pour répondre à toute les questions que vous vous posez.
N’hésitez surtout pas !

Soit :

  • par mail (paulo.grobel(at) orange.fr)
  • par téléphone, au 06 42 90 75 34

Quand je suis en Himalaya, tout n’est pas perdu !
Appelez SERAC au 04 76 86 46 84.
Noëlle connait parfaitement le domaine des expéditions et Charlène pourra vous informer sur votre réservation aérienne, le suivi de votre demande de réservation, ect.


Paulo_quelques jours à Kathmandu à la Mi-Mai 2019
puis mi-août 2019 à La Grave

Avec aussi des chapitres à venir sur : 

le logo de SKG

« Solidarité Kang Guru », est née à l’initiative, spontanée des familles françaises, des professeurs de l’Ecole Nationale de Ski et Alpinisme et des membres de la Fondation Yves Pollet-Villard.

Au nom de la solidarité montagnarde, nous devions nous engager à assister les familles des victimes népalaises privées de la présence et des revenus du père.

But de l’association

– Assistance aux familles des victimes népalaises de l’avalanche survenue au camp de base du Kang Guru le 20 octobre 2005 dans la région de Meta, massif du Péri Himal, au nord des Annapurna.
Cette avalanche a fait 11 victimes népalaises et 7 victimes françaises. 
Les 11 victimes népalaises laissent 22 orphelins de père et 4 frères et sœurs privés de leur aîné. 

Actions :

  • Fin 2005
    Aide matérielle rapide adaptée aux besoins des familles, après une analyse précise de chacune des situations par Jean Coudray.
    Grâce aux quêtes réalisées lors des cérémonies et aux aides spontanées, des sommes ont été remises en main propre, à chacune des familles népalaises, par un membre de l’association, en présence de l’Ambassadeur de France, afin de faire face aux premières urgences matérielles.
  • Début 2006
    Scolarisation des enfants, financée grâce à un système de parrainage et par la mutualisation des dons recueillis.
    La disparition des pères, sirdars, sherpas, porteurs, cuisiniers, a subitement  privé les familles de revenus. Les besoins ont été définis suite à une enquête réalisée auprès de chaque famille, par Nano Coudray et Anselme Baud, épaulés par les membres du Welfare Commitee qui est notre structure relais au Népal.
    Soutien financier aux mamans des deux bébés restés dans leur famille, et a une maman enceinte.
    Placements à l’école Manaslu de Katmandu de dix-neuf enfants Gurung, et de trois enfants Sherpa à l’Himalayan Children Foundation. 
    Formation professionnelle de deux jeunes adultes, en couture et métier de guide. 

Ainsi vingt six enfants et adolescents de 1 an à 18 ans, bénéficient de parrainages moraux et matériels.

Lire la suite dans Solidarité Kanguru

daniel Stolzenberg
Daniel & Marie-Odile Stolzenberg.
Daniel a été l’un des professeurs à l’ENSA qui m’a le plus inspiré, depuis la formation de chef de course jusqu’au stage de guide.
0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.