Limi 2015, vers les jumeaux Ashvins

Mon automne 2015 commence vraiment bien… !
Par un grand voyage à l’Ouest, toujours dans le cadre du projet Go West.

Et voici une première photo de l'Ashvin. Un très beau sommet !
Et voici une première photo de l’Ashvin. Un très beau sommet !

« Retour d’expé ».

En cette automne 2015, après les dramatiques tremblements de terre du printemps, réussir à partir dans le FarWest du Népal et vers la vallée de Limi est un beau pari et une sacrée réussite.
Mais, si en plus, le temps est au beau fixe et permet de traverser les cols et gravir les sommets prévus, le voyage devient alors un grand cru, une belle aventure partagée.
Nous avons aussi collecté une somme d’informations inestimable, avec un état des lieux précis de l’avancée des routes et des possibilités de trek. Malgré sa difficulté d’accès, l’Ouest du Népal est une très belle région, très différente des autres lieux de trek ou d’alpinisme et avec si peu de touristes !
Et un nouvel itinéraire de trek est né… «The Limi Himal Trek», avec un projet d’alpinisme passionnant pour les prochaines années «The Limi Himal Project».

Rendez-vous en fin d’automne pour le compte rendu complet de ce Limi 2015 et un peu plus tard, en cours d’année 2016, pour un article complet dans trekmag.

Actuellement, l’automne est exceptionnel au Népal, malgré les difficultés de vie infligées par le blocus de l’Inde,
mais il est temps pour moi de partir vers l’Himlung…

A bientôt.
Paulo_un 10 Octobre devant le Stupa décapité de Boudhanath

 

Une photo récupérée sur internet.
Les jumeaux…

Au sujet des Ashvins.

AŚVIN ou ASHVIN
Les Indiens védiques croyaient à l’intervention, au moment où le jour va paraître, de deux dieux jumeaux chevauchant dans le ciel (de là vient leur nom de « cavaliers », les Aśvin, sans doute pour ouvrir le passage à la déesse Uśas : Aurore). Le caractère hypothétique de cette interprétation tient au fait que le Veda, tout en associant constamment les Aśvin à la venue de l’aurore, ne décrit jamais la situation mythologique créée par l’intervention des jumeaux divins. On pense évidemment aux Dioscures grecs, mais il est étrange que les mythes védiques concernant les Aśvin soient orientés dans une autre direction : ils évoquent les jumeaux célestes en les présentant comme des thaumaturges, habiles à soigner leurs fidèles et à les guérir de leurs maladies et infirmités. Ainsi plongent-ils un vieillard dans une fontaine de jouvence pour lui permettre de plaire à la jeune femme qu’un roi lui a donnée, rendent-ils à un prêtre la tête qu’on lui a coupée, fournissent-ils des herbes curatives à tel autre, etc.

Outre ce rôle de « médecins des hommes et des dieux », les Aśvin sont également « maîtres en savoir » : ils instruisent, communiquent des secrets, enseignent des recettes magiques. Leur domaine est essentiellement celui des arts, à commencer par la musique ; mais ils savent aussi beaucoup de choses de l’agriculture et de l’élevage des chevaux. Cette fois, c’est à Orphée et Apollon que l’on pense, bien que le caractère « solaire » soit secondaire chez les Aśvin et qu’il ne soit jamais question de souffrance ni de mort dans les mythes qui leur sont propres. Pourtant, le fait qu’ils parcourent la Terre, se mêlent aux hommes, soignent les malades leur confère une impureté rituelle qui conduit les dieux à les écarter des cérémonies religieuses. Mais, par quelque ruse, les Aśvin trouvent le moyen de s’associer aux sacrifices et d’y recevoir leur part.

Selon les théories de Georges Dumézil sur l’idéologie tripartite des Indo-Européens, les Aśvin se situent au troisième niveau (dans la fonction de producteurs des richesses, celle qui a trait à la fécondité, à la prospérité, etc.). Sous le nom de Nāsatyas (que l’on retrouve également dans l’Avesta iranien), ils figurent, à la troisième place, dans la liste des dieux invoqués à titre de garants du traité d’alliance conclu entre un souverain hittite et le roi Mitanni  ; c’est là une preuve que les jumeaux thaumaturges appartiennent à la religion indo-européenne la plus archaïque.
Jean VARENNE

Les Ashvins (sanskrit: अश्विन) (aśvin- « propriétaire de chevaux », « dresseur de chevaux », « cavalier ») ou Ashwini Kumaras sont des dieux jumeaux du ciel dans le Rig Veda, fils de Saranya, la déesse des nuages et l’épouse de Vivasvat (une forme de Sûrya, le dieu solaire). Ils symbolisaient le lever du soleil, apparaissant avant l’aube sur un char doré. Également appelés Nasatyas, ils sont les médecins des dieux et les dieux de la médecine ayurvédique. Divinités bienveillantes et secourables, ils sont les protecteurs des chevaux, du bétail et des activités agricoles.

Invoqués conjointement avec Mitra, Varuna et Indra dans les tablettes de Bogâzköy, ils font partie des divinités de la littérature védique en partie éclipsés par les divinités plus tardives de l’hindouisme. Ils sont comparés aux Dioscures.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ashvins

Les Ashvins, ou  » les cavaliers « , selon la mythologie hindoue, sont deux jumeaux couleur d’or qui conduisent un char doré à trois roues tiré par des chevaux ou des oiseaux.

Nommés Nasatya et Dasra, ils apportent la félicité à l’humanité, et symbolisent la force et l’énergie. Nés du soleil et de la déesse des nuages Saranyu, les Ashvins épousèrent tous deux des filles de la lumière, Chaque matin, ils traçaient un chemin dans les nuages pour la déesse de l’aurore Ushas et répandaient la rosée avec leurs fouets.

Dans le Rig-Veda, recueil d’hymnes sacrés de l’hindouisme, les Ashvins interviennent auprès des dieux en faveur des hommes. Ils empêchent les Risi, ou prophètes, de se noyer dans l’océan de l’ignorance. Médecins des dieux, ce sont les amis des malheureux. Ils guérissent les aveugles et les boiteux, et rajeunissent les personnes âgées. Associés au dieu de la guerre Indra, ils préparent le matériel des  guerriers.

Bien que les Ashvins fussent beaux et bons, les dieux leur avaient interdit l’entrée du paradis. Ils y furent finalement admis grâce au soutien du rishi Chyavana. Ce dernier était âgé, ce qui ne l’empêchait pas d’avoir une jeune et  belle épouse appelée Sukanya fille de Shryayati, fils de Vaivasvata Manu. Un jour, les deux jumeaux la surprirent alors qu’elle se baignait dans une rivière. Ils tentèrent de la persuader de quitter son mari pour partir avec l’un d’entre eux mais elle refusa. Les jumeaux proposèrent donc à Sukanya de rendre à Chyavana sa jeunesse et sa beauté suite à quoi elle devrait choisir entre eux trois. Sukanya accepta l’offre.

Les trois hommes se baignèrent alors dans la rivière et en ressortirent jeunes et beaux. Après avoir réfléchi un moment  Sukanya décida de rester avec son époux. Chyavana était enchanté non seulement il gardait sa femme mais de plus il avait recouvré la jeunesse et la beauté. En signe de gratitude, il persuada Indra d’accepter les Ashvins au paradis.

http://mythologica.fr/hindou/ashvins.htm

Dioscures

Dans la mythologie grecque, Castor et Pollux , appelés Dioscures « jeunes garçons de Zeus » sont les fils de Léda.
Chacun né d’un œuf différent, ils sont respectivement, pour Castor, frère de Clytemnestre et fils de Tyndare, roi de Sparte, et pour Pollux, frère d’Hélène et fils de Zeus.
Avatars grecs de la figure indo-européenne des dieux jumeaux, les Dioscures sont le symbole des jeunes gens en âge de porter les armes. Ils apparaissent comme des sauveurs dans des situations désespérées et sont les protecteurs des marins. Le feu de Saint-Elme est considéré comme leur manifestation physique, ils sont associés à la constellation des Gémeaux.

Damned, Etienne a choisi un très beau nom pour ces sommets jumeaux
et notre petite escapade à Limi, lui est bien sûr dédié.

A noter aussi que Ashwin est le mois du calendrier népalais qui couvre la région mi-septembre mi octobre, un bon moment donc, pour gravir le(s) sommets homonymes.

Avec beaucoup d’orthographe possible.
Ashvin, Ashvini, Ashwin, Ashwini, Aswin et Asvin

Et une présence certaine dans le monde « spirituel ».
En tant qu’adeptes du yoga, pensez aussi à vous préparer mentalement en pratiquant l’ashvini mudra ( le mouvement qu’imprime un cheval à son rectum pendant l’évacuation des selles).

http://www.yogamrita.com/blog/2013/01/02/ashvini-mudra-le-geste-de-la-jument-une-preparation-a-mula-bandha/


Vers Toling avec l'Ardang en toile de fond.
Vers Toling avec l’Ardang en toile de fond.

L’Ardang.

Une autre idée de sommet nous accompagne. Si nous avons le temps et suffisamment d’energie.
C’est également un sommet vierge que j’avais proposé à la commission technique pour élaborer la liste des 104 nouveaux sommets autorisés.

Une vision moins enneigées...
Une vision moins enneigées…
Le versant Sud, de la voie normale... Encore à réaliser.
Le versant Sud, de la voie normale… Encore à réaliser.

Allez, mes compagnons de voyage arrivent bientôt. Top départ.

Paulo_le 9 septembre 2015, dans le jardin de Shechen Guest House

0 Partages

2 réflexions sur “Limi 2015, vers les jumeaux Ashvins”

  1. Je m’en régale d’avance…et avec la force et l’énergie des aschvins tout est réalisable…Peut être même de remonter la vallée ddlimi jusqu’a Til !

  2. Paulo,
    merci pour ces données mythologiques et mystiques.
    Même si je suis un peu moins jeune que ces deux jumeaux (Dioscure), moins guerriers aussi, mais je veux bien par contre rencontrer deux belles jeunes filles dans le coin ; je suis en très grande forme après cet été et j’espère que l’on va pouvoir enchainer plusieurs sommets autour de nous !
    à demain

    j’ai une très grande pensée pour Étienne

    Jean Paul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.