• gyaekochen

    Gyaekochen ou Dolpo Peak 2018, un voyage exploratoire

    Sommets du Dolpo : le Gyaekochen.
    Voici un nouvelle étape dans l’exploration des montagnes du Dolpo.

    Un voyage à la fois sportif, entre trek et alpinisme,
    mais aussi culturel avec des pèlerinages et une proximité avec les habitants du Dolpo.

    Après notre expédition à la Putha Hiunchuli et la traversée du Mukot Himal à l’automne 2016, puis le grand voyage vers le Danphesail et la traversée Dolpo Mugu, il s’agit maintenant de visiter et de promouvoir un petit massif situé entre Dho et Kakkot, avec trois sommets à plus de 6000 m, les sommets du Gyaekochen.

    Mais également de réaliser un grand trek en dehors des sentiers battus vers de petits villages inconnus (comme Parlä et Lang), puis en visitant en profondeur la vallée de la Tarap et Dho, avant de rejoindre le Lac de Phoksumdo par un nouvel itinéraire, le George Schaller Trail.

    Le versant culturel du Dolpo sera également à l’honneur avec le pèlerinage Bon de Riwo Palwar et celui, Bouddhiste et Bön  de Dho … Plus forcément quelques surprises en chemin !

    Et nous allons également renforcer notre équipe népalaise en embauchant de jeunes Dolpo pa pour une une meilleure immersion au coeur du Dolpo.


    Ce voyage s’inscrit également dans la dynamique de notre nouveau site web entièrement dédié au Dolpo.

    DOLPO-NEWS


    gyaekochen

    Vue de haut !
    Le lac glaciaire, forcément sacré…

    phoksundo

    Et celui de Phoksumdo… à la présence exceptionnelle !

    Et aussi une vidéo qui explique la nature du projet… Bon voyage.

    Avec Sonia et Aurélien au camp de base des Zières…


    le Gyaekochen

    Au programme…

    • De l’alpinisme exploratoire mais certainement très abordable et peu engagé.
    • Un grand trek pour découvrir les lieux mythique du Dolpo : la vallée de la Tarap avec le village de Dho, le Lac de Phoksundo avec son monastère Bön.
    • Des lieux plus à l’écart aussi qui mérite d’être valorisé et soutenu, comme la vallée et le petit village de Lang.
    • Des pèlerinages peu connus pour inventer de nouveaux itinéraires
    • Et une recherche de nouveaux sentiers en balcon au-dessus de la vallée de la Beri Khola pour anticiper le chantier de la nouvelle route de Dunai à Dho.
    • Et un hommage à George Schaller en documentant le Tour du Lac de Phoksumdo avec le G. Schaller Trail !
    Dolpo

    Une route qui avance doucement et avec de beaux ouvrages.

    Tous les voyages au Dolpo sont des GRANDS voyages, et encore plus lorsqu’il s’agit de l’ascension d’un sommet de plus de 6000 m.! C’est alors une véritable expédition.

    Et quelle aventure !

    Pour ce voyage exploratoire d’alpinisme, il nous faudra rejoindre Nepalganj tout à l’Ouest du Népal, puis Dunai par la route pour expérimenter une autre réalité des voyages au Dolpo. Pour le retournons ferons l’inverse. Juphal / Nepalganj en avion puis Nepalganj / Kathmandu en bus, avec un stop à Lumbini.

    Pour les vols intérieurs au Népal, il faut savoir que toutes les compagnies népalaises ont été placé en liste noire par la commission européenne principalement à cause des carences de la CAAN, l’organisme de contrôle des affaires aériennes du Népal. Elles n’ont donc pas le droit d’opérer en Europe et pour les passagers européens des vols au Népal une information sur cette situation est nécessaire. 
    Voilà qui est fait…

    Nous volerons principalement avec la compagnie aérienne Yeti et Tara en qui j’ai confiance pour le sérieux de leur gestion des équipages et des appareils.
    Mais surtout, je ne peux rien vous proposer d’autre pour rejoindre le Dolpo.

    Quelques informations sur le trajet Nepalganj Dunai…
    Pour rejoindre Juphal par la route… une « autre» expédition.

    • Nous allons d’abord prendre le 1er vol du matin pour Nepalganj, puis nous rejoindrons RIMNA en bus et RANIJULA en jeep (4h + 2h1/2).Peut-être le bus ira-t-il maintenant directement à RANIJULA ?
      1ère nuit à RANIJULA.
    • Une longue journée en jeep pour atteindre GODAMKHOT puis KODANG (4h + 5h). Fin de la route !
      2ème nuit à KODANG.
    • Un peu de marche à pied jusqu’aux environs de TRIPURAKHOT (4h), puis de nouveau la jeep jusqu’à DUNAI (2h).
      3ème nuit à DUNAI

    Avec, dans le planning une journée de sécurité en plus pour absorber les aléas de ce transport à haut risque.
    La suite du trek, et même l’ascension, sont paradoxalement beaucoup plus simple.

    Yeti Airlines

    Quelle belle arrivée sur le petit aérodrome de Juphal !
    Tout simplement exceptionnel.

    Nos montagnes, vu d’en face en descendant du camp de base de la Putha Hiunchuli.

    Après une randonnée en balcon très originale de Bhantada, Urutola à Sisaul (merci à Jag pour son aide) en partant de grands villages accrochés dans la pente où bien peu de trekkeurs s’aventurent pour rejoindre les alpages et les lieux utilisés pour Yersa Gonpa. L’objectif est de remonter la vallée de la Kyakuchin Khola, qui s’ouvre en face de Nawarpani 3475 m, un emplacement de camping classique dans les gorges de la Tarap. De nouveau, c’est une grande vallée fréquentée au printemps par les chercheurs de Yersa Gonpa. Il nous faudra juste trouver les emplacements de camping les plus confortables et pertinents. Deux camps seront peut être nécessaire jusqu’au deuxième lac.
    Sur la carte le Gyaekochen Lake est nommé Chorum Tal, juste sous les glaciers de la face Nord Ouest.
    CHHIUTI TAL à 5005 m sera certainement un bon emplacement pour notre camp de base.


    Jag Bahadur Budha est originaire d’un petit village sur une colline, Gompa Danda ou Gompa gaon, près de Tarakot au Dolpo. Et il a créé Himalayan Companion Treks and Expedition en se spécialisant sur le Dolpo et les régions de l’Ouest.
    Une vraie bonne adresse !

    Gyaekochen in Dolpo

    Le lac et le sommet du Gyaekochen, une photo de Gorakh Bista pour Explore Dolpo

    Explore Dolpo est une agence népalaise créé par Jitendra Jhakri, originaire de Dunai et qui c’est spécialisé dans les treks au Dolpo.
    Forcément une bonne adresse si vous souhaitez organiser votre propre trek avec des Dolpo-pa.

    Gyaekochen

    La grande vallée qu’il nous faudra remonter.


    Gyaekochen. La partie Montagne

    Un premier camp d’altitude peut être installer à 5400 près d’une petite bosse et au-dessus du grand col 5318. Le glacier y est plat et la vue devrait être splendide.
    Puis éventuellement, un deuxième à la grande selle 5890 juste entre les trois sommets. Ces trois sommets sont respectivement à 6107 m, 6042 m et 6075 m. Ça devrait le faire.

    Gyaekochen

    Le sommet du Gyaekochen et la voie d’ascension.

    Dolpo Peak

    Pour rejoindre la vallée de Klang.

    Kakkot

    Gyaekochen. La partie trek

    « Au retour de l’ascension, je vous propose de traverser vers le village de Lang à 4200 m dans la vallée d’à côté par un col juste au-dessus du lac du camp de base à environ 5420 m. La descente de la vallée de la Thak Khola ne devrait pas être trop compliqué.
    Depuis Lang, nous pouvons descendre la vallée principale et rejoindre directement la Tarap à Langa pour la suivre jusqu’à Dho. Ou remonter au-dessus du village la vallée de la Sheru Khola pour traverser un col vers le Nord situé entre les bosses 5156 et  5178. Il conduit assez rapidement dans la vallée de Marang (la Tarpi Khola) puis Dho.

    Il nous reste maintenant à profiter le mieux possible de la suite du voyage vers le lac de Phoksundo. Tout est beaucoup plus simple.

    Exploration vers le lac de Phoksumdo.

    Le mot exploration est bien-sûr exagéré car nous n’allons que suivre un itinéraire décrit dans le livre de Mathiessen « Le léopard des neige ». C’est le sentier des gorges aboutissant à l’extrémité Est du Lac de Phoksumdo.
    Par contre, je n’ai trouvé nul trace ou description de cet itinéraire sur le web. C’est pourtant un bon moyen de rendre hommage a ce lac exceptionnel en multipliant les points de vue et les jours en sa présence.

    …  Soleil aujourd’hui, il faut continuer. Jangbu furieux a tabassé le type, ce qui a guéri sa jambe, mais il refuse d’aller jusqu’au col. II suggère que nous descendions la khola jusqu’au lac. Pas enthousiaste car je connais les gorges, mais les sher­pas préfèrent cet itinéraire et je m’aperçois que Gyalt­sen ne s’est pas acheté de chaussures avec l’argent donné pour ça. Il porte des espadrilles et il fait très froid. Je ne veux pas de pieds gelés sur ma conscience.
    Avons forcé le gars aux yacks à porter la charge le long du canon. A 14 heures il a mis les voiles mais nous étions presque quittes.
    Etape infernale. Cascades congelées, rochers glissants couverts de neige, pistes étroites le long de corniches enneigées entre mur et vide.
    Comme je suis le plus lourd chacun a trouvé logique que je marche en tète pour tester les ponts de neige en traversant et retraversant la rivière. Logique mais pas toujours agréable. Une fois, je suis tombé à l’eau me trempant jusqu’à la poitrine; me suis plusieurs fois mouillé les pieds. Le soir avions parcouru la plus grande partie du canon du moins avons pu faire un grand feu.
    Le 10 décembre, le groupe, sorti des gorges, est arrivé à la zone plate bordant le bras est du lac Phoksumdo, que nous avions vue le 25 octobre ; un léopard, le seul rencontré au cours de l’expédition a bondi devant George Schaller au milieu des plaques de neige, et les empreintes d’un autre furent décou­vertes dans le voisinage ; comme George estime à six environ la population totale de toute la région, je me réjouis à l’idée que ces deux-là fondaient peut-être une famille.
    Ce même jour, le groupe de GS a contourné la muraille à pic qui ferme le lac au nord, pour gagner notre vieux camp des bouleaux argentés près de la rivière Phoksumdo. …. »

    Une carte mystérieuse…

    Au Dolpo, de Phoksumdo à Shey Gompa

    L’extrémité Nord du lac de Phoksumdo, où débouche le George Schaller Trail.


    Un itinéraire précis vous sera communiqué durant le we de préparation durant l’été 2018.
    Ce sera le début du voyage.

    By David Ducoin


    Gyaekochen… Informations pratiques

    Les dates

    Du samedi 8 septembre au dimanche 7 octobre 2018
    Pour un voyage de 4 semaines.

    Le WE de préparation aura lieu le 14 & 15  Juillet 2018 à Chamonix.
    Un week end en montagne indispensable pour mieux réussir notre voyage.

    le budget

     6400 €

    A noter, ce sera un tarif tout compris.
    Il n’y a pas de pourboire à prévoir.
    Ni de bonus pour le sommet à payer.
    Et le salaire des Népalais a bien-sûr été augmenté en conséquence.
    Quelle simplicité de fonctionnement pour tous…

    La difficulté technique de l’itinéraire envisagé.

    Il n’y a aucune information sur les sommets envisagés, à par la carte au 50/000 et Google Earth.
    La cotation devrait être II/PD en neige, et toujours en cotation himalayenne.

    La taille du groupe.

    De 5 à 7 personnes.
    Ce nombre est plus faible que d’habitude pour mieux s’adapter aux complexité de l’organisation et aux aléas d’un voyage exploratoire.

    Le style de progression.

    Il s’agit d’une progression continue avec certainement 1 ou 2 camps d’altitude.
    Nous progresserons toujours encordé, par cordées de deux personnes.
    Les cordées peuvent être Franco-Népalaises.

    Les modalités d’encadrement.

    Un guide ( UIAGM) pour 5 personnes (donc trois cordées) et au-dela, deux guides (Paulo et un guide népalais)
    Plus un Nepali Leader pour 3 personnes

    L’équipe d’encadrement.

    • Les guides sont : Paulo Grobelassisté de Dhan Magar ou Rajan Lama (Nepali guide).

    • Les «Népali Leader» sont :  Deepen Bothe, Karma Sherpa et Anil Rai.
      Pour moi « Nepali Leader » signifie premier de cordée. Ils peuvent donc conduisent une cordée et aider au portage du matériel. Certains suivent actuellement des formations pour réunir les pré-requis nécessaire pour se présenter à l’examen d’aspirant guide UIAGM au Népal.


     Le niveau des participants :

    • Une bonne condition physique.
    • Une réelle autonomie en randonnée dans les Alpes.
    • Une petite expérience de l’alpinisme et de la marche en crampons, pour être à l’aise dans des pentes de neige à 30°, avec un niveau F/PD en neige.
    • Par contre, une expérience de l’altitude et des expéditions n’est pas nécessaire.
    • Une bonne dose de patience, de tolérance et d’humour…, pour réussir à me supporter !

    SERAC, une agence de voyage, qui s'occupe de toute la partie administrative.

    SERAC, une agence de voyage, qui s’occupe de toute la partie administrative. 

    Au Dolpo, Gyaekochen 2018…
    Comment s’inscrire ?

    Dans un premier temps, je vous propose de prendre contact avec moi pour discuter du projet et éventuellement poser une option auprès de SERAC.

    Une logique de cooptation mutuelle.
    De la notion de « client » à celle de « co-équipier ».

    Les modalités d’inscription que je souhaite utiliser illustrent la tonalité des expéditions que j’encadre.
    L’objectif est de se déplacer de la notion de «client» vers celle de «co- équipier» pour construire un groupe solidaire, compétent et dynamique, impliqué dans la réussite du projet.
    Mais pas de souci…
    Il ne s’agit pas pour moi de me soustraire à mes devoirs, obligations et responsabilités, bien au contraire.
    C’est simplement une autre manière d’aborder le sujet, plus en cohérence avec mes valeurs, la nature de ces projets parfois très complexes, et ma vision des choses.

    Une expédition est avant tout un projet co-réalisé par chaque participant dont chacun contribut à la réussite.

    Toutes la partie administrative : le règlement, l’aérien, les assurances, est assurée par SERAC, une association de tourisme, dont je suis membre, qui regroupe des guides et des accompagnateurs.
    C’est donc à SERAC qu’il faut s’adresser pour une demande d’inscription, via leur site internet.

    Voici le lien vers la fiche d’inscription de SERAC

    En complément de la présentation sur mon site, une fiche technique est également disponible. Elle regroupe toutes les informations « obligatoires » concernant le voyage. Il vous suffira de cliquer sur le lien dans le site de SERAC.

    La préparation de l’expédition commence véritablement lors du we de rencontre de toute l’équipe.
    Elle est donc fondamentale (pour ne pas dire indispensable) car elle permet une première rencontre et de valider la pertinence de l’ascension pour chaque participant, tant du point de vue technique que de cohésion de groupe.

    Je suis bien sûr à votre disposition pour répondre à toute les questions que vous vous posez. N’hésitez surtout pas !
    Soit :

    • par mail  avec paulo.grobel(at)orange.fr
    • par téléphone avec le 06 42 90 75 34, quand je suis en France bien sûr !!!

    Quand je suis en Himalaya, tout n’est pas perdu !
    Appelez SERAC au 04 76 86 46 84.
    Noëlle connait parfaitement le domaine des expéditions et pourra vous informer sur votre réservation aérienne, le suivi de votre demande de réservation, ect.


    A bientôt…

    Paulo_à l’Hôtel Padma avant de partir au Dolpo
    Le 14 septembre 2017, puis le 2 décembre, toujours à Kathmandu.

    Et quelque part, l’idée d’une autre traversée… de Kakkot à Lang.
    qui sera beaucoup plus simple après ce premier voyage.

    Et une première surprise.
    OUI, il y a bien des jeeps juste à Juphal. Pour l’instant elles ne font que le court tronçon de piste jusqu’à Dunai.
    Demain… ?

    Un commentaire a été rédigé, ajoutez le votre.

    1. paulo.grobel@orange.fr
      Publié dans 4 février 2018 le 12:15

      Un échange avec Jag d’ « Himalayancompagnons » pour construire une meilleure connaissance de cette région du Gyaekochen.
      Il nous reste à trouver le véritable chemin du camp de base et de la traversée vers Lang (Kalang, Klang ?)

      « Well, as we had discussed regarding the route from Kakkot to Gyaekochen
      and Kalang village I came know that there was a route from Kalang to
      Tatu Khola in many years ago.

      Tatu Khola valley is a place where Tatu Urgen Tenzin had meditated there
      many centuries ago. I heard that there is a document regarding it. I am
      looking for this document. »

      Merci encore et à bientôt au Dolpo
      Paulo Grobel

      Puis un commentaire d’Etienne :
      Je pense qu’il fait référence à Urgyen tendzin (orthographes multiples !!), le fondateur du monastère de Kagar (Kagar labrang, Trangmar, le temple de la crevasse blanche) dans la vallée de la Tarap,

      Je cite mon « excellent article » sur la gompa de Trangmar ! (Qui sera mis en ligne dans notre nouveau site http://www.dolpo-news.com )
      « Les Nyingmapa prédominent à Kagar depuis plusieurs siècles à cause de l’activité du grand lama Nyingmapa, Orgyan Tenzin (o rgyan bstan’dzin), 1657-1729, dans la vallée du Tarap durant la seconde moitié du 17ème siècle. Ceci se reflète dans le temple par des fresques et thangkas des divinités de méditation nyingmapa.