Dolpo, les montagnes de Kakkot

Voici un nouvelle étape dans l’exploration des montagnes du Dolpo.

Après notre expédition à la Putha à l’automne 2016, il s’agit maintenant de visiter le massif juste au Nord de Kakkot, avec trois sommets à 6000 m qui n’ont pas de nom et que nous avons baptisé Kakkot Himal !
Avec Bishal et toute l’équipe népalaise, nous connaissons maintenant bien cette région avec de bonnes relations avec les Dolpo-pa.

Nos montagnes de Kakkot, vu d'en face en descendant du camp de base de la Putha.
Nos montagnes de Kakkot, vu d’en face en descendant du camp de base de la Putha.
Avec les Yakmen de Kakkot...
Avec les Yakmen de Kakkot…

Mais cela reste un voyage très exploratoire pour la partie montagne où nous serons accompagné par une équipe de yakmen du village.

Ce sera aussi une première pour eux, en accompagnant des alpinistes étrangers dans leurs montagnes et peut-être en venant grimper avec nous.
Kakkot est un beau village de culture tibétaine de la vallée de la Barbung Khola, c’est  également le point de départ, vers la Putha Hiunchuli ou le Peak Hawley, et aussi d’un trek exceptionnel à promouvoir de trois/quatre jours au camp de base de la Putha.

C’est donc une ascension dédiée au gens de Kakkot, sans qui rien ne pourrait se réaliser dans ce « Pays caché », si vaste!

Les sommets de Kakkot ne devraient pas être trop technique (max PD en neige) avec un seul camp d’altitude.

Toute la remontée de la vallée de la Tatu Khola (?) avec les yacks devrait être une expérience exceptionnelle, surtout si nous arrivons à construire une belle complicité avec les gens de Kakkot.

Initialement, j'imaginais un itinéraire plus court directement par ce glacier, mais après de longues observations aux jumelles, il me semble préférable de faire un détour par le versant Nord.
Initialement, j’imaginais un itinéraire plus court directement par ce glacier, mais après de longues observations aux jumelles, il me semble préférable de faire un détour par le versant Nord.
vers Tarakot.
Vers Tarakot.

La partie trek devrait être également intéressante car nous allons inaugurer les sentiers en balcon qui relient les villages perchés à flanc de montagne au-dessus de la Thuli Bheri River, avec par exemple une nuit à Gompa Dara avant de traverser bien haut vers le village de Tachin.

Ce nouvel itinéraire est particulièrement intéressant car il nous permettra de mieux nous acclimater tout en découvrant la région « par le haut ». Et surtout, il permettra d’éviter la route en construction en fond de vallée qui relira dans quelques années Dunai à Dho.

La route en slow construction !
La route en slow construction !

 

Une route qui avance doucement et avec de beaux ouvrages.
Mais, une route qui avance doucement et avec de beaux ouvrages.

Pour nous, tout commencera bien sûr à Boudhanath, au grand Stupa.
Pour nous, tout commencera bien sûr à Boudhanath, au grand Stupa.

Un voyage au Dolpo est un GRAND voyage, et encore plus quand il s’agit d’une expédition !

Mais quelle aventure !
Il nous faudra rejoindre Nepalganj tout à l’Ouest du Népal, puis Dunai en Twin Otter.
C’est le déplacement le plus pertinent et le plus confortable.
Quel beau vol de montagne !
L’atterrissage au petit aérodrome de Juphal est toujours un grand moment d’émotion.

Et déjà, notre petit avion repart pour une deuxième rotation avant que le vent ne se lève.
Et déjà, notre petit avion repart pour une deuxième rotation avant que le vent ne se lève.

Nous voici enfin au Dolpo !

Et une première surprise. OUI, il y a bien des jeeps juste à Juphal. Pour l'instant elles ne font que le court tronçon de piste jusqu'à Dunai. Demain... ?
Et une première surprise.
OUI, il y a bien des jeeps juste à Juphal. Pour l’instant, elles ne font que le court tronçon de piste jusqu’à Dunai.
Mais demain… ?

Depuis le camp de base près d’un petit lac, une traversée vers Dho semble possible mais elle dépend de la réalité des terrains à traverser et de notre capacité à randonner plusieurs jours en autonomie.
En arrivant au petit village de Klang, nous aurons alors réaliser un parcours exceptionnel. 

Peut-être deviendra-t-il classique ??? Ou du moins repris de temps en temps…

L'arrivée vers Kakkot et en face, le col que nous franchirons avec les Yaks !
L’arrivée vers Kakkot et en face, le col que nous franchirons avec les Yaks !

Les dates

Ce voyage sera programmé une prochaine année.
A moins que l’expédition de l’automne 2018 depuis le petit village de Lang ne nous ouvre les chemins d’une traversée Lang / Kakkot.

 

 

L'entrée dans la vallée de la Barbung Khola. Et forcément Rigzum gonpo.
L’entrée dans la vallée de la Barbung Khola.
Et forcément Rigzum gonpo.

Les « Plus » de ce voyage :

  • Un vrai voyage d’aventure, où le mot aventure prend toute sa signification !
    C’est donc loin d’être un voyage d’agence…
  • Un guide de haute montagne UIAGM et une équipe népalaise spécialisés dans l’organisation de ce style de voyage d’aventure.
  • Une préparation en France pour se connaitre et faciliter la cohésion du groupe, répondre concrètement à toutes les questions, faire un peu de montagne ensemble pour valider la pertinence du sommet et aborder les aspects techniques.
  • Un contact privilégié avec l’équipe népalaise, avec laquelle nous serons très proche.
  • Une marche d’approche originale pour s’acclimater et découvrir les plus belles randonnées à partir du village de Kakkot.
  • Un fonctionnement très collégial, et un « faire ensemble » qui me sont habituels.
  • Et bien sûr, le service d’assistance médicale de l’Ifremmont, un suivi météo optimisé et une agence népalaise compétente.
Toute l'ambiance tibétaine...
Toute l’ambiance tibétaine…

Niveau des participants :

C’est bien sûr la cotation de la voie III/ PD en neige qui donne la référence du niveau technique nécessaire en alpinisme.

  • Une bonne condition physique.
  • Une expérience de l’alpinisme et de la marche en crampons, pour être à l’aise dans des pentes de neige à 35/ 40°, à un niveau PD/PD + en neige.
  • Une réelle autonomie en trek comme pour les déplacements en montagne.
  • Par contre, une expérience de l’altitude et des expéditions n’est pas obligatoire.
  • Un peu de temps à consacrer à la préparation.
  • Une bonne dose de patience, de tolérance et d’humour.

 kakkot_himal_1-1


Quelques informations importantes.

La difficulté technique de l’itinéraire envisagé.

Il n’existe aucun topo, ni aucune  information sur cet itinéraire.
J’ai évalué la difficulté à PD en neige, en cotation himalayenne.

La taille du groupe.

De 5 à 7 personnes.
Ce nombre est plus faible que d’habitude pour mieux s’adapter aux complexité de l’organisation et aux aléas d’un voyage exploratoire.

Le style de progression.

Il s’agit d’une progression continue avec 1 camps d’altitude.
Nous progresserons toujours encordé, par cordées de deux personnes, et surtout jamais seul.
Les cordées peuvent être Franco-Népalaises.

Les modalités d’encadrement.

  • A définir précisement cet automne avec l’équipe.

L’équipe d’encadrement.

En cette fin d’automne 2016, nous rentrons de deux mois d’expédition tous ensemble au Dolpo. C’est donc une équipe bien rodée et stable.

  • Les guides sont :
    Paul Grobet (Guide UIAGM),
    assisté de Jangbu Sherpa (en formation au Népal pour devenir Guide UIAGM)

  • Les «Népali Leader» sont :
    Dhan Magar, Rajan Lama, Deepen Bothe, Dorje Bothe et Karma Sherpa.
    Et certains se destinent également au métier de guide de haute montagne et préparent leur liste de courses et de pré requis.

    Kakkot... Un beau village Bothya
    Kakkot…
    Un beau village Bothya

SERAC, une agence de voyage, qui s'occupe de toute la partie administrative.

SERAC, une agence de voyage, qui s’occupe de toute la partie administrative.

Pour participer à cette expédition… Comment s’inscrire ?

Une logique de cooptation mutuelle.
De la notion de « client » à celle de « co-équipier ».

Les modalités d’inscription que j’utilise actuellement illustrent les réalités des expéditions que j’encadre.
Mon objectif est de se déplacer de la notion de «client» vers celle de «co- équipier» pour construire un groupe solidaire, compétent et dynamique, impliqué dans la réussite du projet.
Et surtout pour un projet très exploratoire, qui plus est dans un  « Pays caché »…, le Dolpo !
Mais pas de souci… Il ne s’agit pas pour moi de me soustraire à mes devoirs, obligations et responsabilités, bien au contraire.
C’est simplement une autre manière d’aborder le sujet des voyages d’aventure, plus en cohérence avec mes valeurs, la nature de ces projets parfois très complexes, et ma vision des choses.

Une expédition est avant tout un projet co-réalisé par chaque participant dont chacun contribut à la réussite.

Toutes la partie administrative : le règlement, l’aérien, les assurances, est assurée par SERAC, une association de tourisme, dont je suis membre, qui regroupe des guides et des accompagnateurs.
C’est donc à SERAC qu’il faut s’adresser pour une demande d’inscription, via leur site internet que je validerais après un premier contact avec moi.

Le nouveau formulaire sera mis en ligne avant la fin de l’année 2016.

En complément de la présentation sur mon site, une fiche technique est également disponible. Elle regroupe toutes les informations « obligatoires » concernant le voyage. Il vous suffit de cliquer sur le lien dans le site de SERAC.

La préparation de l’expédition commence véritablement lors du we de rencontre de toute l’équipe. Elle est donc fondamentale (pour ne pas dire indispensable) car elle permet une première rencontre et de valider la pertinence de l’ascension pour chaque participant, tant du point de vue technique que de cohésion de groupe.

Je suis bien sûr à votre disposition pour répondre à toute les questions que vous vous posez. N’hésitez surtout pas !
Soit :

  • par mail (voir la page contact de mon nouveau site)
  • par téléphone fixe 04 76 79 99 68 quand je suis en France bien sûr !!!
    ou souvent plus simplement avec le 06 42 90 75 34.

Quand je suis en Himalaya, tout n’est pas perdu !
Appelez SERAC au 04 76 86 46 84.
Noëlle connait parfaitement le domaine des expéditions et Stephanie pourra vous informer sur votre réservation aérienne, le suivi de votre demande de réservation, ect.

Et toujours les montagnes de Kakkot, avec l'ambiance particulière des alpages de la Putha.
Et toujours les montagnes de Kakkot, avec l’ambiance particulière des alpages de la Putha.

Google Earth…

Juste pour se rendre compte des différents versants de notre montagne.
Bon voyage.

Le versant Sud. Certainement un peu trop compliqué, malgré la simplicité d'approche.
Le versant Sud.
Certainement un peu trop compliqué, malgré la simplicité d’approche.
Et le versant Nord, forcément plus glaciaire et avec un bel itinéraire.
Et le versant Nord, forcément plus glaciaire et avec un bel itinéraire.

 


yeti

Notre agence de trek.

Au Népal, organiser une ascension ou un trek (un peu compliqué) nécessite de collaborer avec une agence compétente dans le domaine choisi.

Pour nous, avec Bishal, nous travaillons avec Yeti Adventure, qui est bien sûr en relation avec Yeti Airlines. Un avantage certain pour certaines destinations sensibles, en plus d’un contact très agréable et pro en Français.

N’hésitez pas à les contacter si vous avez un projet de trek ou d’expé.
E-mail:yeti@yetiadventure.com

Depuis le village de Kakkot.
Depuis le village de Kakkot.

Vue de haut ! Le lac glaciaire, forcément sacré...
Vue de haut !
Le lac glaciaire, forcément sacré…

Une touche de sacré, par Guru Etienne…

Kakott Himal, le lieu saint idéal. 

Le Tibet connaît un penchant marqué pour la tripartition : trois étages du monde, trois corps, trois domaines, trois joyaux, trois poisons, trois racines etc.

Une montagne possédant  trois pics, est donc l’archétype du lieu saint parfait. 
C’est le cas de deux des montagnes divinités les plus célèbres du Tibet, l’Amnye Machen, et le Nyenchen Tanglha. Parfois la figure de la montagne triple regroupe en fait trois montagnes. C’est le cas du Kailash entouré des montagnes : Jampa (Manjushri) et Chana Dorje (Vajrapani).

Mais, la représentation idéale du lieu saint est celle de trois pics enserrant un lac (exemple de l’Amnye Machen ), qui évoque aussi le foyer à trois pieds sur lequel est posé une marmite.

Cette image provient d’une célèbre légende de Padmasambhava que rapporte Nyima Özer, célèbre découvreur de trésors (tertön) de la tradition nyingma (1124-1192).

Un jour, en Inde, le maître du Dzogchen (Atiyoga), Shri Singha (Shri Simha), révéla à ses disciples tibétains Vairocana et Lekdrub, les vingt-cinq tantra secrets de cette école, malgré l’interdiction royale de les divulguer à des étrangers. Il érigea alors un foyer à trois pierres, plaça une marmite au-dessus et s’assit, couvrant son corps d’un filet et parlant à travers une trompette de cuivre. Toutes ces précautions n’avaient qu’un but celui d’égarer les devins qui chercheraient à savoir qui avait révélé les enseignements. Un roi de l’Inde, désirant savoir où Vairocana s’était enfui avec les enseignements secrets, consulta un oracle qui déclara voir un lac sur trois montagnes et une plaine bariolée (Steïn 1987 : 220).

La montagne est généralement associé à un lac et dans ce cas, la premières est considérée comme le père, l’autre la mère.

Avant de gravir cette trilogie de sommets du massif du Kakkot Himal, nous ferons donc attention de ne pas déranger le couple divin en méditant devant la « marmite sacrée »…


Paul_un jour de pleine lune à Boudhanath
le 14 novembre 2016

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.