mont aiguille

Carto des Vigilances Alpinisme, quelle représentation pour une course facile en Terrain Haute Montagne rocheux ?

Dans le cadre d’une recherche-action sur la Carto des Vigilances pour l’alpinisme, voici une page dédiée au partage d’expériences sur le terrain. Avec la carto produite, un court compte rendu, des remarques et des propositions concrètes pour représenter la vigilance spécifique à ce terrain.

Cette page est un document de travail en cours d’élaboration. Toutes les notions, les concepts peuvent être remis en question, argumentés, modifiés… Bref, augmentés.

Qu’allons-nous produire ?

Une première remarque.

À la différence de la CSV hivernale, les vigilances ne sont pas de même nature en fonction de la course choisie. Il faut donc, en premier lieu, déterminer le type de course, et la vigilance principale.  Puis connaitre les définitions des représentations de celle-ci. La Carto des Vigilances ne sera donc pas structurée de la même manière. 

Une proposition :

  • Pour le terrain Haute Montagne dans une course Facile : le type de progression et d’encadrement.
  • Pour l’escalade en Terrain d’Aventure : le niveau technique de chaque grimpeur.
  • Pour le Terrain Glaciaire : le type de glacier (?)

Carto des Vigilances Alpinisme, le Terrain Haute Montagne rocheux.

Le niveau de difficulté d’une course rocheuse facile se situe aux environs du III+, avec des niveaux d’exposition des passages et un équipement en place (ou sa facilité d’installation) très différents.

La vigilance principale de ce style de terrain pourrait être le type de progression et d’encordement. Car ce sont ces différents types d’encordement et leurs mises en oeuvre pertinentes qui conditionnent la qualité d’une course d’alpinisme, en terme de sécurité, d’efficacité et de plaisir.

  • Pour le terrain facile : une progression à corde courte, en VERT.
  • Pour un terrain – facile : une progression à corde tendue, en JAUNE.
  • Pour un terrain plus compliqué : une progression par longueur avec des relais, en ROUGE.

Ces trois types de niveau de difficulté peuvent se retrouver dans la même course, par sections différentes, il s’agit donc d’alterner les modes de progression. Et c’est l’identification de ces sections qui est difficile.

Un exemple de terrain montagne facile. Crédit : Julian Breuil
CSV et terrain haute montagne
Notre Carto des Vigilances pour le Mont Aiguille.

La voie normale du Mont Aiguille.

  • Réalisée le 22 Mai 2022, en cordée de deux.
  • Rédigé par Paulo Grobel.

La nature du projet est une première expérience d’un lead d’une course facile, supervisé par le leader qui évoluera en second. Il s’occupera ensuite uniquement de la descente.

Dès les premières longueurs, la mémorisation du topo a très vite montré ses limites. Aussi, parce qu’il n’a pas été possible d’en faire un croquis compréhensible lors de la préparation. Et donc de décider précisément les différentes sections avec des modes de progression différents. C’est généralement le cas pour les alpinismes peu expérimentés et surtout dans les courses faciles.

Par contre, au retour, lors du débriefing, un croquis a été très facile à réaliser ! C’est donc possible…

Pour la descente, il est intéressant de constater que l’itinéraire le plus simple n’est pas documenté dans les topos, et sans tracé sur photo, ni croquis.

La fréquentation est une case importante à prendre en compte dans ce style de course (mais sans solution idéale). Nous étions idéalement positionnés, juste avant plusieurs groupes. Puis, nous avons rejoint un groupe au début de la cheminée finale (avec deux guides et des cordées de 4). Nous serons seuls dans la descente alternative de la vire du pilier Sud (merci Marc pour les infos).

mont aiguille
Crédit : https://www.le-mont-aiguille.com/activites/ascension-voie-normale-du-mont-aiguille Le tracé du début de la descente est faux !!!

Une remarque sur les topos.

En alpinisme, les topos prennent une place importante dans la préparation d’une course. Et malheureusement, pour cet exemple du Mont Aiguille, les topos (en ligne ou édités) ne donnent pas beaucoup d’indications pratiques sur le style de progression, surtout pour une course facile. Les descriptions écrites sont souvent peu lisibles et surtout pour des alpinismes peu expérimentés. 

A partir de là, il est difficile de construire une représentation fiable des différents modes de déplacement de la cordée.

Nous vous invitons donc à nous faire parvenir, par mail perso, vos expériences et remarques sur la Carto des Vigilances Alpinisme pour les courses faciles… 

Bel été à toutes et tous.

CSV alpi et terrain d'aventure
Une Carto des Vigilances pour un autre style de projet : de l'escalade en terrain d'aventure.

5 réflexions sur “Carto des Vigilances Alpinisme, quelle représentation pour une course facile en Terrain Haute Montagne rocheux ?”

  1. paulo.grobel@orange.fr

    Une remarque de Manu sur FB…
    « Salut Paulo, moi j’appelle ça un plan de course car ça peut comporter d’autres éléments qui ne sont pas des « vigilances ».
    Mais nous sommes très proches. »

    Et une réponse…
    Bien sûr, il s’agit bien à première vue d’une feuille de route.
    
Mais c’est la manière de la construire et de l’utiliser qui en font tout l’intérêt. Il s’agit de questionner la nature et la qualité de la relation entre les membres d’une cordée ou en sein d’un groupe de plusieurs cordées.
    Pour un guide : De quelle manière l’implication des clients dans la préparation d’une course et sa conduite apportent-ils plus de sécurité, plus de qualité ?
    Pour une cordée amateur : Comment sont prisent en comptes les différences de niveaux technique, d’expérience entre les membres de la cordée ? Qu’est-il possible de construire ensemble ?
    Pour de l’alpinisme en couple : L’implication du compagnon (de la compagne) de cordée dans le choix de la course et sa préparation (sa conduite aussi) ne limite-elle pas les risques de « malentendu » pouvant mettre à mal la relation affective ?
    Pour de l’alpinisme dans une sortie du CAF (ou d’un autre club) : De quelle manière la Carto des Vigilance pourrait-elle construire une meilleur autonomisation des pratiquants ?

    Au plaisir d’une prochaine rencontre…
    Paulo

    1. Je vous rejoins sur le fait que ne pas impliquer sa compagne dans le choix de la course et sa préparation peut mettre à mal la relation affective . Pour éviter cela j’essaye de me mettre à sa place face aux difficultés possibles en prenant en compte son expérience , ces capacités physiques et mentales( est elle déterminée ? accepte t’elle l’effort ?ces compétences techniques )son désir du moment . L’implication passe par l’expression de son ressenti face aux données exposées en la rassurant sur les difficultés à venir.. J’ai tendance à le faire le jour de la sortie car elle me fait entièrement confiance .
      Il y a un facteur limitant me semble t’il dans la réalisation d’une sortie…la compagne a t’elle des compétences techniques qui lui permettraient de prendre en charge la cordée en cas d’accident du leader… votre démarche a le mérite de formaliser la sécurité de la sortie mais elle permet surtout un partage plus important en renforçant la cohésion de la cordée. Merci . Au plaisir de vous suivre.
      Christian

  2. Ping : La Carto des Vigilances Alpi, l’escalade en terrain d’aventure.

  3. Ping : Une Recherche Action pour la CSV estivale... ?

  4. Ping : CSV Alpinisme… Work in Process ! - Par Paulo Grobel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.