Tharpu Chuli, le topo

Small is Beautiful.

Voici le topo de ce « petit » sommet du massif des Annapurna.
Une ascension idéale comme première expérience himalayenne.
A réaliser simplement encordé et en petite équipe.

Bon voyage…


Les lodges de Machhapuchhare Base Camp.
Les lodges de Machhapuchhre Base Camp. Grands et confortables… Et avec la Wifi bien sûr !
Les lodges de l'ABC, la fin du trek.
Les lodges de l’ABC, la fin du trek.

Ce sommet a été gravi dans le cadre du projet Sherpa Women by Salewa. Il existe une présentation de ce projet sur mon ancien site et le compte rendu de l’expé de l’automne 2014 sur le nouveau site.
Vous pouvez aussi consulter la page de Face Book de Sherpa Women.
Et pour en savoir un peu plus sur ce projet, rendez-vous sur les pages:
Sherpa Women… Milestones.
Sherpa Women, revue de presse.

Le Sanctuaire des Annapurna.

La marche d’approche pour le Tharpu Chuli est très simple. Ill suffit de rejoindre l’ABC, l’Annapurna  Base Camp au centre du Sanctuaire des Annapurna. C’est un trek classique très fréquenté avec un bon sentier.
Deux itinéraires sont possible de chaque côté de la vallée, soit par Landruk soit par Gandruk. Je préfère un itinéraire en boucle, à la montée par Landruk et au retour par le versant de Gandruk.
Landruk peut s’atteindre en une journée de marche depuis la route à Kande ou directement en jeep. En partant de bonne heure depuis Kathmandu le matin, nous avons fait étape le soir à Australian Camp avec une petite heure de marche depuis Kande. Puis Landruk, Chhomrong, Bamboo, Deurali et Machhapuchhre Base Camp avec un aller retour à l’ABC.
L’acclimatation est ainsi idéale.
Le parcours du trek est aménagé avec beaucoup de lodge et de moins en moins d’emplacements de camping. Ce qui ne facilite pas le déplacement d’une équipe en camping.


Bon. Pas de doute, c'est vraiment là qu'il faut descendre.
Bon. Pas de doute, c’est vraiment là qu’il faut descendre.
Et les porteurs avec leurs charges ne sont pas les moins agiles !
Et les porteurs avec leurs charges ne sont pas les moins agiles !
La vue sur le glacier au départ du "sentier" !
La vue sur le glacier au départ du « sentier » !
Une journée de marche peu agréable. Mais heureusement, il existe une petite sente, qu'il faut essayer de ne pas perdre.
Une journée de marche peu agréable. Mais heureusement, il existe une petite sente, qu’il faut essayer de ne pas perdre.
Juste derrière, la descente de la moraine. Et pourtant, un passage existe !
Juste derrière, la descente de la moraine. Et pourtant, un passage existe !
Depuis les lodges de l'ABC, enfance, le camp de base du Tharpu, à gauche de la rivière sur le replat morainique.
Depuis les lodges de l’ABC, en face, le camp de base du Tharpu à gauche de la rivière sur le replat morainique.
Sur le fil de la moraine.
Sur le fil de la moraine.
Juste avant le camp de base habituel, un autre emplacement plutôt agréable. Mais plus exposé aux avalanches en cas de chutes de neige importante et peut être avec un problème d'eau. A utiliser s'il y a un autre groupe au camp de base.
Juste avant le camp de base habituel, un autre emplacement plutôt agréable. Mais plus exposé aux avalanches en cas de chutes de neige importantes et peut être avec un problème d’eau. A utiliser s’il y a un autre groupe au camp de base.
Une vue plus large du vallon morainique avec d'autres emplacements possible.
Une vue plus large du vallon morainique avec d’autres emplacements possible.

L’accès au camp de base.

Juste en face de l’ABC, de l’autre côté du glacier, le camp de base du Tharpu est bien visible ainsi de l’itinéraire pour l’Advanced Base Camp. Comme le soleil arrive relativement tard aux lodges de Macchapuchhre Base Camp, il est préférable d’utiliser l’ABC comme dernier camp de trek. Un large camping existe derrière les lodges.
Puis, il s’agit véritablement d’un changement de monde, entre le sentier fréquenté des trekkeurs et le domaine de la haute montagne.
A 500 m en aval des grands lodges de l’ABC débute le «sentier» de descente sur le glacier noir de l’Annapurna. Il peut être plus ou moins délicat en fonction de l’enneigement. Et nous y avons installé une corde fixe pour faciliter le passage des porteurs. L’itinéraire a beaucoup changé ces dernière année, et la majorité des tracés sur les cartes sont fausses.
Actuellement, le sentier, relativement marqué et cairné, fait un large détour vers le haut du glacier pour rejoindre un point de passage le plus simple sur la moraine d’en face. Puis il revient vers l’aval sur le fil de la moraine jusqu’au vallon bien marqué juste en face de l’ABC. Un gros bloc est visible sur sa rive gauche et le camp de base se situe en face sur l’autre rive (eau et douches à la rivière).
L’emplacement n’est pas très grand et il était à notre arrivée vraiment «crade».
Merci aux équipes népalaises précédentes…, à une règlementation népalaise inefficace et à la croyance bien pratique des alpinistes qu’il suffit de déléguer la gestion de nos déchets à l’équipe népalaise.
Why not ? Mais… «La confiance n’empêche pas le contrôle.»


Depuis les tentes du Camp de Base... le sentier vers le sommet.
Depuis les tentes du Camp de Base… le sentier vers le sommet.
Le petit passage exposé...
Le petit passage exposé…
Dans la traversée d ela combe. le sentier est minuscule mais surtout je ne m'imagine pas avec un peu de neige dans ces pentes...
Dans la traversée d ela combe. le sentier est minuscule mais surtout je ne m’imagine pas avec un peu de neige dans ces pentes…
Petit arrêt sur le premier replat.
Petit arrêt sur le premier replat.
Une agréable rand vers notre camp d'altitude.
Une agréable rando vers notre camp d’altitude.

Du Camp de base à l’Advanced Base Camp.

Juste au-dessus du camp, de l’autre côté du ruisseau, un petit sentier est bien visible. Il remonte un ressaut par un passage impressionnant et exposé, puis traverse longuement en ascendance à gauche toute la combe pour revenir sur une épaule bien marquée. La suivre jusqu’à un emplacement de camp (eau ? et poubelles). Continuer à monter plutôt vers la gauche. Le sentier est bien marqué et rejoint rapidement un replat. Le terrain devient alors plus rocheux avec des éboulis avant de rejoindre un petit col sur une moraine. Grand cairn et eau pas trop loin dans la combe de l’autre versant.


L'Advanced Base Camp. Sur le fil de la moraine... Le camp du glacier est peut être plus pertinent pour une petite équipe autonome.
L’Advanced Base Camp. Sur le fil de la moraine… Le camp du glacier est peut être plus pertinent pour une petite équipe autonome.
Emy en route vers le camp du glacier.
Emy en route vers le camp du glacier.

DSC_0385

Bahadur, le cuisinier, dans un petit passage de rocher.
Bahadur, le cuisinier, dans un petit passage de rocher.
La première pente de neige. Nous allons bientôt nous encorder.
La première pente de neige. Nous allons bientôt nous encorder.
A l'arrivée au camp. Super, Tout le monde est encordé comme il faut !!!
A l’arrivée au camp. Super, Tout le monde est encordé comme il faut !!!

De l’Advanced Base Camp à Glacier Camp.

Nous avons choisi de faire un camp supplémentaire sur le glacier pour réduire la durée de l’ascension et pour vivre une expérience de camp d’altitude.
Il est aussi possible de gravir le col dans la foulée et de faire ce camp directement au col.
Repérer des traces sur la gauche du camp pour surmonter un petit ressaut rocheux, la suite se déroule dans un terrain vallonné jusqu’à proximité du glacier. Une pente de neige conduit au plat du glacier qui est un peu crevassé. Nous nous sommes encordé pour rejoindre alors notre camp.
Pour une question d’ensoleillement matinal, il est préférable de ne pas trop s’approcher de la base du col mais de le faire dès le début du plat. Ce qui signifie aussi qu’il est possible de rejoindre cet emplacement directement depuis le camp de base.


Sur le glacier, le passage d'un pont de neige pour faire comprendre la nécessité de la corde longue. En face notre petit col...
Sur le glacier, le passage d’un pont de neige pour faire comprendre la nécessité de la corde longue. En face notre petit col…
Les deux itinéraires que nous avons réalisé pour rejoindre le col.
Les deux itinéraires que nous avons réalisé pour rejoindre le col.
jangbu, en tête sur l'éperon juste en face du mien. Il est encordé avec Théresa, puis plus haut à partir du col, il s'occupera aussi de Palee qui a changé de cordée.
jangbu, en tête sur l’éperon juste en face du mien. Il est encordé avec Théresa, puis plus haut à partir du col, il s’occupera aussi de Palee qui a changé de cordée.
Une vue plongeante sur le col.  En face, le Sanu Tharpu.
Une vue plongeante sur le col. En face, le Sanu Tharpu. Et les pentes d’accès au col… Pas mal en technique alpine !
L'arête initiale, ici en très bonne conditions.
L’arête initiale, ici en très bonnes conditions.
Une vue plongeante sur la cordée d'Ulysse et Emy.
Une vue plongeante sur la cordée d’Ulysse et Emy.
Diku, Ulysse et Emy sur l'arête. J'aime beaucoup cette ambiance.
Diku, Ulysse et Emy sur l’arête. J’aime beaucoup cette ambiance.
Juste derrière nous, la cordée d'Emy et Ulysse progresse tranquillement. Avec la neige peu consolidée, nous préférons assurer et faire de petites longueurs.
Juste derrière nous, la cordée d’Emy et Ulysse progresse tranquillement. Avec la neige peu consolidée, nous préférons assurer et faire de petites longueurs.
Dhan très heureux et en tête de cordée. Avec Laura et Anu.
Dhan très heureux et en tête de cordée. Avec Laura et Anu.

De Glacier Camp au Sommet.

Ce n’est pas une longue journée car la dénivelée est peu importante.
Traverser le glacier pour rejoindre la base du col à proximité de deux éperons bien marqués. Choisir l’un ou l’autre et le gravir en quelques longueurs de corde. 180 m environ d’une pente de neige à 40/45°, max 50° très court, et parfois quelques rochers à contourner.
Depuis le large col, où il y a quelques années j’avais installé un camp d’altitude, prendre à droite pour rejoindre l’arête de neige initiale du Tharpu. Un peu effilée (45°), elle rejoint rapidement l’arête terminale presque horizontale avec quelques courts ressauts.

Le sommet est bien identifié, bien sûr avec une superbe vue à 360 °.

Depuis le col, il est possible d’éviter la première arête en traversant un peu plus à droite pour prendre une pente de neige plus simple. C’est l’itinéraire que nous avons pris à la descente, avec un grand rappel (100 m) et une rimaye importante à contourner.

A priori, la plupart des groupes faisant l’ascension avec des cordes fixes ne vont pas jusqu’au sommet et s’arrête à mi-chemin à un petit ressaut un peu plus impressionnant.
D’autres groupes, depuis le col, choisissent de rejoindre à gauche un autre petit sommet beaucoup plus simple. Une arnaque classique pour résoudre le problème de l’adéquation du niveau du groupe à la difficulté du sommet, car la pose de corde fixe sur l’arête est un peu compliquée ou demande trop d’effort.

Une arête juste un peu technique mais qui demande un gros travail pour être équipé de corde fixe. Ce n'est donc pas un sommet très pertinent pour un grand groupe d'alpinistes peu autonomes.
Une arête juste un peu technique mais qui demande un gros travail pour être équipé de corde fixe. Ce n’est donc pas un sommet très pertinent pour un grand groupe d’alpinistes peu autonomes.
La cordée de Dorje est maintenant en tête pour faire la trace.
La cordée de Dorje est maintenant en tête pour faire la trace.

La cordée des Bothias au sommet. C'est aussi leur première réussite sur un vrai sommet. Je ne me suis pas beaucoup occupé d'eux par manque de disponibilité. Mais ce sont deux piliers de mon équipe népalaise pour les expéditions que j'organise. Et je suis très heureux pour leur réussite !
La cordée des Bothias au sommet. C’est aussi leur première réussite sur un vrai sommet. Je ne me suis pas beaucoup occupé d’eux par manque de disponibilité. Mais ce sont deux piliers de mon équipe népalaise pour les expéditions que j’organise. Et je suis très heureux pour leur réussite !

Difficulté et cotations.

J’estime cet itinéraire à V/AD- en neige, en cotation himalaya.


Bon voyage en altitude.

N’hésitez pas à laisser un commentaires ou à compléter ces informations.
Merci d’avance.

Paulo, décembre 2014
depuis Delhi.

Si quelqu’un pouvait m’aider à en faire la traduction en Anglais et à le diffuser sur le web, ce serait super. Et bien sûr, comme le copier-coller est une pratique courante pour les agences népalaises… pas de souci s’ils utilisent les photos de cette page mais avec juste l’élégance de citer l’origine ou l’auteur (par exemple soit www.paulogrobel.com soit copyrigh Paulo Grobel).
Mais je ne me fais pas beaucoup d’illusion !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.