• gyaekochen

    DOLPO 2019 : l’ascension du Gyaekochen

    Encore aujourd’hui, il existe des territoires, des vallées et des sommets quasi inconnus des voyageurs que nous sommes.
    À l’écart des grandes routes du trek, il existe des interstices, des « blank on the map » incroyables d’inconnus où il est possible de tracer des itinéraires d’une rare cohérence (je n’ose écrire élégance).
    Au Dolpo, dans ce territoire immense qui reste compliqué d’accès, il est possible de vivre une exploration jubilatoire et de contribuer à la connaissance des lieux, à l’émergence de nouveaux itinéraires. Des itinéraires qui deviendront peut être classiques et qui enchanteront d’autres voyageurs par leur Wilderness.

    Ainsi en est-il des chemins de traverse et des vallées inconnus de ce nouveau « Gyaekochen Trek », de Kakkot à Dho.

    gyaekochen


    Après plusieurs années de défrichage et une tentative d’ascension du Gyaekochen, il est temps de réaliser l’intégrale du parcours, de réussir enfin à relier Kakkot à Dho par les montagnes. Là encore, il nous faudra compter sur l’aide des Dolpo-pa (les habitants du Dolpo), car ces montagnes ne sont pas vides de vie. Ils y conduisent leurs troupeaux de yacks et surtout, à la mi-juin, recherchent Yarsa Gomba, en des ruées vers l’or incroyables et dévastatrices.

    Le Gyaekochen vu d’en face en descendant du camp de base de la Putha Hiunchuli en 2016.
    En vert, l’itinéraire du Gyaekochen Trek.
    Il reste maintenant a réaliser la première partie, de Kakkot au Gyaekochen Pass, puisque la suite est déjà connue et vous retrouverez les photos et le topo dans le compte-rendu de notre aventure de l’automne 2018.

    Le Gyaekochen

    Il nous faudra aussi faire l’ascension du (des) Gyaekochen, l’une des plus belles montagnes du Dolpo, et la plus méconnue aussi.
    Peut-être sera-t-elle encore vierge en cet automne 2019 ?

    Pour le retour à Juphal, j’aimerais redécouvrir l’ancien sentier « par la montagne », utilisé par les habitants de Dho avant que les gorges de la Tarap ne soient aménagées. C’est une route ancestrale par les crêtes, loin au-dessus des vallées et descendant directement sur Dharapani en une boucle idéale.

    Au delà de l’aventure partagée, si nous réussissons ce périple, ce sera également une belle contribution, une petite pierre de plus, pour le Dolpo.

    Etienne dans une belle explication sur l’iconographie de la Gompa de Dho.

    DOLPO, le Pays caché… Et Dolpo-news

    Le Dolpo est au coeur de mes préoccupations de voyageur et d’alpiniste.
    Je vous invite à visiter le site web que nous avons mis en ligne avec Etienne Principaud pour partager le mieux possible nos informations, nos itinéraires et topo ainsi que nos coups de coeur comme nos coups de gueule.
    La richesse culturelle des lieux est bien trop importante pour ne pas y consacrer un peu de temps et d’attention.
    Bon voyage au Dolpo avec www. dolpo-news.com


    Gyaekochen… Une idée du parcours

    Le trajet ALLER est pour l’instant assez simple. Il nous faut enchaîner deux vols, Kathmandu/Nepalganj en fin d’après-midi avec une nuit à l’Hôtel Sidartha (liens+photo), puis le lendemain à l’aurore Nepalganj/Juphal, toujours aussi aléatoire.
    La gestion des bagages pour ce dernier vol de montagne n’est pas non plus une mince affaire, même si l’ouverture de la route pour Dunai a simplifié les déplacements de l’équipe népalaise.

    Depuis Dunai, nous allons inaugurer un premier itinéraire original « Les balcons Nord de Dunai », dont l’idée est très simple, ne pas suivre le fond de vallée où la piste en construction commence a être présente, pour parcourir un sentier balcon reliant les villages accrochés à la montagne. Un parcours un peu plus en altitude qui facilitera aussi notre acclimatation.

    Kakkot est un village niché au pied d’une falaise dans un coude de la Barbung Khola.
    Juste au-dessus du village, un col conduit dans la vallée de laTatu Khola, les alpages de Kakkot. C’est la partie exploratoire de notre voyage car aucun groupe n’a encore réalisé ce « Gyaekochen Trek».

    À 5318 m, le Gyaekochen Pass sera le lieu de notre camp de base.

    C’est celui que nous avons utilisé à l’automne 2018 et il nécessitera encore quelques travaux de terrassement pour installer plus confortablement la cuisine.

    gyaekochen
    Depuis le col 5318, une vue vers le camp de base au bord du lac glaciaire.
    Une belle montagne et une très belle voie normale, plus simple qu’il n’y parait !

    Gyaekochen… L’ascension

    La partie ascension est assez simple et connue, un camp d’altitude sera installé dans le grand replat à 5633 m, juste avant « le grand couloir », puis nous pourrons soit traverser à flanc jusqu’au col 5890 (il faudrait aussi lui trouver un nom…) soit rejoindre l’arête pour traverser quelques bosses jusqu’au col.

    gyaekochen
    L’emplacement du camp d’altitude et le début du « Grand Couloir ».
    Gyaekochen
    Un cheminement est possible entre les crevasses. Sans trop de difficulté.
    Crédit Bishal Rai

    Pour la partie sommitale, à cause de conditions météo exécrables, nous nous étions arrêté à moins de 40 m (!) sous le premier sommet du Gyaekochen, le Lang Himal à 6042. Mais avec une bonne visibilité, l’ascension ne présente pas de difficulté supplémentaire. Le deuxième sommet, le Kakkot Himal est très proche sur la même arête à 6075.
    Pour le grand Gyaekochen à 6107 m, la difficulté est plus importante, peut être PD+, en neige. Et nous avons prévue une journée de plus pour le gravir, en cordée alpine et sans corde fixe bien sûr.

    Enfin la vallée de Dho ! Crédit Bishal Rai

    Puis le voyage en altitude continuera pour rejoindre Dho et notre camp à la Cristal Mountain School en traversant deux cols à 5000, le Shere La 5420, puis le Sheru La 4050 m. L’arrivée par le haut aux villages de Dhoro et Shipchu est superbe.
    Nous voici dans la haute vallée de la Tarap, à Dho.

    La vallée de la Dho Tarap.

    Pour notre RETOUR à Dunai, voici le dernier volet de ce voyage exploratoire : « l’ancien sentier par la montagne ».
     Au départ de Sisaul et loin au-dessus des gorges de la Tarap Khola. Le trajet devrait être particulièrement panoramique et sans trop d’aléas puisqu’il était fréquenté par des caravanes de yacks. Un peu la cerise sur le gâteau, car nous pourrons toujours rentre tranquillement par la Tarap si nous avons des contraintes de temps…

    L’avion, un moyen de rentrer à Boudhanath sans le stress de la route. Et, vous vous souvenez du discours des agences il y a à peine 1 ans… !

    Il reste maintenant à rentrer à Kathmandu, avec toujours les mêmes angoisses au petit matin. 

    • L’avion décollera-t-il de Nepalganj ?
    •  Et pourrons-nous voler aujourd’hui ?

    À Nepalganj, nous prendrons directement la route pour Butval puis le lendemain Kathmandu et Boudhanath.
    Prendre l’avion reste toujours une option possible.

    De mon côté, je resterais peut être à Dunai si nous arrivons à mettre en place avec Kedar, la formation de guide de trek pour les jeunes Dolpo Pa dont nous rêvons depuis presque 3ans !
    Indispensable mais tellement difficile à organiser !!!

    gyaekochen
    En route vers le Schaller Trail !

    Si l’alpinisme n’est pas votre « cup of tea », avec Bishal nous vous proposons un itinéraire de trek qui, après le Gyaekochen Trek depuis Dho continue vers le Lac de Phoksumdo par le Schaller Trail.
    Un enchainement réellement exceptionnel et unique.
    Une page dédiée sera mis en ligne prochainement.

    schaller trail
    Un très beau moment… Nous venons de réussir le premier parcours du Schaller Trail !


    himalayan travellers

    Et voici le logo de notre nouvelle agence.
    Ou plutôt l’agence népalaise de Bishal ! Entouré de tout le team de Nepali climbers.
    Nous avons maintenant un site web et nous sommes à votre disposition pour organiser votre expédition .
    Himalayan Travellers organise également des treks et des expés à dates fixes…
    N’hésitez pas à me contacter ou à faire un mail à Bishal.

    Dhan et Sonam

    Gyaekochen Expedition 2019
    Quelques informations importantes.

    La difficulté technique de l’itinéraire envisagé.

    Elle est décrite dans ce topo qu’il nous faudra compléter.
    J’estime sa cotation à III/PD en neigeen cotation himalayenne

    La taille du groupe.

    Maximum 9 personnes, avec un minimum de 5 personnes

    Le style de progression.

    Il s’agit d’une progression continue et Slow avec  1 camps d’altitude.
    Nous progresserons toujours encordé, par cordées de deux personnes, et surtout jamais seul.
    Les cordées peuvent être Franco-Népalaises.

    Les modalités d’encadrement.

    Deux guides de haute montagne pour le groupe : Paulo Grobel (guide UIAGM) et un guide népalais de l’équipe d’Himalayan Travellers.
    Un Népali Leader pour 4 personnes.

    L’équipe d’encadrement.

    Nous grimpons ensemble depuis très longtemps.
    Et vous les retrouverez dans les derniers compte rendu, comme pour le Gyaekochen de l’automne 2018.  Mais aussi pour les autres expés et des formations internes àl’agence Himalayan Travellers comme la dernière en date au printemps 2018, au Loha Pass.

    • Les guides sont : Paulo Grobel (guide UIAGM depuis… longtemps), assisté de l’un des guides népalais de l’équipe (certainement Deepen Bothe)
    • Les «Népali Leader» sont : Dhan Magar, Rajan Lama, Dorje Bothe et Karma Sherpa.
      Pour nous « Nepali Leader » signifie premier de cordée.Ils peuvent donc conduire une cordée et aider au portage du matériel.Généralement, ils vont au sommet avec nous (et parfois sans nous…). Certains suivent actuellement des formations pour réunir les pré-requis nécessaire pour se présenter à l’examen d’aspirant guide UIAGM au Népal.
    gyaekochen
    Un bon muletier et ses mules. Indispensable pour faire des Paulo’conneries !

    Gyaekochen 2019. Les dates

    Du vendredi 18 Octobre au dimanche 17 Novembre 2019
    Soit quatre semaines
    Avec un We de préparation au cours de l’été.


    Le budget

    Forcément conséquent, car nous sommes au Dolpo avec de l’aérien et beaucoup de matériel.
    Un expé n’est pas un trek … !
    Le budget précis sera communiqué en début d’année 2019
    car l’inflation au Népal rend les budgets prévisionnels rapidement obsolètes.

    A noter, ce sera un tarif tout compris…
    Il n’y a pas de pourboire à prévoir.
    Ni de bonus pour le sommet à payer.
    Et le salaire des Népalais a bien-sûr été augmenté en conséquence.
    Quelle simplicité de fonctionnement pour tous…

    Les sentiers des locaux ! Mais lequel utiliser pour un nouvel itinéraire de trek ?
    Un jeu passionnant.
    Schaller Trail
    En vert, le nouvel itinéraire du Schaller Trail.
    Et beaucoup plus discrète, une bulle indique la vallée réellement parcourue par George Schaller. Un itinéraire beaucoup plus aventureux…

    Pour l’itinéraire ou le déroulement précis.

    Navré, vous ne trouverez pas le détail de notre itinéraire sur cette page, car au Népal (ou ailleurs) Internet est souvent le royaume du copier/coller.
    Par contre, je suis à votre disposition pour échanger sur ce sujet et le « jour par jour » nous servira de base de discussion lors du week end de préparation.

    gyaekochen
    Une progression encordée. Toujours !!! Deepen ouvre la voie.

    Gyakochen. Avant de s’inscrire…

    Une logique de cooptation mutuelle.
    De la notion de « client » à celle de « co-équipier ».

    Les modalités d’inscription que je souhaite utiliser illustrent la tonalité des expéditions que j’encadre. L’objectif est de se déplacer de la notion de «client» vers celle de «co- équipier» pour construire un groupe solidaire, compétent et dynamique, impliqué dans la réussite du projet.
    Mais pas de souci…
    Il ne s’agit pas pour moi de me soustraire à mes devoirs, obligations et responsabilités, bien au contraire.
    C’est simplement une autre manière d’aborder le sujet, plus en cohérence avec mes valeurs, la nature de ces projets parfois très complexes, et ma vision des choses.

    Une expédition est avant tout un projet co-réalisé par chaque participant dont chacun contribut à la réussite.

    Il est donc indispensable de prendre DIRECTEMENT contact avec moi, soit par mail soit par téléphone au 06 42 90 75 34.


    Gyaekochen… Une expédition très Grobélienne

    Pour me répéter, encore et encore.
    Cette expédition  n’a rien a voir avec une proposition d’agence style « voyage organisé», même similaire, même encadré par un guide (même le plus compétent) !
    Ce voyage en altitude est construit sur la notion de projet collaboratif, sur un « faire ensemble », où chacun est impliqué dans le «bon» déroulement de cette aventure partagée (et encadrée).

    Avec : 

    • des prises de décisions partagées (quand il n’y a pas de notion d’urgence bien sûr), 
    • une large place sur le terrain à l’autonomie des cordées
    • une équipe d’encadrement franco-népalaise,
    • une volonté affichée de co-construction de cette ascension et du trek associé.
    • des choix stratégiques précis : une progression continue, des cordées alpines, pas de corde fixe, une autonomie construite.

    Et, je sais d’expérience que c’est un exercice exigeant et difficile. 

    Mais, c’est pour moi la seule proposition réaliste en regard de la complexité de ce type d’ascension himalayenne, où à la multitude d’aléas (de transport, de logistique, de météo, de conditions de montagne, de physique, de santé, de relations…, et mêmes de tremblements de terre !), s’ajoute des aléas de satisfaction personnelle ou de groupe.

    Bref, il faut beaucoup d’énergie pour que tout ce passe bien, ou le mieux possible.
    Et c’est heureusement souvent le cas, sauf que parfois…, tout se complique.

    Comme le slame Grand Corps Malade « Tout seul on va vite, ensemble on va loin… ».

    Et en Himalaya on est parfois vraiment loin de tout, et surtout du confort de chez soi. Mais c’est aussi cela qui fait l’intérêt et la richesse de ces itinérances himalayennes.

    Vous pouvez bien sûr me contacter directement pour que nous puissions en discuter tranquillement. 
    Je suis à votre disposition. En hiver, le 06 42 90 75 34 est le plus rapide, sinon par mail (surtout quand je suis en Himalaya…).


    Gyaekochen 2019
    Pour s’inscrire

    Toutes la partie administrative : le règlement, l’aérien, les assurances, est assurée par SERAC, une association de tourisme, dont je suis membre, qui regroupe des guides et des accompagnateurs. 

    C’est donc à SERAC qu’il faut s’adresser pour toute demande d’inscription, via le site internet.

    Le lien pour l’inscription en ligne sur le site de SERAC sera mis en ligne en fin d’année 2018

    En complément de la présentation sur mon site, une fiche technique est également disponible. Elle regroupe toutes les informations « obligatoires » concernant le voyage. Il vous suffit de cliquer sur le lien dans le site de SERAC (à venir).

    La préparation de l’expédition commencera effectivement lors du we de rencontre de toute l’équipe en début d’été 2018.
    Elle est donc fondamentale car elle permet de valider la pertinence de l’ascension pour chaque participant, tant du point de vue technique que de cohésion de groupe.

    Je suis bien sûr à votre disposition pour répondre à toute les questions que vous vous posez.
    N’hésitez surtout pas !

    Soit :

    • par mail (paulo.grobel(at) orange.fr)
    • par téléphone, au 06 42 90 75 34

    Quand je suis en Himalaya, tout n’est pas perdu !
    Appelez SERAC au 04 76 86 46 84.

    Noëlle connait parfaitement le domaine des expéditions et Charlène pourra vous informer sur votre réservation aérienne, le suivi de votre demande de réservation, ect.

    A bientôt…
    N’hésitez pas à me contacter pour plus d’informations, je suis à votre disposition.
    Et le mail est encore le plus simple…

    Paulo_Depuis La Grave
    Le 3 décembre 2018… Le départ s’approche (mais lequel ?)

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.