Secours en avalanche, niveau 1. Le contenu abordé dans mes séjours d’initiation au ski de randonnée.

De quoi parle-t-on ?
Clairement de Sauvetage en Avalanche.

Une vidéo du site de la Chamoniarde

Cette page est destinée aux personnes qui souhaitent participer à l’un de mes séjours d’initiation au ski de randonnée.
Par exemple :

Bien sûr, je me place d’emblée dans ce « faire ensemble » qui est un peu ma signature de guide de haute montagne, et dans le cadre d’un projet de ski de randonnée participatif où les clients sont avant tout des participants acteurs du projet (mes voyageurs comme dirait l’Firmin).
La mise à plat de ce contenu « Secours en Avalanche » est autant une check liste pour moi, que pour mes voyageurs. C’est un point de repère pour notre pratique ensemble, mais aussi une ressource pour une activité ultérieure en club ou en amateur.
Pour chacun de mes séjours, une documentation « Secours en Avalanche » de l’ANENA sera distribuée.
Cette page sera également enrichie au fur à mesure des saisons et des expériences partagées.

Je remercie l’ANENA et tout particulièrement Fred Jarry pour son aide.

Bon ski à tous et à bientôt.
Paulo_le 18 décembre 2019

ANENA
Tous les stages de Nivologie pratique que j’encadre avec l’ANENA sont sur le site ANENA-formation

Secours en avalanche, niveau 1.

Voici les objectifs  :

  • Etre capable de gérer seul une situation simple d’ensevelissement.
  • Etre capable de participer et apporter son aide à une recherche collective gérée par un leader.
  • Et les compétences qu’il s’agit d’acquérir, dans ce « Niveau 1 » :
  • expliquer les raisons de l’utilisation du DVA, de la sonde et de la pelle en cas d’accident d’avalanche.
  • utiliser les fonctions élémentaires de leur DVA.
  • porter et monter leur matériel.
  • gérer les problèmes d’interférences.
  • réaliser systématiquement le test Emission/Recherche en groupe.
  • mettre en œuvre des actions élémentaires en cas d’accident d’avalanche (conduite à tenir).
  • passer une alerte.
  • rechercher et localiser efficacement une victime ensevelie dans un scénario simple.
  • dégager une victime ensevelie en utilisant une technique spécifique (pelletage en tapis roulant.

Cette liste nous permettra également de faire le bilan de notre séjour.
Et bien sûr, ce sont les compétences nécessaire, pour participer à l’un de mes séjours de perfectionnement ou à un raid. 
Même si nous ferons forcément des révisions de ce contenu du niveau 1…
Car l’objectif est bien-sûr d’aborder le niveau 2 de Secours en avalanche (une page dédiée sera bien en ligne).


Secours en avalanche, niveau 1.
Le contenu abordé en salle : 

1 : Expliquer les raisons de l’utilisation du matériel.

Objectif d’un secours en avalanche :
dégager les voies respiratoires de l’enseveli le plus rapidement possible (moins de 15-20 minutes).

secours en avalanche

⇨ chances de survie maximales avant 15-20’ (statistiques).
⇨ seuls les compagnons entrainés sont capables de ce résultat dans les 15-20 premières minutes.
⇨ seuls le DVA, la sonde et la pelle permettent de rechercher, localiser et dégager la victime dans ce laps de temps, en autonomie.

⇨ Chances de survie maximales :

  • Phase de survie 15-20 minutes :
    Neige = air / possibilité de respirer (sauf voies respiratoires obstruées / cage thoracique compressée).
  • Phase asphyxie de 15-20 min à 35-40 min :
    Chute brutale des chances de survie : trop de CO2 accumulé + manque d’air (pas de poche favorisant les échanges air/co2 et/ou gangue de glace).
  • Phase de latence entre 35-40 min et 90 min.
    Personnes retrouvées vivantes, qui pouvaient respirer.
    Après 90 min et 120 min : décès par hypothermie. Chute graduelle de la T° corporelle.

Détail :
Importance de noter et de rendre compte au médecin/secouristes de l’état des voies respiratoires (bouchées ou non / poche d’air ou non) + le temps d’ensevelissement de la victime. En cas de mort apparente si hypothermie profonde, la prise en charge de la victime ne sera pas la même selon le temps d’ensevelissement et la présence ou l’absence d’un bouchon de neige et/ou d’une poche d’air.

⇨ Compagnons entraînés / sauvetage autonome
Dans la grande majorité des cas, seuls les compagnons peuvent dégager les voies respiratoires dans les 15- 20 premières minutes suivant l’ensevelissement.
⇨ Nécessité du TRIO DVA/Sonde/Pelle :
3 sauveteurs/1 enseveli / 1 m profondeur / terrain 100 x 100 m

  • DVA + sonde + pelle : 15 min
  • DVA + pelle : 25-30 min
  • DVA + sonde : 45-50 min
  • DVA seul : 1 heure
  • Sonde = gain de 10 à 15 min / pelle = gain de 30 à 45 min
  • sans rien : la cata !

2 : Utiliser les fonctionnalités élémentaires d’un DVA

Fonctionnalités élémentaires que les stagiaires doivent connaître et savoir utiliser :

  • on/off
  • passage Emission/Recherche
  • marquage
  • retour « Emission » après laps de temps ou aucun mouvement du DVA.
  • signalétique sur écrans (listes, flèches, indicateur distance, etc.)

3 : Porter et monter le matériel.

  • DVA : Recommandations
    Avec les sangles ou dans le holster, selon les recommandations fabricants. Sur la première couche de vêtement, au moins sous une couche de vêtement.
    Possibilité de port dans une poche zippée, sangle-élastique accrochée au pantalon, écran contre soi. Question des piles : pas de piles rechargeables (sauf certains DVA) / jeu de pile en double dans le sac. Prendre soin de son DVA : hors-saison : révision/enlever les piles/matériel électronique fragile.
  • Sonde : recommandation
    pliée / hors étui / dans le sac.
  • Pelle : recommandation
    démontée / dans le sac.

Détail :
Une bonne sonde : 240 cm minimal / câblée + section importante = rigidité
Une bonne pelle : manche télescopique, godet métal (alu anodisé), godet large, godet«carré» pour pouvoir appuyer avec le pied en cas de neige dure, poignée en D.


4 : Protocole double test E/R (Emission/Réception)

secours avalanche

Nécessité de contrôler les fonctions d’émission et de réception des participants à une sortie.
⇨ Protocole de double test (E + R) des DVA.
Explication du protocole (rôle leader/processus).


5 : Gérer les problèmes d’interférences individuelles

Tout élément métallique, magnétique, tout appareil électronique même éteint (montre smartphone, montre gps, mini caméra, cardio-fréquence mètre, etc.) est susceptible de générer des interférences avec un DVA en Réception et en Emission.

Règles à appliquer :

  • DVA en émission : 20 cm de distance avec tout élément/matériel interférent. Le matériel électronique (smartphone par exemple) peut être allumé, mais doit être placé à au moins 20 cm du DVA en émission.
  • DVA en réception : 50 cm de distance ET éteint.
  • Appel secours avec un smartphone/radio : 25-30 m minimum entre l’utilisateur et le sauveteur en réception le plus proche.

6 : Conduite à tenir en cas d’accident : ALI ROSS

secours avalanche
ALI ROSS, une contribution de Fred Jarry de l’ANENA

La conduite à tenir élémentaire pour un sauveteur :

  • Communiquer toute information au leader en charge du groupe (avant et pendant le sauvetage)
  • Observer l’écoulement => déterminer et marquer le point de disparition => cône de recherche aval.
  • Se mettre en position de sauveteur : DVA en mode Recherche + largeur de bande de recherche
  • Repérer les indices de surface => vérifier les indices + axe de recherche
  • Sauver => rechercher/localiser/dégager/secourir
  • Alerter
  • DVA sur Emission lorsque recherche terminée

L’importance de la communication vers le leader et vers les autres membres du groupe, notamment lorsqu’il y a réception d’un signal


7 : Passer une alerte

secours avalanche
  • Avec un téléphone :
    Préférer le n° de tel. 112
    1er élément : accident d’avalanche => besoin secours montagne (CTA =>secours montagne).
    Rappel : l’alerte peut prendre beaucoup de temps.
  • Avec la radio (la mienne), qui est dans mon sac.
    Savoir la mettre en marche et l’utiliser
    Connaitre le relais à utiliser.

8 : Rechercher et localiser en situation de mono-ensevelissement

Les différentes phases, de la recherche du signal au sondage.


9 : Recherche des signaux

secours avalanche

Tenir le DVA proche de l’oreille => libération de la vue (indices de surface) + aucune info DVA (son+écran) tant qu’il n’y a pas de signal reçu.
Largeur de bande de recherche et possibilités de positionnement sur une avalanche.

  • Recherche approximative : de la réception d’un signal DVA jusqu’à environ 3 m (3.0)
    Forme du champ des ondes d’émission (pourquoi évolue-t-on en courbe ?)

Séquençage 10 m et 3 m : 10 m j’atterris et je sors le train / 3 m je suis sur la piste

secours avalanche
  • Recherche fine : à partir de 3 m jusqu’à un chiffre minimum (signal maximum)
    Au ras du sol ou sur un plan imaginaire (quand blocs)

Pas de modification de l’orientation à partir de 3 m
Marquer le point minimum avec un référentiel (bâton de ski, …)

  • Sondage : à partir du point marqué par le référentiel

Distance indiquée par le DVA R est le rayon maximale de la spirale et la profondeur maximale du DVA E
Sondage à deux mains, entre les pieds, avec des gants, perpendiculaire au plan.
Déplacement du sondeur.
Sondage en spirale rectangulaire, tous les 25 cm

  • Marquage : une fois la victime touchée avec la sonde = marquage (si disponible).

Secours en avalanche, niveau 1.
Le contenu abordé à l’extérieur

10 : La portée du DVA en Recherche

 l’influence des positions respectives des DVA en E et en R / capacités de réception de son DVA / Déduction de la portée et de la LBR de son DVA.
Importance des distances (ce que représente 20, 30 m sur le terrain), pour un meilleur positionnement sur l’avalanche en cas de recherche des signaux (LBR).


11 : Démonstration : recherche approximative, fine, sondage et marquage

Recherche approximative :
Positionner un DVA E en surface, perpendiculaire à l’axe de recherche (courbe).
Expliciter l’analogie « atterrissage » :

  • Loin : vitesse + approximation + en hauteur
  • En approche : ralentissement + précision + proche du sol

Démonstration d’une approche correcte avec séquençage 10 m et 3 m.
Enoncer les valeurs affichées par le DVA jusqu’à 3.0.

Recherche fine :
DVA au ras de la surface ou plan imaginaire au-dessus des blocs

  • Si 1er minimum sur la droite inférieur à 0.5 : pas besoin d’une autre droite perpendiculaire
  • Si minimum inférieur à 1.0 cm, insister qu’il n’y a pas besoin de multiplier les croix : une droite et une perpendiculaire suffisent.
  • Marquer le point minimum avec un référentiel (bâton …)

La phase recherche localisation est terminée : ranger le dva dans une poche

Sondage
Détail : attention aux DVA à 1 ou 2 antennes : problème de faux maximums : obliger à des longues droites afin de déterminer l’existence ou l’absence de faux maxi.

Insister sur l’importance du sondage (passage obligé). Nécessité d’être systématique et rapide.
Sondage avec forme « spirale rectangulaire ».

Marquage

Une fois la victime touchée : marquage (si disponible).
A faire dans tous les cas, même en mono ensevelissement (habitude/vérification).

12 : Dégager un enseveli
en utilisant la technique du dégagement en tapis roulant

  • Positionnement des pelleteurs (en ligne, 1 longueur de pelle entre chaque pelleteur)
  • Segment disponible. Chacun travaille dans son segment et vise à gagner en profondeur.
  • Rôle des pelleteurs (pointe / arrière) : creuser et dégager au centre vers l’arrière
  • Rotation des pelleteurs
  • Positionnement des pelleteurs quand la victime est visible
  • Aspect général de la cavité creusée. Le but à atteindre (pas d’entonnoir, tiroir).
secours avalanche

Et voici un autre exemple de recherche en avalanche.


Paulo, le 18 Décembre 2019
Après un stage ANENA avec F Jarry

ANENA
96 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.