• Une nouvelle route vers Naar et Phu !

    Aujourd’hui, le Népal n’est plus ce pays sillonné de sentiers où tout le monde se déplacent à pied, locaux comme voyageurs étrangers.
    La construction des routes est devenu la priorité du gouvernement et se poursuit à grande vitesse dans tout le pays. Il y a bien sûr les nouveaux axes avec la Chine, toutes les connections avec des préfectures de régions mêmes les plus lointaines, mais aussi la multitude de pistes secondaires pour relier tous les villages du pays.

    Cette objectif est évidement pertinent, il suffit de se rappeler le développement du Vercors, grâce à la construction de routes spectaculaires, ou même la route de La Bérarde.

    Mais au Népal, il y a parfois des priorités surprenantes.

    La première rencontre avec les ouvriers des chantiers.

    La première rencontre avec les ouvriers des chantiers.

    DSC_0344

    Il y a plusieurs équipes qui travaillent simultanément, plus de cents personnes.

    Il y a plusieurs équipes qui travaillent simultanément, plus de cents personnes.

    All by hand !

    All by hand !

    Alors que l’axe Besisahar / Chame nécessite encore de gros travaux de consolidation, un chantier a commencé depuis Koto pour rejoindre Meta et désenclaver Naar et Phu.
    En l’espace d’un mois, une piste a été construite au début de la vallée et progresse très rapidement, changeant radicalement le paysage et la réalité de la marche sur cet itinéraire.

    Terminer l’ambiance bucolique de la forêt et le beau sentier qui se faufilait dans un paysage abrupte et sauvage. 

    J’espérais que cet itinéraire en marge des Annapurna allait rester un peu à l’écart de ces bouleversements, pour préserver une économie touristique liée à la randonnée, avec des revenus dont Naar et Phu ont bien besoin.

    Et je suis vraiment triste, car cette décision me semble prématurée et bouscule le développement d’un tourisme à pied dans le massif des Annapurna. Un développement qui manque cruellement de vision d’ensemble, d’un schéma directeur malgré le travail de l’ACAP.

    Mais le Népal a visiblement d’autres priorités que les touristes et leurs besoins.

    Si vous allez à Naar ou Phu, ne soyez donc pas surpris par cette nouvelle réalité du terrain.

    Et, au fil des ans, sur mon site, je vais documenter l’évolution de cette route, dans cette page.
    Un peu par nostalgie mais aussi pour rendre compte de l’évolution du « progrès » et pour mettre à jour les informations sur les accès à Phu et aux plus belles montagnes du Peri Himal.

    A quand un arrêt de bus à Meta ???

    Et principalement des jeunes (très jeunes) gens de la région de Rukum.

    Et principalement des jeunes (très jeunes) gens de la région de Rukum.

    L'atelier d'aiguissage des barres à mines.

    L’atelier d’aiguissage des barres à mines.

    La fin d'un sentier...

    La fin d’un sentier…

    DSC_0350

    Et déjà des éboulements ont eu lieu, juste quelques jours après le travaux.

    Et déjà des éboulements ont eu lieu, juste quelques jours après le travaux.

    Le début de de l’itinéraire.

    C’est l’entrée dans la vallée, avec une falaise impressionnante où a été taillé un sentier.

    Que va-t-il se passer pour cette portion de route ?

    Et, il n'y a pas d'autre accès...

    Et, il n’y a pas d’autre accès…

    Au fil des ans, le chemin a été bien amélioré.

    Au fil des ans, le chemin a été bien amélioré.

    Et du très beau travail.

    Et du très beau travail.


    Surtout n’hésitez pas à laisser un commentaire ou un retour d’expérience.

    Paulo_de retour de l’Himlung et au soleil de Hyères
    Le 28 Mai 2016

    6 commentaires ont été rédigés, ajoutez le votre.

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    1. Izombard alain
      Publié dans 29 mai 2016 le 14:21

      Je connais cet itinéraire pour l’avoir parcouru en 2009, avec encore un côté sauvage et grandiose, et je vois mal une route partant de chame pour rejoindre phu. c’est désolant.

    2. Charlie Badjé
      Publié dans 30 mai 2016 le 18:35

      Génial, combien de voie la route !!

    3. jocelyne Regembal
      Publié dans 2 juin 2016 le 00:39

      Je suis très triste … un chemin que je connais par coeur, l’ayant parcouru de nombreuses fois depuis 10 ans. Finie, la beauté sauvage de cette vallée encaissée. Mais plus grave, que va devenir la culture très spécifique de ces deux villages, Naar et Phu ?
      Je pense y retourner en octobre, mais je passerai par le chemin du haut. Merci d’ailleurs, pour le topo de ce nouvel itinéraire, car je ne connais que la partie Meta /Namya ( Namakyu sur la carte).

    4. Jerome
      Publié dans 7 juin 2016 le 22:09

      Merci Paulo pour ces infos même si elles posent comme tu le dis très bien énormément de questions. En tout cas ça m’a replonger dans notre expédition commune au GyajiKang en 2005. J’ai réouvert l’album photo.

    5. FRANZINI Thierry
      Publié dans 7 juin 2016 le 22:42

      Chic un arrêt de bus à Meta ! On va pouvoir encore gratter quelques jours sur de marche ! Paulo prends moi un ticket pour ma prochaine visite ! Je soupçonne le groupe VDB et autres TO qui boycottent les compagnies aériennes népalaises de pousser à la construction de ces routes ! Allez assez rigolé et c’est vrai qu’il faut bien que ce pays avance même si ça grignote notre terrain de jeux. Bon j’ai parcouru 5 fois cette vallée depuis son ouverture aux treks et tant de choses avaient déjà évoluées (la route vers Chame, l’evolution de la fréquentation, les premiers lodges a Naar, Meta puis Phu…). Heureusement Paulo est là pour nous ouvrir de nouveaux coins secrets ! Merci à toi et vive le Népal même avec ses contradictions !

    6. Champsaur -Nepal
      Publié dans 8 juin 2016 le 19:57

      Oui mais ! je connais aussi cette région et bien d’autres , les routes avancent partout au Népal , j’ai comme tout le monde je suis triste de voir disparaitre tout ces chemins ….Oui mais peut ont refuser aux népalais de vouloir des routes pour améliorer leurs quotidiens , combien chez nous se passeraient de l’autoroute , et n’utilisent pas les routes nationale ou départementales qui ne dégradent pas les paysages ? peut au nom du tourisme priver les népalais de vouloir accéder plus facilement aux soins , a l’éducation , ect ect .?
      En 2005 le tour Annapurna partais de Besi Sahar aujourd’hui une piste arrive a Manang et repart de Mulktinath mais cela n’empêche pas les trekkeurs de pouvoir faire le tour sans passer par les pistes

      Champsaur – Nepal