Nouveaux sentiers du Langtang…

Construisons ensemble de nouveaux itinéraires de trek !
Car il y a de multiple moyens d’aider à la reconstruction du Langtang.

Le pur plaisir de la randonnée.
Le pur plaisir de la randonnée.

Donc OUI, il faut aller au Langtang.

Même si c’est une petite vallée de l’Himalaya, qui n’a rien de comparable à la région de l’Everest, sa richesse réside dans l’accessibilité des montagnes qui l’entoure, dans les relations construites avec les Langtangpas, dans ce qu’il est possible d’y vivre.
Que l’on soit randonneur et un peu montagnard, alpiniste du dimanche et amateur de voies normales, ou p’tit jeune aux dents longues et aux piolets affutés.

A Kyanjin, à l'automne 2015. Maintenant il est largement préférable d'utiliser les lodges pour faire marcher l'économie locale.
A Kyanjin, à l’automne 2015. Maintenant il est largement préférable d’utiliser les lodges pour faire marcher l’économie locale.

Et aujourd’hui, il est possible de donner un sens supplémentaire à notre présence là-bas.

Il y a moyen de se faire plaisir dans les montagnes du Langtang, en randonnée comme en alpinisme et d’aider concrètement les Langtangpas à se reconstruire.
Une solidarité simple et concrète, sans attendre et sans dramatiser la réalité locale.
Il est possible d’aider à la reconstruction, un peu différement ! Dans le domaine du trek comme dans celui de l’alpinisme.

Le nouveau pont du sentier du Langtang. La reconstruction avance !
Le nouveau pont du sentier du Langtang. La reconstruction avance !

Je vous propose de défricher ensemble des espaces encore méconnus du Langtang.
Je vous invite à apporter votre pierre à une connaissance plus précise des montagnes et des alpages.
Simplement faire ce que nous savons faire.

Les montagnes du versant Nord de Kyanjin. Quelques beaux itinéraires sauvages et pas trop difficiles. Il faut juste en faire un topo précis pour rendre les choses plus  simples.
Les montagnes du versant Nord de Kyanjin. Quelques beaux itinéraires sauvages et pas trop difficiles. Il faut juste en faire un topo précis pour rendre les choses plus simples.

Car OUI, il y a des choses à découvrir, des choses nouvelles à promouvoir, que bien peu de gens imaginent. Et surtout, tout le monde peut participer à cette collecte d’informations pour, au final, construire de nouveaux itinéraires, de nouvelles manières de faire.

Pas à pas, mettre en commun tout cette envie de découverte, cette envie d’une montagne «à vivre», et pour y vivre des instant de plénitude, de liberté, d’unicité peut-être.

Internet est un merveilleux outil et permet aujourd’hui de partager nos explorations, expériences et découvertes, de les ouvrir à l’ensemble de la communauté internationale des trekkeurs et des alpinistes.

Les sommets des Yala Peak . Un lieu idéal pour découvrir l'alpinisme en Himalaya et au Langtang.
Les sommets des Yala Peak . Un lieu idéal pour découvrir l’alpinisme en Himalaya et au Langtang.

Je vous propose de sortir une ancienne carte du Langtang, de l’étaler au milieu du salon.

Bien sûr, il faut déjà faire la différence entre les territoires. Car tous n’ont pas la même identité, la même culture et le même potentiel de développement touristique.

Pour moi, quand je parle de la vallée du Langtang, je parle uniquement de la vallée avec tous ces bassins versant. Depuis le verrou de Lama Hotel jusqu’au sommet du Langtang Ri à plus de 7000 m.
Thulo Syabru n’est donc pas dans le Langtang !
Ce village, qui va devenir de plus en plus stratégique pour les trekkeurs, fait partie de ce que l’on pourrait appeler «Gosainkunda Trekking Area» avec tous ces versants :

  • le versant Sud de Nuwakot où quasi aucun trekkeur ne s’aventure,
  • le versant de l’Hélambu où passe l’itinéraire classique
  • les alpages d’altitudes à l’Est du Surya Peak
  • et toute la partie des lacs à proximité du col de Gosainkund, de grands espaces très doux.

Au-dessus de Syabru Bensi, qui deviendra rapidement un bazar de bord de route, le versant Ouest de l’arête du Langtang Lirung, correspond aux alpages de Bridim, Kanjin et Sherpagaon.
Forcément, il y a des sentiers et des bergeries tout là-haut, qu’il suffit de parcourir avec les locaux pour en faire un itinéraire très original. Les anciens racontent même qu’il est possible de descendre sur Gora Tabela directement depuis la crête, d’où la vue est prodigieuse. Chiche !!!

L'ambiance panoramique des balcons de Kanjin.
L’ambiance panoramique des balcons de Kanjin.

Plus concrètement qu’allons-nous faire ?

Actuellement, le projet qui me motive le plus consiste à repérer et documenter un itinéraire de trek entre les Lacs de Gasainkunda et le Ganja La, pour traverser ce col et descendre dans la vallée du Langtang.
Un départ par le district de Nuwakot serait idéal.
Cet automne 2016, avec le groupe du voyage  « Sommets du Langtang » je vais donc regarder un peu plus précisément la région Sud du Ganja La pour identifier les montées aux alpages depuis l’Helambu.

En montant au Langtang, une vue lointaine sur les plateaux qui m'intéressent...
En montant au Langtang, une vue lointaine sur les plateaux qui m’intéressent…

En voici une ébauche grâce à Google Earth.

SW_2015_Langtang_iti2

Le début de la traversée Ganja La / Gosainkund.
Le début de la traversée Ganja La / Gosainkund.
Pour rejoindre le grand sentier des lacs, plusieurs itinéraires sont possible.
Pour rejoindre le grand sentier des lacs, plusieurs itinéraires sont possible.
La fin du trek, beaucoup plus simple, même si l'itinéraire est très peu fréquenté.
La fin du trek, beaucoup plus simple, même si l’itinéraire est très peu fréquenté.

Et je vous invite tout simplement à apporter votre pierre à l’édifice, en partant vous aussi à la découverte de la région du Langtang, avec des yeux neuf, des envies à partager.

Bien sûr, je suis à votre disposition pour en discuter tranquillement.

L’agence NepaTrek peut également être un partenaire très compétent et attentif.

À votre retour, prenez juste le temps de partager votre expérience sur le web, en utilisant le site de Trekmag ou de Montagne.
Votre voyage n’en sera que plus riche…

Au final, l’édition d’une carte au 50/000, la plus précise possible, rassemblant toutes ces itinéraires, viendra conclure ce projet.

Bon voyage au Langtang
et au plaisir de faire ce bout de chemin ensemble.

Paulo, le 21 janvier à La Grave
après une petite rando depuis la maison, par un beau soleil d’hiver.

4 Partages

2 réflexions sur “Nouveaux sentiers du Langtang…”

  1. paulo.grobel@orange.fr

    Et, en off, l’intro auquel vous avez échappé !
    Il y a de multiple moyens de donner un coup de main à des «amis», à des gens dans le malheur, qui ont tout perdu, parfois même la foi en la vie…
    Le plus simple c’est de leurs donner de l’argent, cash, de la main à la main, ou de leurs envoyer ce que nous pensons qu’ils ont besoin, de sponsoriser leurs enfants pour qu’ils aillent à une «bonne» école à Kathmandu.
    Nous pouvons leur donner du travail, les aider dans leurs activités professionnelle ou même simplement venir les voir et partager avec eux la douceur d’une soirée au coin du feu.
    Faire quelque chose, plutôt que de ne rien faire ? Être présent et solidaire. Ouvrir son coeur…
    Comme beaucoup de monde, je fais un peu tout ça, du mieux possible car je ne sais pas comment faire autrement devant cette catastrophe qui a meurtri le Népal et bousculé la vie de mes «amis».
    Mais au fond de moi, j’ai de plus en plus de mal avec certaines de ces actions.
    Sont-elles justes?
    Que provoquent-elle à moyen et long terme, et plus largement, entre individus, dans la communauté locale, dans le pays.
    Mais aussi, «qu’est ce que cela nourrit en moi», pour que je sois capable de faire ça là-bas et pas au Restau du coeur ou avec les SDF de chez moi ?
    Bon, d’accord, y’a pas beaucoup de SDF à La Grave…
    Mais qu’elle prise de tête, mon frère…
    Un «certain malaise» s’installe en moi et comme il faut bien vivre avec , je vais donc continuer à aider les Langtangpa, mais différemment.

  2. Bonjour Paulo,
    J’ai fait votre connaissance hier sur « Passion Montagne »,et vous félicite pour votre beau parcourt .
    C’est vos remarques sur le Népal ( et les Langtangpa) qui me touchent.
    En février 2013 j’ai fait le trek du Langtang jusqu’à Kyanjin Gumba,un rêve pour moi de mettre un jour un pied au Népal.
    Superbe immersion dans ce pays et ses habitants. La catastrophe de 2015 a emmené presque tous ces beaux visages que j’ai sur mes albums (dont mon guide Gyurme). Je participe à des repas népalais à Grenoble et à des ventes d’artisanat avec l’association TPH . Les bénéfices sont envoyés à Bouddha quartier tibétain ou siège la cooperative PAGODA crée par l’association et Temba Lama (en relation avec Namlang Eco Tourism qui propose des treck).
    Bien sur je me demande si l’argent est bien distribué , c’est en vue de la reconstruction de la vallée du Langtang…
    Et comme vous le faites remarqué la gêne me gagne quand je croise ces SDF sur les rues de Grenoble.
    Bonne continuation pour tous vos projets! Pour moi je me suis prise trop tard à découvrir cette passion de la montagne.
    Mais je peux encore rêver…
    Pierrette retraitée de 70 ans qui randonne modestement .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.