manaslu ski expedition 2020

Manaslu Ski Expedition 2020

En Himalaya comme dans les Alpes, le ski peut se décliner en de multiple activités.

Au Népal…
Il y a les skieurs de pentes raides, les collants pipettes compétiteurs ou simplement performers, mais (pas encore) de skieurs de raid…, et les skieurs ordinaires qui ambitionnent simplement de gravir un sommet à ski et de descendre élégamment.
Cédric pourrait nous concocter un bel Expresso sur ce sujet…

Je fais partie de cette catégorie de skieur de montagne ordinaire et l’Himalaya à ski me fait rêver.
C’est une discipline complexe et j’y ai vécu quelques grands moments d’émotions et pas mal d’échecs. Il y a tellement de choses à apprendre sur cette activité passionnante.
Tout est nouveau et à construire. Et j’aimerais tant un jour réussir un vrai raid à ski en Himalaya comme
« la Haute Route de Samdo ».

ascension du manaslu
Au-dessus du Camp 3 du Manaslu, les cordes fixes…

Il se trouve que la progression à ski se conjugue particulièrement bien avec la progression continue en Himalaya et à la notion de « Slow Expedition », à condition que le sommet et la neige s’y prêtent, bien sûr.

  • À la montée, le rythme des skieurs est particulièrement régulier et la trace plutôt douce. Avec un sac bien calibré, l’effort est même agréable (!?).
  • À la descente, le sac est vide pour rejoindre le camp précédent, et le ski prend alors toute sa dimension jubilatoire, surtout avec de vraies chaussures de ski (c’est moins évident avec des Millet Everest !).

Intellectuellement, il faut juste accepter de ne chausser les skis qu’au camp de base et, qu’ils feront un long voyage en jeep et à dos de mules ou de porteurs.
Mais, n’est ce pas la même chose pour un skieur de Lyon ou de Paris, quand il se rend dans les Alpes ? 
En Himalaya, le transport des skis est forcément un peu plus contraignant, par contre les skieurs portent plus facilement leurs affaires en altitude (avec donc moins de porteurs au-dessus du camp de base).

manaslu ski expedition 2020
Une vision très rare du plateau sommital du Manaslu…

Manaslu Ski Expedition :
Le ski d’Himalaya ?

On peut remarquer qu’il y a très peu d’expéditions à ski amateur en Himalaya et encore moins d’expédition encadrée. Un dernier n° de ski de rando magazine aborde également le sujet.

Mais alors, pourquoi y-a-t-il si peu d’expéditions à ski en Himalaya ?Peut être parce que l’activité n’en est qu’à son début et que le ski en Himalaya nécessite une double compétences : un très bon niveau à ski de montagne et une solide expérience himalayenne. Il n’est pas si facile d’organiser ce style de projet et de constituer une équipe.

Manaslu expedition
Au petit matin, en route vers le sommet du Manaslu, lors de notre première expédition…

Et que dire des 8000 ! 
Le Manaslu apporte des difficultés supplémentaires par sa très haute altitude et la durée de l’expédition. Mais un peu comme le Shishapangma, c’est un sommet qui s’y prête plutôt bien, même si tout le parcours n’est pas vraiment skiable.
C’est avant tout une grosse entreprise à ne pas sous-évaluer. Un challenge très motivant et une aventure exceptionnelle.
Peut être l’expédition de toute une vie d’alpiniste et de skieur.

Manaslu Ski Expedition
Pavel, en route vers le Camp 3 du Manaslu. Avec un très gros sac !

Manasku Ski Expedition :
pourquoi prendre des skis ?

« Avant toute chose, prendre des skis sur un sommet de 8000m sera toujours plus difficile que d’y aller en mode piéton. Il faut bien voir ce que l’on cherche : soit la priorité est d’aller à 8000m (généralement la première fois sur un sommet de cette altitude), soit on veut skier et on admet une marge d’incertitude pouvant faire rater le sommet (et sa descente à skis depuis le sommet). 
Les chances d’atteindre un sommet de 8000m sont faibles (les statistiques donnent de quelques pour cents à 30-40% environ sur le Cho Oyu, le sommet ayant actuellement le plus fort taux de réussite).
Prendre des skis permet de ne pas axer toute l’expédition sur le sommet. »

Texte : David Lavie In Ski Rando Magazine #36
ascension du Manaslu
Un terrain glaciaire qui demande certaines précautions !

La taille du groupe
L’équipe de skieurs sera forcément intimiste, entre 4 et 6 personnes (moi y compris) et bien sûr, une rencontre un week end à La grave est indispensable…, et obligatoire.

Printemps ou automne ?
Pour la saison, je n’imagine pas aller sur un 8000 à une autre période que le printemps. Et ce choix se confirme de plus en plus avec la modification du régime des grands vents en altitude, le Jetstream.
Au printemps, toutes les grosses agences sont concentrées sur l’Everest, business oblige. Nous devrions être peu d’équipes sur notre Manaslu !
Au printemps, l’instabilité habituelle de fin d’après-midi qui apporte des chutes de neige peut également améliorer les conditions de ski. En sachant que ce peut être tout l’inverse avec un hiver particulièrement sec et un itinéraire plus compliqué. 
Mais, comparé à notre expérience du tremblement de terre de 2015, tout sera forcément beaucoup plus simple !

L'itinéraire du Manaslu avec les différents camps
Avec une vue lointaine, l’itinéraire du Manaslu, avec les différents camps.

Manaslu Ski Expedition 2020 : informations pratiques

Cette expédition sera organisée en parallèle à celle pour les alpinistes, organisée par Expeditions Unlimited aux mêmes dates, et encadrée par Dipeen Bothe mon compagnon guide d’Himalayan Travellers.

ATTENTION.
Pour s’inscrire à l’expédition des alpinistes, il faut s’adresser directement à Expeditions Unlimited, du groupe Secret Planet, basé à Lyon.
Tel : +33 (0)4 78 37 88 88

Les dates

  • Du samedi 18 Avril 2020 au lundi 1 Juin 2020
  • Le week end de préparation aura lieu le dernier we de Janvier 2020 à La Grave.

Le budget

Il est forcément conséquent.
De l’ordre de 19 000 € (à confirmer)…

Pour s’inscrire

logo SERAC
ascension du Manaslu
La partie la plus complète de l’itinéraire du Manaslu, juste après le Camp 1.

Manaslu Ski Expedition 2020 : Objectif 8000 !

Au Pays de l’Oxygène Rare…
Ils sont quatorze et ce sont des géants.
Des géants de neige et de roc, immaculés et indestructibles.
Au Pays de l’Oxygène Rare…
Dernière marche avant le ciel, ils nous accueillent au plus près des Dieux.
Du sommet, notre regard embrasse l’horizon des Hommes
et se perd au plus profond de nous.
Du Pays de l’Oxygène Rare…
nous reviendrons…, forcement différent !

Manaslu Ski Expedition
En 2015, en face…, le jour de l’ascension de Daniel & Pavel, une très belle performance…
Seuls sur le Manaslu, et à deux !

Vouloir faire l’ascension d’un des plus hauts sommets de notre planète, vouloir vivre l’expérience exceptionnelle de la très haute altitude et assumer ce désir égotique, n’a rien d’anodin et nécessite une concentration d’efforts peu ordinaire.
En tant qu’alpiniste et skieur, ces frontières de l’inaccessible me font rêver, bien sûr. 
Mais c’est également en tant que Guide de Haute Montagne que ces sommets me passionnent.

guide de montagne UIAGM
Le logo des guides UIAGM Français…

Ce que j’apprécie dans ce projet Manaslu Ski Expédition 2020 :

  • La mise en place d’un projet en y associant tous les participants.
  • La préparation dans toutes ces composantes.
  • L’organisation de la logistique avec aussi les impacts économiques & écologiques.
  • La gestion humaine d’une équipe à la fois népalaise et européenne.
  • Un positionnement juste pour réussir l’alchimie d’un groupe fortement solidaire, centré sur un objectif commun.
  • La mise en place d’espace de décisions partagées, expliquées, discutées.
  • Vivre tout le bonheur d’être immerger en haute montagne aussi totalement loin du monde mais aussi radicalement en contact avec la nature humaine.
  • Etre capable de s’écouter, de se ménager et de rester disponible pour les uns et les autres.
  • Mais aussi, être seul avec soi-même et ouvrir des frontières invisibles.
  • Puis, rentrer tranquillement à la maison…

« Heureux qui comme Ulysse à fait un beau voyage ! »

Après de longue années d’apprentissage sur d’innombrables sommets de 6000 ou 7000 m, après avoir arpenter les Alpes sans soucis de frontières, de massifs ou de saisons, je voudrais utiliser toute cette expérience pour construire des expéditions à la hauteur de mes rêves, des expéditions « heureuses » où c’est le bonheur « d’être en montagne » et de réussir un projet complexe, qui soude toute l’équipe.

Aujourd’hui, je souhaite partager ces instants de vie « dans cet air si léger » avec des compagnons de cordée, des alpinistes vraiment « à leur place » pour le projet de leur vie.
Forcement, cela nécessite quelques efforts de mon côté et de la part des participants et pas seulement un gros chèque pour se retrouver à l’aéroport.
Des efforts pour se préparer, se rencontrer, pour que le projet vive en chacun d’entre nous et qu’une équipe se construise.

« La progression continue »…
C’est une réflexion merveilleusement intéressante et qui me comble. Il y a encore tellement de choses à explorer.
En 2008, François Damilano a réalisé un documentaire sur ce sujet suite à notre aventure au Dhaulagiri VII. Il explique à merveille mon cheminement actuel vers plus de plaisir en Himalaya.
La progression douce : c’est une équipe solidaire, centrée sur son projet d’ascension, une posture de respect du corps et de l’environnement, pour plus de plaisir personnel et partagé.
C’est une recherche constante de « mieux être » et d’intériorité.
C’est aussi plus de réussite et moins d’accident.

Bref, cette manière d’aborder l’Himalaya me conviens parfaitement.
Et je vous invite à la vivre ensemble sur ce prochain projet au Manaslu, à ski ou à pieds.
Paulo_Le 5 juin 2019 à Kathmandu

ascension du manaslu
Vers le camp 4 du Manaslu


117 Partages

1 réflexion sur “Manaslu Ski Expedition 2020”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.