le tour des aiguilles d'arves

Le Tour des Aiguilles d’Arves en mode randonnée alpine

On pourrait aussi parler d’un Tour des Aiguilles d’Arves « au plus près » en mode Alpinisme !

Voici une nouvelle page sur les Aiguilles d’Arves.
L‘objectif est de rassembler des informations sur ces trois sommets emblématiques et de promouvoir ce grand territoire entre Oisans, Villard et Valloire pour construire un itinéraire de randonnée alpine (et d’alpinisme) inspirant et cohérent.

le tour des aiguilles d'arves
Une petite carte pour mieux comprendre l’itinéraire.
Crédit : Géoportail

Un nouveau Tour des Aiguilles d ‘Arves « au plus près », avec corde, piolet/crampons. Et surtout, en privilégiant le début de saison d’été quand les névés sont encore bien présents (ceux la même qui gênent tant nos amis randonneurs).
Un enneigement conséquent (et un bon gel nocturne) est une aubaine pour les randonneurs-alpinistes que nous sommes.

Cet itinéraire est donc très différent d’un Tour des Aiguilles d’Arves en mode randonnée pédestre.
Et c’est justement cette spécificité qui est vraiment intéressante. A la fois en terme d’itinéraires (car il y a plusieurs options), de matériel et de compétences.
Et, l’idéal serait de réaliser à la fois le Tour des Aiguilles d’Arves et l’ascension des trois sommets !

le tour des aiguilles d'arves
Pas de doute, on ne parle pas du sentier du Tour des Aiguilles d’Arves, mais bien d’un itinéraire d’alpinisme de niveau F à PD (et même + !).
L’engagement y est bien réel.
Le pays de La Meije.
Trois sentinelles, dont la silhouette nous est familière.

Allons voir ce versant que l’on connait moins, l’envers des Aiguilles d’Arves.
Comme pour préparer des aventures à l’autre bout du monde Google Earth est carrément prodigieux. Même si le mieux, c’est quand même de prendre le temps d’une exploration minutieuse pas à pas, et en échangeant avec les locaux…

le tour des aiguilles d'arves
Voici une vue d’ensemble du versant sauvage des Aiguilles d’Arves et du Goléon.
Il n’y a pas beaucoup de passages pour passer au plus près !
Et l’hiver, l’aventure est encore plus exceptionnelle (dixit Pierre, du Pied du Col)
le tour des aiguilles d'arves
Vers l’Est,la porte la plus évidente reste le Col de l’Epaisseur, qui ne pose pas trop de problème à des randonneur-montagnard, surtout quand il est en neige.
Mais que dire des autres passages ?
le tour des aiguilles d'arves
Et, que penser, en particulier de ce versant Nord du Col des Sarrasins qui, en début de saison, devrait être un beau couloir de neige, pas trop raide ?
Mais aussi, qu’en est-il de l’arête Nord de l’Épaisseur ?
le mauvais pas
Une des clefs du Tour des Aiguilles d’Arves « au plus près », reste le contournement de la Méridionale et la traversée de la Brèche Brulle.
Les anciens étaient vraiment forts, pour se lancer dans de tel passage !

Le Tour des Aiguilles d’Arves.
Parlons d’emblée du sens.

Il me semble que le sens horaire est le plus pertinent, car il permet de remontée vers la brèche du Mauvais pas dans le « bon » sens.
Et, au départ, de descendre les pentes du Col Lombard en ramasse !
A valider, bien sûr…

le pays de la meije
Un départ au petit matin du refuge du Goléon… La journée sera belle !
le goléon
Le versant Goléon.
Et, j’aime beaucoup la traversée des Aiguilles de la Saussaz, et bien sûr du Goléon.
Crédit C2C
le tour des aiguilles d'arves
Le Col Lombard et l’Aiguille Méridionale d’Arve.
On peut pas passer plus près… On voit aussi la descente de la Face Sud, après le sommet.

Et voici un début d’itinéraire.

  • J 1… Un peu d’école d’escalade autour de La Grave avant de monter au Refuge du Goléon.
  • J 2…
    Un début en style rando… (ou pas !)
    Col Lombard, les grandes pentes « sous les Aiguilles », Alpage de Rieu Blanc, Baisse de Gerbier, plan Pradin…
    Et deux solutions, descendre tranquillement au Chalet d’la Croé ou continuer directement.., mais, quel col choisir ?
    – Le plus simple… le Col de l’Epaisseur 2891 m, puis l’arête Nord de l’Aiguille de l’Épaisseur 3230 m.
    – Plus technique, le versant Nord du Col des Sarrasins 3128 m.
    – Ou encore mieux (?), par le Col des Aiguilles
    « De la Basse du Gerbier, monter sous la Septentrionale, prendre un petit couloir sous le Col des Aiguilles d’Arves et rejoindre par une zone de gros blocs un gros rocher surmonté d’une croix.
    Poursuivre ensuite par la voie normale de l’Aiguille Septentrionale d’Arves (versant Sud).
     » In C2C
    Refuge des Aiguilles d’Arves
  • J3…
    Un peu d’alpinisme et un sommet.
    L’une des Aiguilles d’Arves, le Bec du Chat ou la Centrale ?
    Ou mieux, si en J2 vous êtes venu par la Méridionale, il est nécessaire (indispensable) de gravir la Centrale.
    Refuge des Aiguilles d’Arves
  • J4…
    Un sommet et une traversée
    La face Est de l’Aiguille d’Arves Méridionale 3514m, par le Mauvais Pas, La Brèche Brulle, et la Pointe Salvador 3202 m.
    Ou en descendant par la face Sud sur le Col Lombard
    Refuge du Goléon
  • J5…
    Encore un peu d’énergie ?
    Par exemple, pour traverser le Goléon, avant de redescendre en vallée
le goléon
La traversée de ce sommet emblématique du pays de La Grave est une très belle manière de clore cette itinérance alpine autour des Aiguilles d’Arves.
le tour des aiguilles d'arves
En montant vers le Goléon.
Rien de bien difficile, nous voici dans le domaine de la Randonnée Alpine.
le goléon
Avec à la descente, une petite visite au Glacier de Lombard.
Crédit : Antoine Marnat

le tour des aiguilles d'arves
Une vision moins classique des Aiguilles d’Arves, depuis le sommet de l’Aiguille de l’Épaisseur.

Le Tour des Aiguilles d’Arves…
Mais aussi pour gravir les trois sommets.

En fonction des époques, ces belles cimes furent nommées de différentes manières :
les Trois Quillons (Aiguillon, en patois),
les Trois Soeurs des Arves,
Jean-Jean / Gros Jean / Petit Jean
ou même la Trinité Magnifique.

le tour des aiguilles d'arves
Une vue plongeante sur la Septentrionale. Certainement la plus simple des trois belles.
l'aiguille septentrionale d'arve
Pour mieux comprendre le topo de la voie.
Crédit C2C

Aiguille Septentrionale d’Arves (ou Tête de Chat) : Versant S (voie normale)

Belle course d’initiation rocher (PD), sans beaucoup d’engagement, mais exposée.

C2C

« Prendre le couloir le plus large (le plus à l’E) qui permet de rejoindre la face Est. Remonter ce couloir de 50 m de hauteur (enneigé très longtemps) et déboucher sur une vire. Suivre la vire sur 50 m vers le Nord (suivre les cairns) puis repartir direction S en suivant une rampe à l’aplomb du Bec Sud. Au niveau du dernier cairn, on atteint un couloir, équipé de pitons et de relais pour la descente (peu visible du bas). Une petite flèche rouge indique le bon couloir (1 passage un peu athlétique avec piton et sangle). Remonter ce couloir facile jusqu’au sommet. »


Aiguille Centrale d’Arves : Versant NE et Arête E (voie normale)

« Course rocheuse PD qui demande néanmoins un bon sens de l’itinéraire. Le cheminement passe d’un versant à l’autre de la face par un système de vires exposées et caillouteuses plus ou moins en bon rocher. »

C2C

A lire ou relire, la présentation de cet itinéraire dans « Sommets de Vanoise » , de Patrick Col et Bernard Vion, aux Éditions Glénat. Un ouvrage Collector !

« Du Col atteindre la 2e vire qui raye la face.
Suivre cette vire équipée de quelques points jusqu’à une terrasse au pied d’une arête bien marquée (cairn).
De la terrasse remonter cette arête légèrement en contrebas à gauche du fil dans une sorte de petite rigole puis sur le fil jusqu’à une brèche.
De la brèche poursuivre sur une trentaine de mètres à droite sur une vire.
Avant que la vire ne descende (cairn), gravir à gauche quelques mètres (II, III) dans une espèce de dièdre pour prendre pied sur une dernière vire.
Suivre cette dernière vire qui retraverse à gauche toute la face. Cette vire passe sous le départ de la variante de la Dalle des Italiens.
Continuer jusqu’à un « petit passage surplombant » mais prisu et protégé par un piton.
Poursuivre par une courte descente qui mène à deux flèches blanches peintes sur le rocher (Cairn). Ces flèches sont utiles lors du retour…
Grimper au-dessus des flèches blanches. Un pas de III protégé par deux spits.
L’arête qui est à droite mène au ressaut final. Grimper dans la paroi toujours à gauche de cette arête grâce à un astucieux système de vires et de rampes qui zèbre la face (cairns).
Sortir sur l’arête qui s’aplatit jusqu’au pied du ressaut final.
Atteindre la terrasse sommitale et sa croix . »


Aiguille Méridionale d’Arves par le Mauvais Pas.

Une description du versant Valloire
« Du col, suivre l’arête facile jusqu’à la Brèche Brulle. Au relais descendre en rappel quelques mètres et suivre la grande traversée presque horizontale de la face E, (1 spit tous les 20 m environ) quasiment jusqu’à l’aplomb du sommet, puis remonter la face jusqu’à la Brèche Supérieure (3), puis franchir le Mauvais Pas (5c/A0) et enfin suivre l’arête facile jusqu’au sommet. »« 

le tour des aiguilles d'arves
Une très belle voie pour accéder à la Méridionale depuis le versant La Grave, décrite dans C2C par Bruno Mazier.

Une description du versant Goleon.
« Depuis le côté E du Col Lombard, remonter le court couloir en éboulis légèrement sur la gauche pour passer le premier ressaut. On sort de celui-ci par une vire sur la droite, l’entrée et la sortie sont marqué par des cairns. Monter alors dans la face S en longeant d’abord l’arête SW dans des éboulis (cairns) pour rejoindre le haut d’une rampe (souvent un névé persistant) au pied de couloirs issu des brèches inférieurs et supérieurs du mauvais pas, à la gauche d’un promontoire.
En début de saison, les couloirs sont en neige, remonter celui de gauche qui monte directement à la brèche supérieure. Lorsque la neige disparait, il y a un ressaut dans les derniers mètres (IV+, un piton). Il est alors préférable de tirer sur la droite au niveau de la veine de quartz blanche pour rejoindre facilement la brèche inférieure. Désescalader alors 10 m dans la face E, pour rejoindre par une courte vire (écaille pour coinceurs moyens) la voie de l’arête SE qui remonte à la brèche supérieure (3 points, relais chaîné). 
De la brèche supérieure, tirer une vingtaine de mètres dans la face E pour se retrouver au pied du Mauvais Pas (1 point, 2 vieux pitons, belle écaille pour coinceurs moyens, relais chaîné). Franchir alors le pas (5c), et poursuivre sur la gauche jusqu’à un relais chaîné (25 m). C’est (sur)équipé comme en salle (8 points, et plusieurs vieux pitons). Il reste alors une longueur (III, 25 m, sangles sur bon becquet) dans une cheminée avant que l’arête ne s’aplatisse pour devenir facile jusqu’au sommet. »
Bruno Mazier

l'aiguille d'arve méridionale
La Méridionale depuis le sommet du Goléon.
Crédit : Antoine Marnat
la méridionale d'arve
Une belle vue de la face Sud.
le tour des aiguilles d'arves
En traversant dans les vires, versant Valloire. Et le versant Sud de la Centrale.
Crédit : Antoine Marnat

les aiguilles d'arves
L’Aiguille Centrale d’Arves et l’ambiance bucolique de la montée au refuge des Aiguilles d’Arves.
le refuge des aiguilles d'arves
Un beau refuge et une bel accueil par les jeunes gardiens.
refuge du goléon
Le refuge du Goléon, versant La Grave

Les hébergements

Bien sûr, il est possible de débuter ce Tour des Aiguilles d’Arves soit du Refuges Goléon soit du Refuge des Aiguilles d’Arve et même depuis le Chalet d’la Croé ou par le refuge du Pic du Mas de La Grave.


Les guides de Haute Montagne et les Aiguilles d’Arves

N’hésitez pas à contacter un guide de haute montagne pour réaliser ce tour des Aiguilles d’Arves, si vos compétences ne vous permettent pas de l’envisager sereinement.
Il existe des bureaux de guide de chaque versant.


Les accompagnateurs et le Tour des Aiguilles d’Arves

Je ne connais pas bien les réseaux professionnels de mes collègues accompagnateur et ce petit chapitre ne demande qu’à être mieux documenté avec leur aide.

Je voudrais souligner le travail important actuellement en cours et soutenu par le syndicat intercommunal des Vallées d’Arvan et des Villards pour mettre en place le Tour des Aiguilles d’Arves, pour les randonneurs.

J’espère de tout coeur que cette très belle énergie portera ses fruits et que ce projet d’aménagement sera complètement réalisé.
J’ai lu avec beaucoup d’attention le rapport rédigé par Joël Poncet, (Montagne Horizon de la Grave (Site ????) ) Sébastien Rivoira (Bureau Montagne des Arves) et Thibault Wikrzak (Bureau Montagne des Karellis/Valloire (tous AMM), suite à leur travail de terrain de Septembre 2019. Chapeau… pour le travail réalisé.

Mais je ne sais pas trop comment cette initiative est vécue, partagée, versant Romanche. A suivre attentivement…


LES AIGUILLES D’ARVES

« Trois sentinelles, une silhouette.
Depuis le vallon du Maurian puis le col Lombard, un petit matin d’éboulis et d’herbe rase, une certaine sécheresse dans l’air. Le silence en secret là où tout s’immobilise, le souffle des crêtes au bord du ravin.
Les voilà en enfilade : méridionale, centrale et occidentale.
Trois aériennes, une solitude.
Inscrites dans un ciel pleine lumière de parois dressées, en lames de pierres et dalles fissurées ou un peu ramassée pour l’une d’entre elle dans son inclinaison. Toujours élancées, bien individualisées face à la Saussaz les aiguilles tout à côté.
Trois impérieuses, une évidence.
Un Oisans des origines à la source de la pierre et d’un vent coupé du monde. Un territoire d’herbe sèche et de saillies rocheuses à l’assaut des arêtes et de leurs petits ruisseaux dans les vallons creusés.
Une fraîcheur et des bourrasques… »

Extrait de « Déambulations du piéton voyageur » (Pays de la Meije) in http://astrolabe-compendium.com

les aiguilles d'arves
A découvrir un prochain hiver…

Le Tour des Aiguilles d’Arves en hiver…

Voici aussi une sacrée histoire qui mériterait d’être documentée et partagée. Car le Tour des Aiguilles d’Arves en Hiver est un raid exceptionnel de sauveté et d’engagement.
Certainement à ne pas prendre à la légère.
Une prochaine page lui sera exclusivement dédiée et c’est aussi la suite de cet article sur le « nouveau » raid du Goléon au Pic du mas de La Grave.
Mais attendons un peu que la neige revienne…


Paulo, le 28 Mars 2020
Bien sagement à la maison durant le confinement du COVID-19

5 réflexions sur “Le Tour des Aiguilles d’Arves en mode randonnée alpine”

  1. UNE ECOLOGIE DE LA PERSONNE — La crise environnementale, celle de l’Homme dans sa globalité, révèle un déséquilibre du vivant dans son identité. Le mot «crise» est à prendre ici au sens de «devoir faire un choix» (latin « crisis » assaut de la nature et grec « krisis » distinguer, séparer, passer au crible…) avant de l’associer à une idée de «période de tensions». Ce déséquilibre signale chez le sujet l’altération profonde d’une gravité négligée en son Centre (latin «gravis» assumer la charge morale et intemporelle du lien Homme / Planète avec noblesse, dignité et proximité) entraînant l’Etre dans un porte-à-faux avec lui-même et son réel. La question est d’importance car le Centre de la personne, son cœur, synthétise en un seul point l’essence de l’Etre, son principe de dualité, ce qui fait LIEN au sein de lui-même dans l’équilibre de ses contraires (masculin/féminin, lumière/obscurité, Terre/Ciel…), la vérité de son IDENTITE. Maltraiter cet équilibre dé-centre et déboussole le sujet, lui faisant perdre le Nord, la vue, la vie et le sens. L’altération de l’intégrité (in-tegritas… le tissu intérieur, le réseau, le lien social…) altère aussi l’environnement du sujet en dé-géolocalisant l’espèce et l’espace de l’individu, sa planète et son ADN, ses repères, l’oxygène de ses liens intimes avec le vivant.
    A SUIVRE…
    http://astrolabe-compendium.com
    http://www.gofundme.com

  2. DEWANCKEL Jean-Luc.

    Bonjour Paulo,
    Des 3 Aiguilles de la Saussaz me manque l’orientale. En mode été quel serait d’après toi l’itinéraire le plus simple(sans corde) pour le sommet ? L’arête SE en AR ?

    Merci d’avance de ta réponse.
    Très cordialement.

    Jean-Luc.

    1. paulo.grobel@orange.fr

      Bonjour Jean-Luc
      Voici la réponse d’Antoine Marnat, grand connaisseur des lieux.
      « Pour l’aiguille orientale de la Saussaz, pour moi le mieux c’est l’arête SE. Par rapport à la montée par le col à l’W, c’est un peu moins raide, la ligne est esthétique et claire. Eventuellement si c’est en neige, on peut remonter directement sous le sommet avec crampon (mais vu que c’est Sud, c’est pas tout les ans).
      J’en profite pour insister sur le fait que la traversée des aiguilles de la Saussaz est magnifique, mais pas anodin: il faut avoir le pied sur, et ce n’est pas vraiment protégeable. »

  3. paulo.grobel@orange.fr

    Quelques précisions de Mirt & Oliv, les gardiens du refuge Goléon.
    « Et merci à vous de contribuer ainsi à la découverte et compréhension de ces Hauts Lieux. Paulo »

    – Concernant col du Goléon et col de la Charrat : le col du Goléon a été retenu sans doutes parce qu’il est quasiment tout en herbe mis à part les 80 derniers mètres versant W. Alors que le col de la Charrat c’est presque que du caillou. Mais en début d’été le col de la Charrat est encore bien enneigé (cf photo ) ce qui pourrait permettre de monter versant Nord en crampons puis redescendre le vallon du Fond.
    – Ou bien pour basculer versant Est une autre option peut être de rejoindre la pointe des Lauzettes : ou bien par le col du Goléon, puis l’arête débonnaire jusqu’à la pointe des Lauzettes, ou bien du col de la Charrat par l’arête mais cette fois-ci un poil plus exigeante avec un caillou assez péteux.
    Le vallon qui redescend de la pointe des Lauzettes versant E semble très joli (on y est passé cet hiver) et on peut imaginer qu’en début d’été il y a encore des névés qui permettent de rejoindre confortablement les pentes d’herbes qui démarrent vers 2500m.
    – Concernant les aiguilles d’Arves: Sur C2C il y a un tracé en « ski de rando » mais qui doit être cool en alpi si enneigé. Ça monte au col entre la centrale et le chat, redescend coté nord pour remonter rapidement au col de gros jean entre la centrale et la méridionale. Ça semble très joli, peut être un peu sauvage (péteux?). Bien envie d’aller tester ça, si on y va on te tiens au courant ! https://www.camptocamp.org/routes/48053/fr/aiguille-centrale-d-arves-tour-col-des-aiguilles-d-arves-col-de-gros-jean. Pour faire le tour des aiguilles et simplifier le passage dans le vallon du refuge du Goléon, il est peut être plus judicieux de monter au col de gros jean mais de ne pas le redescendre (ou alors monter par le sud à ce col gros jean ?) et rejoindre le col Lombard par le Nord.

    Voilà pour le moment.

  4. paulo.grobel@orange.fr

    Et l’avis d’un autre spécialiste des lieux, Antoine Marnat.
    Suite à ma question :
    « Entre Col du Goléon et col de la Charrat, quel est le plus simple en début d’été et avec quelle différence de terrain ?
    Tu préfères lequel ?
    Et pourquoi le Col du Goléon a-t-il été d’emblée retenu ? »
    Sa réponse…
    « Je pense que le Col du Goléon a été choisi pour le Tour des Aiguilles d’Arves, parce qu’il y a déjà officiellement un chemin. Il a été tracé il y a plusieurs années, sous l’impulsion de la mairie de Valloire qui voulait une itinérance possible entre chez eux et les écrins. Coté Savoie, le vallon est plus sympa qu’au col de la Charrat (herbe vs éboulis), et le chemin est encore bien visible. Par contre de notre coté, l’hiver lui a fait des misères. J’en ai discuté l’été dernier avec Mathieu (le berger, qui vit aux courses): Il m’a dit que le passage d’origine, c’était de plutôt prendre une belle rampe depuis le lac. J’ai mis des infos sur c2c:
    https://www.camptocamp.org/routes/1138649/fr/col-du-goleon-par-l-itineraire-du-berger
    La ligne est assez logique, j’ai bien aimé aller voir (mais que des sentes de mouton/chamois qui se perdent).

    En début d’été, il y aura plus de neige à la Charrat. Au col du Goléon, souvent il y a une épaule sèche pour monter en basket même avec un gros regel, mais aussi une langue de neige. Si l’idée est de faire les tour des Aiguilles d’Arves, le point de vue depuis l’Aiguille d’Argentière devrait faire partie du voyage. Si l’optique est plus la diversité, la vue depuis les 3 évêchés est plus différente. Après, pourquoi choisir? Dans l’optique d’un tour alpin, je partirai du Goléon pour la charrat, traversée de la pointe des Lauzettes, col du Goléon et rejoindre le refuge des aiguilles d’Arves. Avec 3 évêchés et Argentière en bonus. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *