hidden valley à ski

Hidden Valley Expedition, des idées de sommets…

La Hidden Valley n’évoque pas grand chose pour la plupart des amateurs de trek ou d’ascensions au Népal. Tout au plus un lieu de passage obligatoire entre deux cols (le Dhampus Pass et le French Pass). 

  • Pour les trekkeurs ces deux cols sont à la fois le graal et la délivrance ultime sur le Tour du Dhaulagiri. 
  • Pour les alpinistes, c’est éventuellement l’itinéraire pour rejoindre le camp de base du Dhaulagiri. Tellement synonyme d’effort et de mal de tête que beaucoup prennent l’hélicoptère, sans porter intérêt à cette immensité ocre qui s’ouvre et s’écoule vers le Nord.

tukuche peak
En montant vers le Dhampus Pass et la Hidden Valley, la face Nord du Tukuche Peak. Crédit Isabelle Guillaume

Et pourtant les sommets sont innombrables dans cette Vallée Cachée, plus de 30 dépassent les 6000 m. Certains, juste des bosses de neige, mais beaucoup d’autres sont dignes d’intérêt et mériteraient qu’on s’intéresse à eux.

Seulement X sont officiellement autorisés, et peuvent servir d’alibi pour une immersion sans limite dans un univers d’une rare wilderness. Je vous invite également à lire cet article sur la législation en vigueur au Népal.

tukuche
Le Tukuche semble vraiment petit à côté du Dhaulagiri, avec plus de 1000 m de différence.
le tukuche
Où l'on voit bien l'arête de profil de la voie normale du Tukuche. Crédit isabelle Guillaume

Tout au Sud, les deux sommets du TUKUCHE PEAK devraient être les objectifs majeurs de la vallée. Des « presque 7000 » sans danger objectif avec un camp de base à plus de 5000 m et facilement accessible avec des mules. L’idée d’une traversée pour rejoindre le camp 1 du Dhaula semble grandiose, tout comme l’arête Ouest depuis le French Pass.

Un deuxième grand sommet, le SITA CHUCHURA est encore plus méconnu, malgré sa silhouette altière et une belle arête Est (gravi en XXX par XXX).

Sita Chuchura
Un vrai beau sommet. Quasi jamais gravi... Quel dommage !
sita chuchura
Une autre vue du Sita Chuchura. Et j'adore le petit sommet en contrebas et à l'ouest...

Hidden Valley Expedition, les "petits sommets"

Pour mieux comprendre la suite de cet article, il faut ouvrir une carte et s’intéresser aux différents systèmes de crêtes qui construisent cet univers. Un croquis, une simple esquisse permet déjà d’imaginer des points d’ancrages pour construire de nouveaux projets. Mais, qui viendra y consacrer suffisamment de temps, en une forme d’attirance obsessionnelle, pour réaliser ces différents morceaux du puzzle ? Seule la juxtaposition des expériences et la mise à disposition des informations permettraient de construire une cartographie interactive de l’exploration alpinistique de cette Vallée Cachée.

kumari peak
Le Kumari Peak... Une arête large sur un sommet insignifiant (pour la plupart des alpinistes). Mais où se trouve-t-il ?

Le Mukot Himal (et l’arête de l’Eternité). Ce tout petit sommet a été ajouté récemment à la liste des sommets autorisés car il est le seul sommet permettant une traversée vers le Haut Dolpo et le village très retiré de Mu. Une traversée que nous avons réalisée à l’automne 2016, avec également un topo du Mukot Himal. Son ascension par l’arête Ouest est très simple et peut être couplée à un tour du Dhaulagiri.

Le parcours de toute l’arête qui part du col XXX, traverse le Bishal Peak puis le Mukot himal pour se conclure au sommet 6336 (qui a été nommé Eternity Peak, en clin d’oeil aux deux Alan du Nanga Parbat) est un beau voyage en altitude, relativement abordable et peu engagé.

mukot himal
L'arête depuis le Bishal Peak jusqu'au Mukot Himal, un beau projet.
mukot himal
Une photo de notre expé de 2016 avec la montée au Mukot Pass. C'est la voie normale, versant Nord du Mukot Himal.

Juste en face, le Hongde Himal propose une longue échine orientée au Sud et constitue avec le Mukot Himal un large fer à cheval. Malheureusement, son altitude supérieur à 6500 m nécessite un surcout important par l’obligation d’un Officier de Liaison.

Hongde Himal
Le Hongde Himal, en montant vers le Mukot Pass.

En continuant l’arête vers le Nord, une belle pyramide (cotée 6419m) est bien visible depuis le Dhampus Pass. Dipen l’a d’emblée baptisée PHURBA KANG, tant sa forme ressemble au poignard sacrificiel de Guru Rimpoché et c’est devenu notre nouvel objectif en une Kora de la Hidden Valley passant par plusieurs sommets à 6000m. À partir du camp de base du Tukuche, cette boucle est particulièrement intéressante et propose de nombreuses variantes à partir d’un camp d’altitude vers 5900 sur le glacier du Phurba Kang. Seul le sommet 6264 a été atteint et nommé MANJUSHRI (il a été dédié à Jean, car c’est un superbe objectif à ski).

hidden valley à ski
Le Phurba Kang. Un sommet qui n'existe pas ! Mais un bel objectif...
hidden valley
Sur l'arête Sud du Phurba Kang. Forcément quelques pentes proposent des lignes inspirantes... Loin de tout.
hidden valley by ski
Un petit bout de carte pour cette Kora de la Hidden Valley.
hidden valley en ski
Le Manjushri. Une très belle pente à skier, directement au-dessus du camp de base.
phurba kang
Depuis le sommet du Manjushri, l'arête du Phurba Kang. Crédit Isabelle Guillaume.

En installant un camp plus bas dans la Hidden Valley, vers 4800, il est possible de s’intéresser aux sommets du versant Est et en particulier la belle arête Sud du TASHIKANG (que nous avons gravi il y a bien longtemps) Deux autres sommets à proximité semblent vierges et une descente directe sur Marpha devrait être possible par la vallée de la Sechi Khola.

hidden valley
Le sommet du Tashikang, officiellement autorisé. Un mélange de ski et d'alpinisme.
tashikang
Le versant Sud du Tashikang depuis le sommet du Manjushri. Crédit Isabelle Guillaume.

Sur la rive gauche de la vallée, un affluent conduit à deux glaciers entre le TONGU HIMAL et le HONGDE. Avec de belles ascensions à la clef. Des alpinistes ont-il déjà remonté cette vallée ?

En aval, impossible de suivre le cours de la rivière qui se termine par des gorges infranchissables. La solution pour rejoindre Sangda consiste à utiliser une sente fréquentée par les yacks qui débute juste après l’éperon le + marqué, en rive droite de la Hidden Valley . Puis s’élève en traversée jusqu’à une épaule vers 5300 m, pour aboutir en amont du pont de GHOK (attention, itinéraire très wild, réalisé en mode light en 2006 ?, trop bien !).

Depuis le sommet du Manjushri, une vue de la vallée du Tongu Himal. crédit Isabelle Guillaume.

Dans cette vallée de Sangda et avant le Tuche La, un accès au lac de MULI TAL est possible, car le glacier au-dessus est le sujet d’étude d’un glaciologue allemand que j’ai croisé en traversant du Dolpo. Depuis le lac, en traversant un col glaciaire à proximité du TONGU HIMAL, il devrait être possible de redescendre dans la Hidden Valley et rejoindre le Dhampus Pass.

C’est un projet très wilderness pour réaliser une traversée inédite du Dolpo à Marpha. Peut-être un sujet à creuser pour mon dernier voyage dans cette Vallée Cachée.

Depuis la Hidden Valley, bien sûr le maitre des lieu, le Dhaulagiri

dhaulagiri
Dhaulagiri
Dhaulagiri

Et surtout n’hésitez pas à commenter ce topo ou à y ajouter votre contribution. Merci d’avance. par exemple en utilisant le mail perso ou mon tel 06 42 90 75 34. 

Bon voyage dans cette vallée un peu moins inconnue !

2 réflexions sur “Hidden Valley Expedition, des idées de sommets…”

  1. Ping : Les chroniques de la Hidden Valley

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.