guide de haute montagne

Face à l’urgence climatique, l’appel des guides pour la montagne de demain !

La Commission Environnement du SNGM a pris l’initiative d’une tribune intitulée: « Face à l’urgence climatique, l’appel des guides pour la montagne de demain ! »

Cette tribune s’inscrit dans le prolongement de la conférence de Jean Marc Jancovici à l’occasion de la dernière Assemblée générale du SNGM. L’intervention de Jancovici a connu un succès indéniable puisque à ce jour l’enregistrement vidéo auquel ont assisté en direct plusieurs centaines de guides a été visionné plus de 40 000 fois. Fort de ce constat, il nous a semblé opportun de donner une impulsion supplémentaire et conséquente à l’engagement des guides face au changement climatique.

Dans ce sens, nous vous proposons de lire la tribune suivante.

Nous tenons par cette initiative de la Commission Environnement, à montrer qu’un grand nombre de guides se sentent concernés par les problématiques environnementales de notre temps. Merci pour votre attention, pour votre lecture attentive et pour l’éventuel soutien que vous apporterez à cette tribune.

La Commission « Pôle éthique et environnement » du SNGM

Face à l’urgence climatique,
l’appel des guides pour la montagne de demain !

Une histoire

Depuis 200 ans*, nous guides de haute montagne, avons la chance de parcourir ce fabuleux espace naturel que constitue la montagne. Notre métier, né de l’alpinisme*, s’est développé avec le loisir et le tourisme. Les activités sportives en montagne peu ou pas aménagées sont notre raison d’être. Elles rendent utile notre engagement en toute saison. Dans nos régions européennes comme à l’autre bout du monde, les infrastructures touristiques et les vols longs courriers permettent un accès toujours plus rapide aux montagnes. Cette évolution n’est pas sans conséquence. En effet, l’hyper accessibilité des montagnes rendue possible par les progrès technologiques a permis une massification des usages de la nature. Malheureusement, elle a aussi provoqué un bouleversement rapide et profond des écosystèmes d’altitude. 

La montagne, sentinelle du climat, où le réchauffement est deux fois plus rapide qu’en plaine, nous alerte tous les jours par ses éboulements, par la fonte de ses glaciers, par sa sécheresse, ou ses crues intempestives, par l’altération de sa biodiversité. La montagne est durement impactée par nos pratiques, pourtant si bénéfiques à tous ceux qui ont loisir d’en profiter.

Aujourd’hui, nous sommes témoins de ce bouleversement et nous sommes aussi conscient.es que nous évoluons dans un milieu naturel fragile au bord de l’épuisement. Notre expérience de ces milieux extrêmes nous percute de plein fouet. Nous sommes pris en étau, par les contradictions de notre nomadisme professionnel et les addictions délétères d’une société  toujours plus énergivore.

Ce que révèle la pandémie

Comme tout un chacun, la pandémie de la covid-19 nous a ébranlé et nous a incité à une profonde réflexion. Tel un laboratoire expérimental d’une montagne au ralenti, la situation actuelle nous pousse à annuler ou modifier nos projets. Nous constatons en ce début d’hiver, la dynamique nouvelle d’une pratique du ski sans remontées mécaniques. Cette activité bouillonnante et potentiellement durable, devra elle aussi, laisser une place à une nature plus apaisée et une biodiversité retrouvée.

Nous percevons à cette occasion, à quel point l’espace de liberté que constitue la montagne est un bien précieux fondamental à l’équilibre de nos vies humaines. Cet équilibre n’est pas propre à notre espèce. Il est en effet vital à toute forme de vie en altitude. C’est pourquoi, nous ne pouvons plus repousser les mesures de transitions ou de ruptures indispensables à nos survies.

Du constat à l’action

Le dérèglement climatique va impacter les activités en montagne dans leur ensemble, et notamment, toutes les activités hivernales. Avant de devenir objet de plaisir, le ski a permis à des civilisations montagnardes de se déplacer et de survivre en hiver depuis des millénaires. Aujourd’hui, il peut encore offrir un moyen de vivre joyeusement en harmonie avec la montagne.

Cependant, si nous souhaitons conserver cette possibilité, il nous faut la rendre compatible avec un futur vivable.

Nous guides, prenons acte de la situation et nous souhaitons nous rendre disponibles pour engager les évolutions nécessaires. 

Il nous incombe, en tant que guides, d’être acteurs lucides, et d’apporter notre contribution à de nouvelles approches, plus cohérentes avec l’évolution du milieu naturel dans lequel nous pratiquons notre métier. 

C’est pourquoi nous nous engageons :

  • à approfondir nos connaissances sur l’évolution du climat et de l’impact de nos pratiques.
  • À sensibiliser nos client.es aux enjeux cruciaux de notre temps
  • A ouvrir nos pratiques en étant plus à l’écoute des besoins essentiels d’une large population et avoir un rôle pédagogique auprès d’elle.
  • A établir des ponts entre les personnes, les professions, les structures, entre les actions menées ou à venir, et entre les territoires à l’échelle locale ou internationale.

Concernant les enjeux globaux, nous guides, professionnel.les de la montagne, appelons les citoyens, les élus locaux et nationaux, les acteurs associatifs et économiques à :

  • intégrer les dimensions climatiques et la biodiversité dans toute réflexion sur de nouveaux aménagements.   
  • en finir avec l’extension perpétuelle des domaines skiables, avec la spéculation immobilière associée et la neige de culture à tout prix. 
  • rompre avec l’idée que l’avenir des stations ne puisse s’envisager qu’en direction des plus aisés de la planète.

Nous sommes conscient.es des difficultés du chemin, des tensions économiques, des incompréhensions sociales, de la difficulté de l’acceptation du changement de nos pratiques. Il s’agit en effet de remettre en cause un modèle de développement dans lequel des générations ont grandi et qui a considérablement facilité la vie en montagne depuis de nombreuses décennies, mais au détriment du climat et de la biodiversité.

Nous voulons contribuer à l’émergence d’un nouveau contrat social et écologique durable dont nous avons besoin. Nous voulons être acteur.ices d’une mobilisation générale enthousiaste et convaincue, contribuer à faire advenir les forces nécessaires au changement et donner une chance de réussite à l’immense défi qui est devant nous.

Nous guides, sentinelles du milieu et témoins au quotidien du bouleversement climatique, voulons vous alerter sur l’urgence à agir. Notre appel s’adresse à vous toutes et tous, sensibles au bonheur que procurent nos montagnes dans l’action comme dans la contemplation, à vous toutes et tous conscient.es du rôle majeur que joueront les montagnes sur le futur de toutes vies.

Nous en appelons à la mobilisation générale en participant à l’action commune et en soutenant les initiatives citoyennes petites ou grandes. Malgré l’ampleur du défi, malgré les difficultés, il nous faut agir, et façonner de nouveaux imaginaires. Il n’est plus temps d’attendre.

*En 1821 fut créé la première compagnie des guides à Chamonix

*L’Alpinisme est inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO depuis décembre 2019

Et voici un article qui exprime une première réflexion sur ce sujet… 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.