« Voyage à l’Envers », l’Aiguille Blanche de Peuterey.

L’Envers du Mont Blanc…
Une paroi gigantesque des Alpes.
Un air d’Himalaya pour un grand voyage en altitude.

Les sommets de l’Envers du Mont Blanc sont particulièrement prestigieux, comme le Grand Pilier d’Angle, l’Aiguille Noire et la Blanches de Peuterey, ou plus intimistes comme la Pointe Barreti ou le Pic Amédéo.
Tout là-haut, les petits bivouacs italiens construisent une intimité très forte avec la montagne.

À Eccles, en ces Hauts Lieux, nous sommes vraiment au bout du monde.

Et à Monzino, l’ambiance du refuge et de l’équipe du gardien participe aussi à notre bonheur d’être en montagne.

monzino

Monzino, un refuge exceptionnel.
Monzino, un refuge exceptionnel.

Le fil directeur.

  • Vivre ce qui fait le caractère de cette vallée, et réussir à le traduire en impressions, en photos et en mots.

Et des points de repère.

  • Le versant Italien du Mont Blanc. Immense et majestueux.
  • L’ambiance du Val Veni pour y construire un « Tour du Mont Blanc par les Glaciers ».
  • Les refuges… Monzino, Borreli et Eccles.
  • Et toute l’ambiance du Val d’Aoste.

Et tout là haut le Mont Blanc.
Et tout là haut le Mont Blanc.

Un été dans les Alpes

Cet été dans les Alpes, je vous invite à un pas de côté, à juste changer de point de vue.

N’être pas seulement alpinistes ou randonneur, pas seulement compagnon de cordée ou de voyage mais un peu tout cela à la fois et avec surtout l’envie de m’accompagner dans mon projet de reporter-photographe pour témoigner «d’une autre montagne».

Une montagne à vivre, conjuguant harmonieusement culture, nature et itinérance.
Pour raconter des histoires, documenter des itinéraires et au final éditer un livre sur cette montagne de l’entre-deux, où s’entremêle alpinisme, randonnée et escalade en des déambulations aussi surprenantes que jubilatoires, sauvages et engagées.

Devenir un peu journaliste ou tout du moins observateur
et acteur du monde de la montagne.

Les séjours que je vous propose cet été n’ont donc rien à voir avec les circuits + ou – classiques des agences.
Ils sont uniques… Et certainement un peu wild !
(Bref, ils ressemblent à ce que j’aime en montagne…)
Ils partent d’une certaine «envie de montagne», de la wilderness, pour explorer l’essence d’un massif.
D’un besoin de vivre et de s’immerger dans cette montagne pour en rapporter des impressions de voyage. Riches d’émotions, d’expériences et de connaissances.

Pas de programme «ficelé» jusqu’aux moindres détails.

Au contraire, un fil directeur pour nous guider et un peu d’espace pour accueillir l’imprévu, pour choisir le meilleur chemin.
Avec un peu d’aléas aussi, un certain goût d’une aventure à construire ensemble.
Tout ce qui fait le plaisir d’un voyage à la cime comme l’écrit si bien Bernard Amy.

monzino_3

 

Les dates.

Du dimanche 10 au samedi 16 Juillet 2016


Taille du groupe et fonctionnement.

De 2 à 3 personnes.
Soit un groupe maximum de 4 personnes (avec moi), et donc deux cordées.
Bien sûr, ce sont des cordées de 2, qui évoluent en autonomie.
Et c’est également un séjour de perfectionnement à l’alpinisme.

Petit déjeuner matinal à Eccles. Mais ce jour là, la météo n'a pas voulu...
Petit déjeuner matinal à Eccles. Mais ce jour là, la météo n’a pas voulu…

Niveau technique.

 

 

Des glaciers bien techniques.
Des glaciers bien techniques.

monzino_8

Concrètement, pour s’inscrire

L’inscription se fait directement auprès de moi, par mail puis par courrier avec un chèque d’accompte des honoraires, sur la base de l’engagement d’un guide de haute montagne.

Sur le terrain, nous fonctionnerons avec une caisse commune, pour plus de souplesse. Le montant de ces frais a été évalué au mieux.

Soit : 800 € en chèque dont 500 € à l’inscription, à l’ordre de Paul Grobel.
Et environ 400 € en espèces pour la caisse commune.
Cette évaluation n’inclut pas les frais de transport.

Le petit refuge de la Noire. Normalement desert en ce début de saison.
Le petit refuge de la Noire. Normalement desert en ce début de saison.

Quel beau projet…

Paulo_le 15 Février.
Juste avant de servir la soupe au refuge du Chardonnet.

Et un clin d’oeil à Jean-Louis, qui ne c’est, malgré les orages du petit matin, pas pendu à Eccles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.