khan tengri

L’ascension du Khan Tengri. Premier sommet du Léopard des Neiges

Nous voici en Kirghizie, dans le massif des Tian Shan, « les Montagnes Célestes », à la frontière entre la Chine et le Kazakhstan. Parmi tous les sommets du Léopard des Neiges, le Khan Tengri est le plus esthétique et le moins élevé (tout juste 7000 m). (Attention à la prononciation…, Khan se dit « Rran » mais avec un R roulé un peu à l’espagnol…, un R Rota ) 

Sa pyramide de marbre se reconnait de très loin, et surtout au soleil couchant. C’est un sommet relativement fréquenté par les alpinistes russes et équipé de cordes fixes (les deux critères allant souvent de paire). Cet équipement rend son ascension plus simple, malgré sa difficulté technique.

Cette expédition est donc réservée à des alpinistes évoluant dans des courses de neige et glace à un niveau AD à D. 

Nous serons au maximum une petite équipe de six alpinistes, incluant deux guides. Nous avons un mois complet pour réussir le sommet, en évoluant par cordée de deux et en progression continue. 

Bonne nouvelle, cette expédition est déjà confirmée ! ( Car elle fait partie du Projet Léopard des Neiges)

L’ascension d’un sommet de 7000 m au Pamir

4 semaines… Du dimanche 1er Août  au dimanche 29 Août 2021

Une expé engagée sur un sommet technique…

En cours de calcul… 

khan tengri base camp

Le Camp de Base Nord de l’Inylchek Glacier à 4100 m est un modèle du genre soviétique : accès en hélico et structure en dur avec une équipe permanente, bière, vodka et sauna ! Mais malgré tout, il n’y a pas foule car les sommets aux alentours sont plutôt exigeants.

 

Dans le cadre de notre expédition au Khan Tengri, un petit groupe sous la houlette d’un guide russe aura pour objectif le sommet du Chapayev à 6371 m et en trois semaines . Une manière de découvrir l’alpinisme dans les Tian Shan et sur un sommet déjà un peu technique. C’est également notre itinéraire jusqu’au camp 2.

Une ancienne vidéo collector avec Christophe Profit, Sam Beaugey et François Calvarin…

khan tengri
le Karly Tau
Le Karli Tau, un petit sommet d'acclimatation à partir du camp de base... Déjà une belle ambiance.

Trois cordées de deux me semblent une bonne taille pour à la fois réunir de l’énergie et des compétences, tout en restant relativement agiles et modulables entre nous. Forcément, cet effectif réduit a une incidence immédiate sur le coût.

Il est assez simple puisqu’il faut rejoindre la capitale de la Kirghizie, Bishkek. Puis, un long trajet routier jusqu’à Karkara 2100 m  (850 km) et si possible un jour de repos avant le transfert en hélico jusqu’au camp de base Inyltchek Nord 4100 m.

C’est la clef de voute de tout voyage lointain. Elle doit être choisie avec soin car c’est quand la situation est vraiment compliquée qu’elle joue tout son rôle. A suivre… 

Ils sont bien identifiés, dans des lieux plutôt pertinents et sans trop de risques objectifs. Ils sont au nombre de 3 (4600, 5400, 5850). 

Le cadre est grandiose !

 

Il me semble qu’il devrait être possible de mettre en place une progression continue, issue de mon expérience en Himalaya, même si ce n’est pas dans les habitudes locales. 

Il nous faudra donc deux jours pour déplacer un camp en effectuant un portage préalable et l’objectif étant de ne pas porter des sacs trop lourds, en ayant aussi optimisé le mieux possible notre matériel et la nourriture. Des prévisions météo fiables sont bien sûr, une clefs indispensable pour bien gérer notre déplacement en altitude.

 

Pour le matériel, nous aborderons ce sujet très important lors de la réunion préparatoire, ainsi que la question de la nourriture.

À priori, elle sera achetée, conditionnée en France puis acheminée en soute avec le vol international. Et généralement par binôme comme pour mes expéditions himalayennes.

Le nombre de personnes étant très réduit, il est nécessaire de me contacter assez rapidement : Soit par mail soit au 06 42 90 75 34. Puis, un lien sera bientôt en ligne pour une inscription auprès de SERAC, une agence de voyage dédiée aux projets de guides et d’accompagnateurs.

  • Un séjour d’alpinisme en Écosse (au Ben Névis et à la CIC hut) sera certainement organisé fin février, ce sera également un bon moyen pour s’entrainer avant l’été. J’adore cette phrase de mes copains écossais :« Qui est capable de grimper en hiver au Ben est capable de grimper dans le monde entier… ! »
  • Un we de préparation sera certainement organisé en fin d’hiver, pour faire quelques longueurs et un bivouac sur une arête à partir de La Grave

Tout sera peut être en ligne à la fin de l’été, avant mon départ pour le Népal. Ou, en fin d’automne à mon retour.

khan tengri
La dernière partie de l'ascension... Au moins c'est clair, il vaut mieux être à l'aise techniquement, même avec les cordes fixes.

J’essaye désespérément de trouver le film dédié au Tian Shan et au Khan Tengri. « Vers les Monts Célestes avec Cédric Gras… ». Son livre « Alpinistes de Staline » est maintenant disponible. A lire absolument pour se mettre dans l’ambiance.

A la rencontre d'un écrivain voyageur inspirant..., Cédric GRAS

L’été approche… Doucement ! 

Et voici un grand saut vers l’été d’après, pour préparer un beau projet « vers le Léopard des Neiges« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *