GANGJA LA PEAK, le topo

Ce « petit » sommet juste en face de Kyangjin restera la plus belle découverte alpinistique de notre voyage au Langtang de l’automne 2016.

Il pourrait largement remplacer le Naya Kanga (Nekang, pour les Langtang pa) qui, avec le recul glaciaire, est devenu beaucoup plus difficile techniquement, avec une approche sur des éboulis peu agréables.

Techniquement, le Gangja La Peak  est une course uniquement neigeuse avec une approche glaciaire simple et intéressante, pouvant être côté II/PD en cotation himalayenne.

La partie finale est une arête de neige très esthétique.
Il n’y a pas de camp d’altitude ni de danger objectif, et la vue du sommet est somptueuse, au Nord vers les grandes montagnes du Langtang et le Shisha, au Sud sur l’Helambu et des collines à perte de vue.

Le glacier de Phamu Depke est également utilisé par la NMA pour ses stages de formation d’alpinisme et nous avons naturellement nommé, sur la prochaine carte, le camp de base du Gangja La Peak, «NMA Training Camp». Il est plutôt confortable avec beaucoup d’emplacements de tente disponible et de l’au à proximité.

Malheureusement, comme trop souvent, il y a aussi des poubelles.
C’est un autre sujet, dont voici une contribution très personnelle.
Que pensez-vous ?

Deux cordées au sommet.
Deux cordées au sommet.

Gangja La Peak. L’accès au Camp de base

Depuis Kyangjin, avec un camp intermédiaire à XXXX c’est le sentier de la traversée du Gangja La jusqu’au Hight campXXXX.
Depuis ce camp, sur la gauche, un peu avant la station MTO norvégienne, il faut prendre une petite sente assez raideur dans des pierriers, puis une combe et une croupe à droite (cairns et traces) xxx m de montée.

Le camp de base («NMA Training Camp») se situe dans un petit vallon avec de l’eau à proximité dans un lac derrière la butte à droite.

En venant du Gangja La, l’accès est assez court et simple mais un peu hors sentier dans des blocs peu agréables.
L’idéal serait que les sentiers d’accès à ce camp de base soient améliorés lors de la rénovation du sentier principal du Gangja La prévu en 2017/2018 par les habitants de Kyangjin.

Le camp de base du Gangja La Peak. Très agréable...
Le camp de base du Gangja La Peak. Très agréable…
Kyangjin... La reconstruction des lodges a bien avancée.
Kyangjin…
La reconstruction des lodges a bien avancée.
Le camp le plus confortable durant la montée vers le Gangja La et le NMA Training Camp.
Le camp le plus confortable durant la montée vers le Gangja La et le NMA Training Camp.
De belles déclarations...
De belles déclarations…
Mais la réalités est toute autre !!!
Mais la réalités est toute autre !!!
AU NMA Training Camp. Il faut savoir que seuls les stages de la NMA vont actuellement à ce camp. C'est juste un constat !!!
Au NMA Training Camp.
Il faut savoir que seuls les stages de la NMA vont actuellement à ce camp.
C’est juste un constat !!!
Une partie d l'itinéraire dans de gros blocs...
Une partie de l’itinéraire dans de gros blocs…
La bifurcation vers le NMA Training Camp. Une dernière courte montée un peu raide.
La bifurcation vers le NMA Training Camp. Une dernière courte montée un peu raide.

Gangja La Peak. L’ascension

4 à 5 h de montée et 2 h de descente.

Juste en face du NMA Training Base Camp, la langue terminale du glacier de Phamu Depke est bien visible.
Rejoindre la base de ce glacier par une sente bien marquée qui part à flanc vers la gauche (c’est aussi l’itinéraire pour chercher de l’eau au lac), puis contourner par la droite un éperon avant de revenir en traversée dans le vallon glaciaire par des éboulis.
La première pente en neige ou en glace (pas sans crevasse) est un peu raide, (25 à 30°) mais ne pose pas de problème de progression pour déboucher sur le grand plateau glaciaire, qui lui est un peu crevassé.
Remonter une pente régulière en direction du col de Phamu Depke La, puis obliquer vers la droite vers le Col du Dôme, qui sépare le Snow Dôme avec sa belle arête et le Gangja La Peak.

L’Arête Est du Gangja La Peak fait un bel arc de cercle et se redresse vers la fin (environ 30/35°).
Le sommet se situe sur la gauche de l’arête sommitale (Lungtar et superbe vue…).

Bien évidemment, c’est une course qui se réalise très bien en technique alpine.
Elle ne nécessite aucun matériel à part piolet/cramons et une courte corde d’attache.
Ce serait une faute de goût majeur et un bien piètre travail de guide que d’y installer des cordes fixes et de progresser en se tractant à la corde avec une poignée autobloquante.
Mais je sais aussi que cette remarque ne sert à rien, vu l’évolution actuelle !

Le début de l'itinéraire vers le glacier
Le début de l’itinéraire vers le glacier
L'équipe népalaise en train d'enlever les ancrages restés en place.
L’équipe népalaise en train d’enlever les ancrages restés en place.
Sur le grand plat du glacier. Les autres cordées qui vont vers le Ganga La Peak nous attendent.
Sur le grand plat du glacier.
Les autres cordées qui vont vers le Ganga La Peak nous attendent.
Puis reprennent leur progression vers le Col du Dôme.
Puis reprennent leur progression vers le Col du Dôme.
Une vue d'ensemble de l'itinéraire.
Une vue d’ensemble de l’itinéraire.
Rajan et Hugues. C'est la première course comme premier de cordée pour Rajan sur un itinéraire de cette difficulté. Félicitations pour cette belle réussite.
Rajan et Hugues. C’est la première course comme premier de cordée pour Rajan sur un itinéraire de cette difficulté. Félicitations pour cette belle réussite.
Sur le sommet d'en face, Vincent et Jangbu essayent d'ouvrir un nouvel itinéraire sur l'arête. Pas mal comme pratique himalayenne !
Sur le sommet d’en face, Vincent et Jangbu essayent d’ouvrir un nouvel itinéraire sur l’arête. Pas mal comme pratique himalayenne !

dsc_0181

Vraiment un temps superbe !
Vraiment une journée superbe !
Avec Fred, un super premier de cordée.
Avec Fred, un super premier de cordée.
L'arête finale du Gangja La Peak.
L’arête finale du Gangja La Peak.
La cordée Rajan & Hugues.
La cordée Rajan & Hugues.
Bientôt au sommet !
Bientôt au sommet !
Une vue de la pente de l'arête. Et un vrai sommet !
Une vue de la pente de l’arête. Pour un vrai sommet !

Quelques remarques et propositions.

Par bon enneigement, le couloir Sud du Col du Dôme est un bel itinéraire d’alpinisme PD+/AD, depuis le versant Helambu et le Black Rock Camp.
C’est alors une superbe course de neige en traversée, avec le sommet du Gangja La Peak en prime !
Pendant la journée d’ascension, l’équipe népalaise peut déplacer le camp de base versant Langtang…, pour le lendemain, faciliter la descente à Kyangjin.
Une autre traversée existe, celle du Phamu Depke La, mais nécessite versant Helambu un autre camp de départ, un peu plus bas et en aval des bergeries de Geltang. La progression sur les éboulis est également plus longue.

Black Rok Camp, depuis le sommet.
Black Rock Camp, depuis le sommet.
Le versant Sud du Col.
Le versant sud du Phamu Depke La
Le versant sud du Col du Dôme.
Le versant sud du Col du Dôme.

 

 


Du côté de la réglementation. A big problem !

En l’état actuel de la règlementation népalaise, ce sommet n’est pas autorisé !
Son ascension est donc interdite…

Mais l’intérêt du sommet étant réel, à la fois pour les alpinistes et pour les habitants du Langtang, il existe trois solutions pour faire évoluer cette situation. Elles correspondent à trois niveaux de décision (le ministère, la NMA et les Langtang pa).

1… Le Ministère du Tourisme reste le plus haut niveau de législation.
Il peut décider :

  • de rendre l’ensemble des sommets de – de 6000 m du Langtang, totalement libre d’accès.
    Ce serait la solution la plus souhaitable (et exemplaire) pour promouvoir le Langtang durement touché par les tremblements de terre du printemps 2016.
  • d’ajouter le Ganga La Peak à la liste des sommets d’expédition par décision du «Cabinet ministériel».
    Ce qui serait plus contraignant pour les alpiniste mais identique au BP Peak avec le risque d’une très faible fréquentation (et donc d’un intérêt très limité).
  • En confier la gestion à la NMA comme nouveau sommet autorisé de la région du Langtang.

2… Deuxième niveau de législation, la NMA.

Elle peut soit :

  • décider de le rendre autorisé et payant, en l’incluant dans le permis Naya Kanga, ou en l’identifiant séparément.
  • Ou le rendre gratuit, comme le Yala Peak. Vu son altitude modeste.

3… Troisième niveau de législation, en l’absence de prise de décision des deux autres niveaux: les habitant du Langtang et plus précisément de Kyangjin.

Les habitants du Kyangjin par le biais du « Hotel Management Commity » peuvent décider d’une règle locale et eux-même autoriser les alpinistes étrangers à gravir ce sommet, moyennant une redevance d’un montant à définir (par exemple identique au coût d’un permit NMA) et au bénéfice de la communauté.

Ce serait une initiative vraiment surprenante et novatrice, qui permettrait de débloquer rapidement la situation. Mais tellement transgressive par rapport à un pouvoir centralisé.

Bien évidemment, ma préférence va à la 1ère solution : l’ouverture de tous le sommets de moins de 6000 m, sans royalty ni formalité. Mais si rien ne se passe, la solution locale, avec un contrat/contact réelle avec les habitants de Kyangjin me semble particulièrement intéressant.
Plus il y aura de groupes d’alpinistes souhaitant gravir ce petit sommet, plus vite la situation se débloquera…

Alors n’hésitez plus…
Car c’est vraiment un très beau sommet, malgré son altitude modeste.

dsc_0132


Paulo_un 15 décembre 2016
Depuis Boudhanath

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *