Phurba Kang

L’ascension du Phurba Kang et la traversée de Rigsum Gonpo, dans la Hidden Valley. Un beau projet…

Directement issu de la forme d’un sommet de cette vallée cachée, ce titre un peu ésotérique décrit un parcours en montagne original, réalisé à l’automne 2023  : une traversée de sommets insignifiants et sans nom à plus de 6000 m, avec une vue incroyable sur le Dhaulagiri, « la montagne des vents ».

II nous invite aussi à voyager dans la sphère bouddhiste de la culture népalaise, en s’intéressant aux trois protecteurs, si présent au Mustang.

la kora de la hidden valley
Une vision sans neige de la Hidden Valley... Dans quelques heures, le temps va radicalement changer et nous plonger en plein hiver !
hidden valley
Pas de doute, le changement a été radical et va durablement affecter nos déplacements.
hidden valley
Notre camp de base après les chutes de neige !

Au Dhampus Pass à 5244 m, le panorama se dévoile enfin.

À droite, les Tukuche Peak et les arêtes effilées du Sita Chuchura. Vers le Nord, la grand plaine minérale de la Hidden Valley s’écoule vers des gorges que l’on devine très encaissées..

Au Centre, un ensemble de sommets s’étirent en une longue arête neigeuse. Aucun nom sur la carte et pourtant très loin, une pyramide neigeuse attire le regard. C’est un triangle parfait qui d’emblée, avec Dipen, nous rappelle la lame triangulaire d’un Phurba, la dague rituelle des pratiques ésotériques du bouddhisme Ningma pa.


Ce sera donc le Phurba Kang !

la kora de la Hidden Valley
Une première esquisse de Kin de notre parcours en altitude. Un beau voyage, avec un camp 2 incroyable directement au sommet. et "Above the clouds". Crédit : Kin
hidden valley
La carte au 50/000 de l'itinéraire réalisé (en couleur). Avec aussi le tracé de la Kora complète de la Hidden Valley qui commence avec le Bishal Peak et le Mukot Himal. Il me reste à y mettre les noms des sommets.

À l’automne 2023, le vent nous chasse définitivement des arêtes du Tukuche et notre regard se pose de nouveau sur ces sommets enneigés. 

Moins hauts, protégés du vent d’Ouest, nous offriraient-ils une alternative pertinente ?

hidden valley
Au camp 1 du Tukuche, nous ne sommes pas vraiment au bon endroit. Les prévisions MTO sont pleines d'incertitudes, et le froid associé au vent violent va rendre notre ascension beaucoup plus rude et surtout dangereuse pour les moins aguerris d'entre nous. Faut-il continuer ?
hidden valley
Depuis le Tukuche, nous avons tout loisir d'admirer les sommets d'en face... Et de construire un nouveau projet intéressant. Avez-vous trouvez le Phurba Kang ?

L'équipe népalaise d'Himalayan Travellers.

himalayan traveller
Toute l'équipe népalaise d'Himalayan Travellers... Cuisine, "Special Porters", "Nepali Leader" et guides de trek et de haute montagne.
himalayan travellers
L'agence népalaise de Bishal Rai qui organise toute la logistique de mes expéditions au Népal.
Tukuche expedition
Au petit matin de notre départ pour Pokhara. Laurent, Bernard, Marie-Noëlle, Dipen, Paulo, Jan, Hugues et Isa. Et Bishal derrière l'appareil photo.

La nouvelle CSV Expédition avec la Magic Map, 
bien présente dans notre préparation.

CSV et Phurba Kang
Forcément, nous avons continué à expérimenter la Magic Map pour préparer ce nouveau projet. De manière globale, puis au jour le jour. Cette CSV Expédition va devenir ma routine quotidienne en Himalaya, car les enjeux de communication y sont encore plus complexes avec les problèmes de langues et de culture, si différentes entre nous. Et DIPEN est à fond !

L'ascension du Phurba Kang et la traversée de Rigsum Gonpo. 
Renoncer au Tukuche pour mieux rebondir...

Déjà un autre projet s’organise rapidement avec l’objectif que tout le monde y trouve son compte, en gravissant le sommet de son choix, à son rythme, car nous avons déjà laissé bien d’énergie à notre tentative au Tukuche.

Au programme, un camp 1 pour s’approcher de la montagne puis un camp 2 directement sur l’arête du Sanu Phurba à 6339 m. il nous suffira de traverser les arêtes d’un petit sommet le Dorje pour atteindre le col à 6263 m au pied de l’arête Sud du Phurba Kang à 6419 m. Puis, si tout va bien la traversée de trois sommets jusqu’à la Cima Giannetti.

Avec l’équipe népalaise, nous nous installons en un jour à notre nouveau camp, puis il nous faudra deux jours pour changer d’étage, ce qui est classique pour une progression continue. 

Il est impératif de ne pas tout vouloir faire en même temps : reconnaitre l’itinéraire, faire la trace, trouver l’emplacement du camp, faire un portage, monter les tente et s’installer pour la nuit. Nous avons appris à être patient et à faire les choses dans l’ordre, en limitant absolument le poids de nos sacs à dos, sous peine d’exploser physiquement ou mentalement.

la kora de la hidden valley
En traversant le grand plat de la Hidden Valley vers le camp 1.
Tukuche Peak
Juste en face, les Tukuche...
Phurba Kang
Le camp 1 du Phurba Kang, le sommet du Sanu Phurba est juste au dessus.
Phurba Kang
Au départ du camp 1, pour rejoindre le Sanu Phurba avec un petit portage.
Hidden Valley
En montant vers le camp "Above the clouds", un parcours en neige dans un cadre grandiose.
Phurba Kang
"Above the clouds", le camp au-dessus des nuages... Un lieu incroyable et rare...
Phurba Kang
L'itinéraire est simple jusqu'au sommet. Juste suivre l'arête.

Vers le Phurba Kang.

Le camp 2, « Above the clouds » directement au sommet du Sanu Phurba est une merveille qui offre un cadre exceptionnel à nos Samaya. Nous sommes aux premières loges pour la suite de l’itinéraire. Mais, au petit matin, comment ne pas être un peu inquiet sur le déroulement de l’ascension ? Les pentes de neige sont un peu raides et surtout très exposées, et nous sommes si loin de tout.

Dans ma tête, les questions sont nombreuses…

  • L’aisance en neige des uns et des autres est-elle suffisante ?
  • Comment va être la neige ? Dure ou profonde ?
  • Pourrons-nous faire une trace confortable et sûre ?
  • Quelles sont les compétences d’assurage de mes collègues guides népalais, qui bien que summiters de l’Everest, ne sont pas forcément à l’aise dans une progression à corde courte.

C’est toute la difficulté de la technique alpine en Himalaya et de la progression avec plusieurs cordées autonomes. Même avec de l’expérience, je reste très inquiet et attentif. Tout peut si vite basculer !

Heureusement, tout se passera bien et ce parcours de l’arête Sud du Phurba Kang est une pure merveille d’alpinisme. Et qui vaut a elle seule le déplacement. 

Sur le terrain, Dipen sera encordé avec Jan et formera une cordée exemplaire. Sonam sera avec Kin pour une cordée de « petits jeunes » et je formerais une cordée avec Isa, toujours autant à l’aise dans les pentes de neige. C’est rassurant. 

Nous descendrons avec la précaution nécessaire, pour une bonne après-midi de repos à notre Camp « Above the clouds », car pas question de descendre directement plus bas. 

Place maintenant à la deuxième partie du projet…

Phurba
Le Phurba Kang au soleil levant. La journée va être belle.
Phurba Kang
Une très belle traversée d'arête, avec un temps magnifique. Un luxe en Himalaya.
Phurba Kang
Au départ du camp, une simple promenade... ?
phurba kang
Une vue de l'arête Sud du Phurba Kang. La première partie est assez douce, mais la suite se redresse vraiment. La neige est dure et la progression sera très simple. "Il faut juste pas s'en coller une !"
Phurba Kang
La première partie de l'arête Sud se parcours sans corde.
Prendre le temps de bien expliquer l'encordement pour être exemplaire....
Phurba Kang
Une belle complicité avec Dipen, pour bien coordonner l'ascension.
Phurba Kang
L'effervescence de la réussite du sommet. Un très beau moment après une ascension où nous sommes resté très concentrés.

La traversée des trois sommets de Rigsum Gonpo, jusqu’à la Cima Giannetti.

Cette traversée, réalisée en deux jours avec un troisième camp sur l’arête, nous rapprochera du camp de base en une ultime descente.

 Nous avions déjà approché ces sommets il y a deux ans. Isa et Dipen avaient d’ailleurs réussi le Manjushri à 6264 m et Alain avait tenté le sommet 6072 qui s’appelle maintenant la Cima Giannetti, of course.

Jan est un peu fatigué et a décidé de rentrer directement au camp de base avec Wanda.

 Nous serons donc 4 alpinistes pour ce voyage inédit et surtout nous formerons deux cordées de deux. Ce qui est un vrai facteur de sécurité sur un terrain glaciaire (Kin avec Sonam et Isa avec moi), avec une seule tente 4.0 8K de Samaya et un équipement minimal. 

Le poids transporté par chacun est vraiment capital et l’aide de Sonam sera déterminante pour ne pas transformer notre histoire en opération de portage peu agréable et contraignante. Pour lui, ce sera aussi une première car il n’a jamais fait de Progression Continue et il ne va surtout pas s’occuper de l’eau ou de la cuisine dans la tente.

CSV en expédition
Pour préparer la suite de la traversée, avec une CSV expé, bien sûr !

Traversée de Rigsum Gonpo. 
Notre première journée commence bien !!!

Un quart d’heure seulement après le départ, je tombe dans une crevasse, une simple fente d’un mètre de large dans un endroit plat, mais bien profonde. Je m’arrête en surface mais avec une forte contusion à la poitrine et de problèmes pour respirer. Ce qui n’est pas vraiment pratique en altitude ! 

Notre traversée, s’arrêtera-t-elle avant d’avoir commencé ?

NON, pas question de renoncer encore. L’itinéraire semble relativement simple techniquement et je vais essayer de me préserver le mieux possible. Mais les conditions de neige rendront l’exercice plus complexe et engagé que prévu ! 

À cause du vent, la pente d’accès au cirque glaciaire sous le Phurba Kang présente des accumulations localisées qu’il nous faut un peu contourner. Mais la pente est raide, supérieure ou proche de 30° et nous sommes tellement vulnérables. La tension est palpable dans ma cordée, plus avertie sur les risques d’avalanches de plaque.

Puis, sur le glacier, les crevasses sont bien visibles et la neige profonde ne simplifie pas notre progression. Sans compter sur la gène respiratoire provoquée par ma chute en crevasse. Bref, l’accès à l’arête est un peu laborieux et nous demandera plus de temps que prévu. Une dernière rimaye se passera plus simplement et nous voici enfin au premier sommet, Chenrezig à 6292 m. La suite est maintenant beaucoup plus simple, juste de grands dômes de neige à traverser.

Mais nous n’avons pas vraiment le temps de flâner à la cime, la traversée est encore longue et le vent de nouveau est bien présent. Avec nos gros sacs, le Kin Step nous obligera à deux petites longueurs en neige. Ouf, tout s’enchaine plutôt bien. À 16 h, nous voici à un grand col après le Manjushri et avant la Cima Giannetti. 

  • Faut-il s’arrêter là ? 
  • Ou au contraire continuer pour des altitudes plus clémentes ? 

L’endroit est plat et notre fatigue bien réelle, ce sera donc notre camp 3.

hidden valley
Bon, il s'agit de bien s'encorder et de ne pas oublier les petits noeuds de freinage.
Phurba Kang
Quel beau sommet ce Phurba Kang ! Et quel plaisir de cheminer tranquillement si haut, en total autonomie.
hidden valley
Sur les arêtes de Rigsum Gonpo, les trois protecteurs. Nous arrivons au sommet de Manjushri, qui est aussi le Boddhisatva de la connaissance.

La traversée de la Cima Giannetti, en J 5.

Ce dernier sommet ne sera pas une simple formalité !

 Il nous faut rester attentif car les crevasses sont bien présentes sur le glacier sommital. Heureusement, il fait grand beau et la descente nous ramène vers la Hidden Valley relativement facilement. Mais notre camp de base est en pleine effervescence car toute l’équipe est en train de le déménager de l’autre côté du Dhampus Pass. Nous n’avions pas vraiment prévu cela…

Les mules ne passeront jamais le col, avec un versant ouest aussi enneigé, c’est un peu la cata ! Et l’équipe népalaise c’est organisée en conséquence.

Dipen espère au moins qu’elles viendront jusqu’au Camp de Base du Dhampus Pass, entre Phédi et le col.  Avec Isa, nous aurons donc une journée pour nous reposer et organiser le retour des uns et des autres : vers Marpha pour retrouver Laurent et Kumari puis Pokhara ou vers le French Pass et le Tour du Dhaulagiri pour nous.

Pour l’instant, Bernard, Hugues et Jan nous attendent pour le lunch, avant de démonter définitivement la tente mess et déménager la cuisine… 

Il est temps de descendre vers la vallée !

hidden valley
En passant le Dhampus Pass, un dernier regard vers le Phurba Kang et notre traversée de Rigsum Gonpo que nous venons de gravir. Trop bien....
hidden valley
Le camp de base du Dampus Peak, versant Marpha du col. Il y a même un petit ruisseau sous la neige, pour faciliter le travail de la cuisine. Mais l'équipe reste un peu inquiète, les mules arriveront elles à venir jusqu'à nous ?

Nous sommes tous heureux de nos aventures respectives et il nous reste juste à traverser le Dhampus Pass. La dernière porte de la Hidden Valley va bientôt se refermer, les nuages se bousculent déjà au col. 

Pourtant, avec Isa, notre envie de Tour du Dhaulagiri est encore bien présente pour documenter ce méga trek emblématique et rectifier la carte d’Himalayan Map House. 

Mais aurons-nous encore assez d’énergie pour repasser le col et traverser le French Pass en mode light, avec une météo un peu incertaine ?

Pour connaitre la suite de nos aventure himalyennes, je vous invite à lire le prochain compte rendu : « Le Tour du Dhaulagiri revisité ».

Paulo, 
toujours à Boudhanath, sur une terrasse en face du Grand Stupa, un bien beau bureau. 

French Pass
L'arrivée au French Pass dans la tempête ! Une belle entrée en matière pour notre Tour du Dhaulagiri !

Rigsum Gonpo, Phurba, Chenrezi, Manjushri... 
Mais que signifie ce charabia bouddhiste ?

phurba
Dans une boutique de Boudhanath, plusieurs modèles de Phurba. Mais c'est à Patan que nous verrons les plus beaux.

Ce chapitre est dédié à Etienne Principaux, grand connaisseur de l’iconographie bouddhiste, avec qui j’ai arpenté les chemins du Mustang et de la connaissance.

A suivre… Bishal m’attend au ministère pour le débriefing de notre expé.

rigsum gonpo
Près de Muktinath, Rigsum Gonpo avec le Dhaulagiri qui c'est invité dans la trilogie protectrice.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *