trek au mustang

Rando -Jeep au Mustang… « Le code a changé »

Rando-Jeep au Mustang ?

Time is changing…

C’est peut être l’un des mantras modernes du Mustang qui invite aussi à adapter nos pratiques de voyage ou de trek.

Au fil des ans, les sentiers parcourus par les Lho-pa à cheval ou à pied se sont transformés en chemins muletiers puis en pistes et enfin en routes carrossables. 

Bien sûr, le goudron n’a pas encore fait son apparition au-dessus de Kagbeni, mais la route à été recalibré à deux voies et il manque des ponts à terminer à Ghami et Tsarang. La fin des travaux est prévu à l’échéance 2025/28. Actuellement, il faut moins de 4 h quand la route est bonne pour rejoindre Lho Manthang depuis Jomosom. Par contre plus bas, de Baglung à Lete c’est une autre histoire et l’épisode pluvieux catastrophique de cet automne 2022 n’a pas arrangé les choses.

Au Mustang, le type et le comportement des visiteurs changent doucement et leur nombre est de plus en plus important. La cohabitation n’est pas forcément simple à vivre et même parfois difficile avec les Lho-pa (comme pour Tiji par exemple). Les trekkeurs, eux, continuent à marcher sur la route et dans la poussière, car il n’y a parfois pas de sentiers alternatifs simple ou plutôt leur guide népalais  ne se donne pas la peine de proposer un itinéraire plus intéressant ou agréable et n’a pas le budget nécessaire pour utiliser une jeep.

Certainement pas se lamenter sur l’évolution du monde avec des accents de « C’était mieux avant ». 

Bien sur, on peu regretter infiniment la destruction d’un environnement naturel et l’artificialisation d’un territoire, la destruction d’un patrimoine culturel. Je vous propose d’inventer de nouvelles manière de concevoir un voyage au Mustang, pour pouvoir s’adapter le mieux possible aux bouleversements en cours. Et pas de souci, il y a de quoi faire au Mustang, pour s’écarter de la route mais aussi « utiliser » au mieux cet aménagement envahissant. Pour cela, il faut identifier les lieux les plus marquants du Mustang et les rejoindre en jeep en faisant quelques détours judicieux sur de vrais sentiers, pour marcher un peu et se retrouver en nature. 

Bien sûr cela choquera les intégristes du trek ou les nostalgiques du temps d’avant. Mais quelle intérêt de marcher sur une piste de plus de 15 m de large, même si le paysage alentour est grandiose ? 

Même au Mustang ?

Rando-Jeep au Mustang, mais quel itinéraire ?

Voici une proposition d’itinéraire pour vivre le mieux possible le Mustang d’aujourd’hui en utilisant les jeeps de manière optimale.

A votre carte…

1ère étape. 
De Pokhara à Jomosom, puis Kagbeni.

Vous avez le choix ! 

25 mn d’un vol splendide ou 1 jour et demi de bus et de jeep sur des routes par endroit très défoncé ou tout simplement coupées.

Pour avoir souvent fait les deux solutions, je n’hésite plus vraiment. Et à l’arrive à Jomosom, dès la sortie de l’aéroport je prends même une jeep pour rejoindre Kagbeni. Il y a tellement de choses à voir qu’il vaut la peine de déambuler dans le vieux village à la recherche de Mémé ou de Ridzom Gompo. Ou pour un point de vue depuis le sommet du monastère. 

Les hébergements ne manques pas car c’est une étape alternative du tour des Annapurna. J’aime beaucoup les anciennes maisons transformée en Lodge comme Sangri La ou Annapurna et surtout Eco Red House pour une expérience immersive et culturelle.

2ème étape. 
Kagbeni to Samar.

Le départ se fait en jeep, chargé de nos bagages, jusqu’à Tangbe.

 Un tea shop marque l’entrée du village. Et les Jeep vont continuer à vide jusqu’à Chussang pour un rendez-vous en début d’après-midi. La proposition est d visiter le village en contrebas avec de grand chortens, les ruines d’un fort, et partout Ridzom Gompo, le trois protecteurs. Puis, de retour au tea shop, l’itinéraire montent à à flanc en suivant plus ou moins le canal d’irrigation puis débouche sur un grand plat  et un col pour descendre sur Tétang.

Tétang est un village très particulier, avec des maisons forteresses dans un cadre grandiose de falaises ocres. Pas de pancarte touristique et malheureusement un seul lodge qui a bien du mal à survivre, car peu de touristes font le détour vers ce village. Une piste conduit à Chhusang où nous attendent les jeeps pour nous conduire à Samar.

Deux types d’hébergement, l’ancien Lodge Annapurna et à l’entrée du village, deux nouveaux hôtels flambant neuf.

3ème étape. 
Samar to Dhakmar.

Cette deuxième journée de trek au Mustang est tout aussi spectaculaire dans des reliefs tourmentés et des gorges profondes, puis au pied d’une falaise ocre connectée à Guru Rimpoche alias Padmasambava, le Guru né du lotus.

Départ en mode randonnée pour visiter l’ermitage de Chunsi Cave. Un vrai sentier, un col à traverser pour s’enfoncer profondément dans le canyon de la Kali Gandaki, pour rejoindre un lieu improbable. Puis une longue vallée à remonter pour rejoindre la route et les 3 lodges de Thangboche. C’est notre lunch place et le Jeep nous y attendent pour continuer le voyage directement jusqu’à Dhakmar, en passant à proximité de Ghami et du plus long mur à mani du Mustang, les entrailles de la démonne vaincu par Guru.

Les lodges sont regroupés au pied des falaises et des chemins permettent de s’y perdre.

4ème étape. 
Dhakmar to Lho.

Une vraie journée de rando car les Jeep ne serviront qu’à transporter les bagages (et éventuellement une personne malade). 

Il s’agit de rejoindre la plaine de Lho en traversant plusieurs cols et en visitant au passage l’un des plus anciens monastères du Mustang, Ghar Gompa. Les sentiers sont bien tracé et permettent également de s’acclimater avec une longue journée en altitude avec beaucoup de distance à parcourir. L’ambiance est aux grands espaces désertiques et la ville de Pho Manthang apparait tout à coup, même si ces murailles rouges ne sont plus très visible, grignoter par les constructions modernes, qui l’asphyxient de plus en plus.

Beaucoup d’hôtels, certains luxueux, mais aussi quelques guesthouses plus typiques.

Et des touristes népalais de plus en plus nombreux.

trek au Mustang
Un paysage incroyable. ne pas venir à Konchok Ling est vraiment une faute de goût !

5ème étape. 
Autour de Lho Manthang.

KONCHOK LING, forcément…

Pas de souci… La suite arrive bientôt. Mais il fait trop beau et la neige est belle en Beaufortain !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *