• du Teri La au Yakawakang

    2018, « Entre Naar et Phu, les sommets du Teri Himal »

    De Naar au Teri La

    Teri Himal Summit

    L’idée de Very Lost Valley a été inventée par Jocelyn Chavy (rédac chef de Wider et Vertical) dans son article décrivant notre aventure de l’automne 2003, « A la recherche de l’Amotsang ».

    Année après année, la Very Lost Valley de l’Amotsang, la Loha Khola, perd peu à peu de son mystère, mais reste encore très rarement fréquentée. Bien peu d’expéditions se sont aventurées jusqu’au camp de base de l’Amotsang (Il y a Lionel Chatain, Pierre Rizardo et leurs clients; Julien Desécure et sa compagne. Mais qui d’autre ?)

    Au printemps 2018, il s’agira pour nous d’inaugurer une traversée entre la Labse Khola  (le vallon du Teri La) et la Loha Khola par un haut col glaciaire à + de 6000 m, puis de terminer le voyage à Phu.
    Et surtout de gravir les sommets du Teri Himal (des 6000 sans nom) pour les documenter et contribuer à (peut être) les ajouter à la liste des sommets officiels. Pour en faire la promotion comme sommet de trek ou d’expédition entre Naar et le Mustang.

    Le lieu est particulièrement sauvage et les sommets sont à la fois esthétiques et abordables, de quoi satisfaire des alpinistes exigeants à la recherche d’une expérience hors des sentiers battus.

    Notre proximité avec l’équipe népalaise et l’implication des alpinistes népalais dans le projet seront deux points forts de cette exploration alpinistique. Car ce voyage est également une action de formation « Learning by Doing » pour les jeunes alpinistes népalais investis dans Himalayan Travellers, notre nouvelle agence.

    Voici l’emplacement du camp de base des Teri Himal, avec en face l’accès au glacier.

    Pour nous, alpinistes occidentaux, il s’agit de réaliser l’ascension de sommets de 6000 dans une région peu fréquentée, dans une logique exploratoire, avec une proximité réelle avec les alpinistes népalais.
    L’objectif est de « Faire ensemble », de réussir ensemble en des cordées internationales sur des itinéraires vierges. Bien sûr pour augmenter les compétences des « guides » Népalais dans les aspects techniques de l’alpinisme, mais surtout pour favoriser les échanges et une compréhension mutuelle des besoins et des attentes respectives.

    La première partie du voyage, de Naar au Teri Himal, représente la phase d’acclimatation et consiste à gravir en aller-retour l’un des sommets du Teri Himal à 6190 m. Puis, à partir du Camp de Base du Jomsom Himal (5200 m) de trouver un passage entre les séracs vers le Sasurali Pass 6147 m. Le plat du glacier à 5900 sera un bon emplacement de camp avant le col.

    Un passage forcément un peu compliqué. Et une belle mise en situation en terrain glaciaire.

    Directement à partir du Sasurali Pass, plusieurs sommets sont possible : à droite vers le Jomsom 6335 m en traversant le Margot Himal 6305 m, ou à gauche vers un sommet sans nom à 6185 m.

    La descente de l’autre côté du col représente de grandes pentes de neige à priori plutôt simples puis un glacier pas trop crevassé permet de rejoindre le camp de base de l’Amotsang, inauguré par Lionel Chatain et ses amis. Ensuite, il nous restera simplement à traverser l’Amotsang Pass vers Ngoru et enfin le village de Phu, où nous sommes un peu chez nous.

    Teri Himal

    Bishal Rai, sirdar de l’expédition et guide de trek.

    Avec les alpinistes ne souhaitant pas s’engager dans la traversée du Sasurali Pass, Bishal rejoindra directement Phu par l’itinéraire de trek de Bill Tilman en 1951, par le Khampa Pass et la Very Lost Valley. Jocelyn et Camille sont d’ailleurs aussi passé par là.
    C’est un super itinéraire de trek, très Wild et qui permet d’arriver à Phu par le haut.

    Phu, en fin de printemps. Pour l’instant pas de vert nul part…


    « To be guide…? »

    Pour les « Nepali Leader », les 1er de cordée (et futurs guides » d’Himalayan Travellers), il s’agit à la fois d’un stage de formation et d’un temps de travail où ils sont rémunérés.

    Cette formation s’organise autour du concept de « Learning by Doing » cher à Kurt Lewin.

    Elle s’articule autour d’un projet bien identifié, qui présente de réelles inconnus et des difficultés techniques non négligeables.
    Le groupe est doublement hétérogène par les nationalités et les cultures, par le niveau technique et physique.
    Les interactions entre les personnes sont au coeur du processus de formation : il faut résoudre des problèmes nouveaux en mettant en oeuvre les compétences de chacun.

    Un beau challenge !

    Learning by Doing. L’apprentissage de faire une belle trace (Paulo style…) et de progresser encordé. Cela demande du temps, de la persévérance. On ne devient pas guide en étant simplement très fort ou en ayant gravi l’Everest.

    La traversée de l'Himlung

    Des cordées mixtes Franco-népalaises durant notre tentative de traversée de l’Himlung en 2017. Un moment tranquille avant de continuer vers les Dômes de Monetier.

    Teri Himal

    En remontant la Labse Khola.

    Toutes les informations sur la première partie du trek, de Naar au Teri La sont dans cette page dédiée.

    Le voyage se compose de plusieurs parties bien distinctes.

    • Le voyage depuis la France avec une journée de récupération à Boudhanath à l’Hôtel Padma en face du Grand Stupa.
    • Le trajet en bus et en jeep jusqu’à Koto, avec une nuit dans un lodge du Tour des Annapurna.
    • Le trek commence à Koto pour rejoindre Naar puis remonter la vallée de la Labse Khola jusqu’au camp de base des Teri Himal.
    • Puis, c’est l’installation d’un camp d’altitude sur le glacier et l’ascension de l’un des sommets du Teri Himal.
    • Ensuite, il nous faut rejoindre le camp de base du Jomsom Himal pour la traversée du Sasurali Pass. et la descente à Phu.
    • De Phu, tout est plus simple (sauf l’organisation du portage de nos affaires). Il suffit de descendre à Meta, puis à Koto pour sauter dans une jeep.
    • Retour à Kathmandu à notre camp de base de Padma Hôtel, puis en France

    La carte au 50/000 des sommets du Teri Himal.


    Teri Himal Summit

    La taille du groupe.

    Nous serons forcément un petit groupe d’alpinistes occidentaux (max 5 personnes) pour privilégier la qualité de nos échanges avec les Népalais et pour pouvoir aborder sereinement les imprévus techniques de nos ascensions.

    Les dates.

    De fin mai à mi juin 2018 pour un voyage de 4 semaines

    Le budget.

    5500 €.
    A noter, c’est un tarif tout compris… Il n’y a pas de pourboire à prévoir.
    Ni de bonus pour le sommet à payer.
    Et le salaire des Népalais a bien-sûr été augmenté en conséquence.
    Quelle simplicité de fonctionnement pour tous…

    Teri Himal

    Au départ du camp de base pour la traversée vers le Yakawakang Pass.


    Teri Himal Summit
    Quelques informations importantes.

    La difficulté technique de l’itinéraire envisagé.

    Il n’y a aucune information sur les itinéraires envisagés et donc pas de topo, pas de cotations. Rien !
    Il me semble que le sommet principal du Teri Himal peut être évalué entre F et PD en neige.
    La traversée du col de Sasurali et l’arête du Jomsom devraient être plus complexe, peut être PD à PD+ avec un passage de séracs aléatoire.

    La taille du groupe.

    De 3 à 5 personnes.

    Le style de progression.

    Il s’agit d’une progression continue avec plusieurs camps d’altitude. Pour la traversée du Sasurali Pass nous seront en autonomie complète pour au moins 4 jours. Nous progresserons toujours encordé, par cordées de deux personnes. Les cordées peuvent être (seront ?) Franco-Népalaises.

    Les modalités d’encadrement.

    A priori One for One. Et donc 5 népalais avec 5 occidentaux.

    L’équipe d’encadrement.

    Nous travaillons ensemble depuis bien longtemps C’est donc une équipe bien rodée et stable. Aussi bien pour la cuisine, le portage ou la partie alpinisme.

    • Les guides sont : Paul Grobel (guide UIAGM), assisté de Jangbu Sherpa (en formation de guide UIAGM au Népal).

    • Les «Népali Leader» sont : Dhan Magar, Rajan Lama, Deepen Bothe et Karma Sherpa.
      Et quelques junior : Anil Rai…

    Teri Himal

    Une image de Google Earth sur l’envers du Sasurali Pass et le bassin glaciaire de l’Amotsang.

    De Naar au Teri La

    Vers le Sasurali Pass… De l’autre côté c’est la Very Lost Valley de Jocelyn, puis Phu…


    Pour participer à cette expédition…
    Comment s’inscrire ?

    Une logique de cooptation mutuelle.
    De la notion de « client » à celle de « co-équipier », de « compagnons de voyage… et de cordée ».

    Les modalités d’inscription que j’utilise actuellement illustrent les réalités des expéditions que j’encadre.
    Mon objectif est de se déplacer de la notion de «client» vers celle de «co- équipier» pour construire un groupe solidaire, compétent et dynamique, impliqué dans la réussite du projet.

    Mais pas de souci… Il ne s’agit pas pour moi de me soustraire à mes devoirs, obligations et responsabilités, bien au contraire.
    C’est simplement une autre manière d’aborder le sujet des voyages d’aventure, plus en cohérence avec mes valeurs, la nature de ces projets parfois très complexes.

    Une expédition est avant tout un projet co-réalisé par chaque participant et chacun contribut à la réussite.

    Toutes la partie administrative : le règlement, l’aérien, les assurances, est assurée par SERAC, une association de tourisme, dont je suis membre, qui regroupe des guides et des accompagnateurs.
    C’est donc à SERAC qu’il faut s’adresser pour une demande d’inscription, via leur site Internet que je validerais après un premier contact avec moi.

    Le lien pour s’inscrire en ligne sera bientôt disponible

    En complément de la présentation sur mon site, une fiche technique est également disponible.
    Elle regroupe toutes les informations « obligatoires » concernant le voyage.

    La préparation de l’expédition commence véritablement lors du we de rencontre de toute l’équipe.
    Elle est donc très importante car elle permet une première rencontre pour valider la pertinence de l’ascension pour chaque participant, tant du point de vue technique que de cohésion de groupe.
    Mais pour l’instant la date au printemps 2018 n’est pas encore fixée. A suivre…

    Je suis bien sûr à votre disposition pour répondre à toute les questions que vous vous posez.
    N’hésitez surtout pas !
    Soit :

    • par mail (paulo.grobel(at)orange.fr)
    • par téléphone fixe 04 76 79 99 68 quand je suis en France bien sûr !!!
      ou souvent plus simplement avec le 06 42 90 75 34.

    Quand je suis en Himalaya, tout n’est pas perdu !
    Appelez SERAC au 04 76 86 46 84.
    Noëlle connait parfaitement le domaine des expéditions et Stephanie pourra vous informer sur votre réservation aérienne, le suivi de votre demande de réservation, ect.


    Et pour faciliter votre inscription…
    l’acompte à l’inscription à été limité à 1000 €. Il sera encaissé uniquement lorsque le séjour est confirmé.
    Le solde est à régler 30 jours avant le départ. 
    Si vous le souhaitez, SERAC peut également établir avec vous un calendrier pour un étalement du paiement de votre solde

    Teri Himal

    Jomsom & Margot Himal.

    Teri Himal

    Le versant Labse Khola du Sasurali Pass.

    Et bien sûr, je reste à votre disposition si vous avez des questions sur ce voyage un peu particulier.


    Paulo, Le 7 Juin 2017
    Depuis La Grave

    L’année 2018 prend doucement forme…