Sur l'arête Sud-Ouest de l'Himlung Himal. Une progession continue et encordée. Douce bien sûr.

Sur l’arête Sud-Ouest de l’Himlung Himal. Une progession continue et encordée. Douce bien sûr.

Fin décembre 2016.
Doucement, en cet début d’hiver à Kathmandu, je peaufine le programme de mes expéditions de l’année 2017.

Pour faire rapide… Toutes les informations sont regroupées sur cette page de mon site.

Mais voici plus de détails.

Au coeur de mon activité de guide de haute montagne, les voyages au Népal que j’encadre avec mes compagnons Népalais sont à nulle autre pareils.

Ils sont tout simplement uniques.

Pas de formatage style agence, ni de rentabilité maxima. Juste un souci de qualité pour des voyages d’aventure en Himalaya où le mot Aventure prend encore tout son sens.
Ces projets d’expédition, parfois très exploratoires ou plus classiques, suivent l’évolution de ma connaissance des régions et des sommets qui me touchent le plus : la vallée de Phu, le Mustang, le Dolpo, la région de Samdo, sans oublier le Langtang.
C’est un territoire merveilleux à explorer et à documenter… !

Un compagnon de voyage bien agréable...

Un compagnon de voyage bien agréable…

Au printemps de cette année 2017…

Je commence mon itinérance himalayenne par la vallée de Phu avec plusieurs projets autour de l’Himlung, un sommet que nous connaissons parfaitement avec l’équipe népalaise. Ce fut le lieu de notre première rencontre avec Bishal pour un premier Himlung en octobre 2002.

Même la marche d’approche est originale pour essayer encore d’améliorer cette ascension maintenant classique et très parcourue à l’automne. Himlung Himal Project donne un cadre plus large à ces deux expéditions.
Trop Top … car ces deux expés sont déjà confirmés, et il reste juste quelques places !

Puis, il y a le Mustang, bien sûr.
Avec un projet plutôt alpin et en trois semaines : « Aux portes du Mustang, le Teri La Himal » pour visiter la partie Sud du Damodar Himal et faire la jonction avec le Belgian Peak. C’est l’occasion de gravir un sommet de 6000 m (et même plusieurs) et aussi de les nommer…


dolpo_12

L’automne est ma saison principale en Himalaya.

Je reste au Népal plus de 3 mois.

Le premier projet est consacré au Dolpo et plus particulièrement à l’extrême Nord de l’Upper Dolpo, à la frontière tibétaine.
Ce sera un voyage intimiste avec un tout petit groupe car la durée est aussi exceptionnel que le projet en lui-même. Cinq semaines pour aller tout au Nord, gravir un sommet vierge à 6000 m, dire bonjour au dernier col et revenir par Mugu et le Lac Rara. Une plongée radicale dans le monde Bön et bouddhiste de l’Upper Dolpo. Un grand projet à la fois culturel et sportif, avec Etienne Principaud et un népalais spécialiste du Dolpo.

Puis, direction la région du Manaslu et le village de Samdo, avec pour objectif un «presque 7000» très intéressant, le Panbari.
Faites un détour par la page « Le monde merveilleux des 7000 » pour comprendre pourquoi ces sommet de presque 7000 sont si intéressants.
Le Panbari est à la fois un beau sommet dans un cadre grandiose, sans difficulté technique ni danger objectif et un budget encore raisonnable.
Plus exceptionnel encore, voici « Ski d’Himalaya », pour réaliser le premier raid à ski du Népal « La Haute Route de Samdo » avec quelques sommets vierges à la clefs, bien sûr au-dessus de 6000. Mais comment allons nous faire… ?
Il y a tellement de chose à découvrir et à apprendre sur ce sujet.
D’ailleurs Jangbu, qui va passer son diplôme de guide UIAGM dans quelques années, vient spécialement à la Grave cet hiver pour apprendre à skier et faire du ski de randonnée avec nous.

Tentation

Tentation


Pour la fin de l’automne, nous voici de retour au Dolpo pour un projet très Grobelien.

L’objectif est d’organiser la première session de formation de « trekking guide » pour des jeunes gens du Dolpo (qui n’ont généralement pas accès aux métiers du tourisme).

Je voudrais débuter ce stage de formation par un trek grandeur nature qui servirait de première expérience concrète avec des étrangers pour le petit groupe de Dolpo pa. Pour à la fois illustrer quels sont les besoins réelles des trekkeurs étrangers et quelles sont les taches, les responsabilités et les difficultés du «trekking guide» népalais, mais aussi du sirdar, des assistants ou de l’équipe de cuisine.
Pour nous, c’est l’occasion d’une proximité privilégiée avec les Dolpo pa et un moyen de soutenir concrètement une action de développement locale (je n’ose pas dire durable).

Les dates… Du samedi 18 Novembre au dimanche 10 Décembre 2017.
N’oubliez pas votre petite laine !

J’ai donc besoin de vous ! Pour participer à ce trek, mais aussi pour en faire la promotion auprès de vos amis.
Je vais certainement faire une association pour soutenir financièrement ce projet qui se déroule sur deux années et devrait être reconduit si le succès est au rendez-vous.

Crédit Laurent Boiveau http://www.surlestracesduyeti.fr

Crédit Laurent Boiveau
http://www.surlestracesduyeti.fr


Quelques points de repères de mon année himalayennes.

La durée :

Pour la première fois, voici enfin un voyage de trois semaines au Népal, avec à la clefs l’ascension de sommets de 6000 m. Loin du Mera et des cordes fixes de l’Island Peak, voici même un voyage exploratoire pour ouvrir un nouvel itinéraire de traversée. Si vous rêver de découvrir l’Himalaya et le monde des expédition en gravissant votre premier 6000, voici le projet idéal. « Aux portes du Mustang, les montagnes enneigées du Teri La Himal »

A l’inverse, au Dolpo, nous aurons besoin de plus de temps pour aller le plus au Nord possible en un voyage de cinq semaines complètement hors normes, mais qui est d’ors et déjà confirmé.
Champagne !



Les détails de la carte au 50/000 pour l'expédition au Teri La Himal

Les détails de la carte au 50/000 pour l’expédition au Teri La Himal

Cartes et Topo.

Plusieurs projets de cartes sont en cours avec Pawan d’ Himalayan Map House : le Langtang et Gosainkunda, la vallée de Phu et bien sûr le Dolpo.
Sans oublier la traduction en Anglais et la mise à jour de la « Climbing Map » Damodar Himal.

Un nouveau livre sur les sommets du Népal est en préparation, mais dans un délais d’au moins deux ans. Idem pour le topo d’alpinisme de la vallée de Phu avec le massif du Peri Himal.

Et une bonne nouvelle : le topo des nouveaux itinéraires de trek au Mustang (fruit de plus de dix années d’itinérance avec Bishal) a enfin été imprimé au Népal.
Il marque la fin de mon travail sur cette région fantastique.

C’est maintenant à Bishal et à l’équipe népalaise de vous proposer des treks en été et en hiver.
De mon côté, j’y retournerais forcément car il me reste la vallée de Ghami à explorer avec beaucoup de sommets à 6000 et surtout j’ai envie de faire un petit tour vers le Lagula, un « presque 7000 » à la frontière tibétaine, de toute beauté.
Ce sera pour l’automne 2018!

Crédit Laurent Boiveau http://www.surlestracesduyeti.fr

Crédit Laurent Boiveau
http://www.surlestracesduyeti.fr

Au-delà de l’alpinisme ?

Il y a le trek, qui au Népal s’appelle la randonnée !
C’est une évolution en douceur de mon programme vers des voyages plus simples et accessibles à tous, sans être forcément alpiniste.

Il y a les voyages au Dolpo, car celui au Nord Dolpo peut se vivre en mode trek. Le sommet est facultatif et peut être remplacé par un coup d’oeil au Tibet depuis le dernier col frontalier. Vous serez certainement les premiers trekkeurs à visiter ce recoin perdu.

Et aussi « Classic Dolpo » avec la formation des Dolpo pa, dont je vous ai parlé plus haut.

Mais surtout, en été et en hiver (entre noël et nouvel an), Bishal et toute l’équipe népalaise vous entraînent au Mustang avec notre nouvelle agence népalaise « Himalayan Travellers ».

Un nouveau site internet est même prévu au cours de l’hiver.

Au Sommet du Peak Hawley. Jangbu, Dhan et Deepen + Rajan à la photo.

Au Sommet du Peak Hawley. Jangbu, Dhan et Deepen + Rajan à la photo.

Du côté des Népalais.

En une expédition full Nepali, (Jangbu, Dhan, Razan et Deepen) ont réussi cette année la première ascension officielle du Peak Hawley (Potha North), un 6000 à côté de la Putha Hiunchuli.

C’est une belle première et surtout, pour eux, cela inscrit l’alpinisme et les ascensions dans une démarche de plaisir personnel et non pas uniquement de travail. C’était aussi une expérience pour consolider leurs savoir-faire et une vraie autonomie en montagne, pour construire une équipe solidaire pour la future agence « Himalayan Travellers ».
Cette expédition ‘Full Nepali » est une belle idée à reconduire, mais encore faut-il trouver le projet adéquat.
Peut être en parallèle de l’expé au Teri La de ce printemps.

Jangbu et Dorje au sommet de la Putha Hiunchuli, à l'automne 2016, après l'expé au Peak Hawley.

Jangbu et Dorje au sommet de la Putha Hiunchuli, à l’automne 2016, juste après l’expé au Peak Hawley.


Le versant formation d’Himalayan Travelers.

  • Jangbu et Rajan prennent des cours de français !
  • Et Jangbu prépare son visa pour venir à la Grave cet hiver. Vous le croiserez peut-être durant les séjours de ski de randonnée depuis la maison des Hières.
  • Rajan devrait aussi passer sa licence de trekking guide cet hiver, c’est la première étape pour les autres formations de la NMA.
  • Cet été, Bishal envisage de passer son diplôme de Mountain Leader, c’est l’équivalent officiel de notre diplôme d’accompagnateur en moyenne montagne (AMM). C’est une révolution en cours au Népal qui prend exemple sur la dynamique des Guide de Haute Montagne UIAGM, formés au Népal.
  • Bishal va aussi reprendre les cours à l’Alliance Française.
  • Anil Rai, le frère de Bahadur, qui travaillait jusqu’à présent à l’équipe de cuisine, devrait être intégré au groupe des alpinistes pour l’expédition à l’Himlung.
Toutes l'équipe et les Yakmen de Kakkot !

Toutes l’équipe et les Yakmen de Kakkot !


Farm stay in Rasuwa & Nuvakot.

C’est un nouveau projet issu de notre implication dans la région au Sud de Gosainkunda et qui devrait se concrétiser l’année prochaine. C’est de cette région et plus particulièrement autour du village de Syarsu que viennent les porteurs qui travaillent régulièrement avec nous. Ils sont majoritairement paysans de l’ethnie Tamang et certains parlent même un peu Anglais.

Il faut savoir qu’avec le développement des teahouse treks et l’utilisation des mules pour le portage dans beaucoup de régions, il y a de moins en moins de travail pour eux. Et ils ont aussi été durement touché par le dernier tremblement de terre. Quasi toutes leurs maisons ont été détruites ou endommagées et ils reçoivent très peu d’aide car trop à l’écart de tout.
Aucun itinéraire de trek ne passe dans leurs villages, ils ne voient passer aucun touriste et ne peuvent espérer le moindre développement économique.

A moins que nous arrivions à créer un projet d’accueil à la ferme, de villages en villages, avec un accompagnement local connaissant parfaitement la région.

Car il est nécessaire d’emprunter de tout petits sentiers pour éviter les pistes existantes et c’est un jeu particulièrement intéressant qui nous entraine au coeur de la vie népalaise Tamang.
Une expérience de trek complètement originale et riche de rencontres.

Si tout va bien, ce sera « Behind the hills… » Farm Stay and Tamang Trails in Nuwakot and Rasuwa.

Bref, le projet est en marche et il sera financé par « Himalayan Travelers » (et pour l’instant par les expéditions que j’organise) en donnant du travail à l’équipe népalaise pendant la saison creuse.

Concrètement.

  • Une petite équipe, avec Urpa de Syarsu, Bishal et Bikram + quelques autres, va faire un premier repérage pour documenter un itinéraire de 4 à 6 jours au départ de la maison d’Urpa.
  • Une autre équipe, avec Rajan, cette fois à moto, va repérer les pistes existantes et décider du point de sortie idéal.
    Une nouvelle carte devrait même voir le jour avec HMH.

Rendez-vous sur le site pour d’autres nouvelles cet hiver…

Urpa, lors de notre trek de Gosainkunda à Nuwakot.

Urpa, lors de notre trek de Gosainkunda à Nuwakot.

Pour ne pas conclure.

Vous être cordialement invité au week end « rencontre EXPÉ » à la Grave, le dernier week end de janvier.

Un week end, pour être en montagne et à La Grave, retrouver peut être des compagnons de montagne, parler Népal et expéditions, regarder films et photos, faire du ski de randonnée ou de la raquette et bien sûr boire des canons ou un bol de thé au coin du feu.

Toutes les informations sont en ligne et l’organisation est très simple.

Et si vous ne pouvez pas venir, faites un petit détour par les derniers compte-rendu de l’automne,

Bon voyage en Terres Himalayennes.

 

Paulo_depuis l’office d’ Himalayan Travelers à Kopan
Le 18 décembre 2016