sanctuary peak

Kanjiroba, l’ascension du Sanctuary Peak (& more…)

Un nouveau chapitre de Go West s’ouvre en cet automne 2020 avec ce projet d’ascension d’un sommet de 6000 m caché au coeur du massif du Kanjiroba, le Sanctuary Peak (exactement 6207 m).
Cette ascension propose de multiple facettes, de l’alpinisme bien sûr, mais aussi un engagement réel dans un massif d’une beauté particulièrement sauvage. C’est surtout la suite d’un cheminement passionnant de multiple acteurs, qui à débuté il y a déjà bien longtemps avec Tichy et Tysson, des alpinistes et explorateurs inspirants.

Je laisse volontiers la parole à François Damilano, dans une interview pour TVmontagne sur son film Go West. Il résume parfaitement les enjeux de notre investissement dans ces régions reculées  de l’Ouest du Népal et de cette nécessité à faire un pas de côté.
Et surtout à allez dans les régions d l’Ouest du Népal.

Kanjiroba, le Sanctuary peak

Depuis notre première incursion aux portes du Kanjiroba, en pleine guérilla maoïste, avec Temba et Chhotemba en 2008, nous avons, pas à pas, décrypté les accès du massif pour enfin en 2011 déboucher au coeur des montagnes, en un lieu que nous avons baptisé le Sanctuaire du Kanjiroba.
Et ce nom exprime bien toute la force de ce lieu exceptionnel.
Ces différentes expéditions ont été riche de rebondissements, il est temps maintenant de conclure cette exploration.

Il faut bien des efforts et un peu de courage pour pénétrer si loin dans ces montagnes sauvages, et forcément aussi un peu de lucidité pour ne pas oublier qu’il faut aussi en revenir. Heureusement, notre expérience c’est enrichit et surtout nos compagnons népalais sont maintenant plus aguerris pour se confronter à ce style d’aventure.

L’objectif est de réaliser la première ascension du Sanctuary Peak, mais aussi de pénétrer le plus sereinement possible avec toute l’équipe népalaise dans le cirque et d’en ressortir par un autre itinéraire.

D‘autres sommets sont possible pour des alpinistes expérimentés, car c’est également une expédition « à la carte ».Et les photos des différents sommets sont particulièrement belles.
La documentation des itinéraires est un volet important du projet pour promouvoir et valoriser le mieux possible cette destination de l’Ouest du Népal.

Choisir de découvrir l’Ouest du Népal et y voyager à pied n’est pas anodin. C’est un geste fort, une contribution à un tourisme plus équitable et plus équilibré en apportant un complément de ressource pour les habitants.
C’est un effort réel car tout est plus compliqué dans ce «Fare West» Népalais.

le sommet du Sanctuary Peak
Tout au fond du Kanjiroba Sanctuary, notre sommet.
Une belle montagne, heureusement pas très haute. Mais une ascension pour des alpinistes à l’aise dans un niveau PD/AD en neige, car forcément sans corde fixe.

L’ascension du Sanctuary Peak

Pour l’instant, ce sommet n’a jamais été gravi et c’est donc un beau challenge de le proposer dans une expédition commerciale.
Cela bouscule forcément un peu les idées reçues sur ce style d’expédition encadrée.
Alors, oui, nous ne savons rien sur ce sommet ! Et c’est vraiment bien.
Nous voici retourné à l’ère des premières expéditions himalayennes. Par contre, nous avons des photos (les miennes), des cartes au 1/50 000 et Google Earth, difficile de dire que nous partons à l’aventure.
Mais ce projet reste quand même sacrément engagée et la constitution d’un groupe d’alpinistes solides, compétents et solidaires constitue la première pierre de notre histoire.
La seconde, c’est une équipe d’alpinistes népalais soudée et partante pour aller à l’aventure avec nous…
La troisième, bien sûr une agence à la hauteur de ce challenge…, avec Bishal aux commandes.


le Kanjiroba himal
D’après vous, lesquels de ces sommets sont autorisés ?

Les sommets du Massif du Kanjiroba…

…, ou au moins, ceux accessibles depuis l’intérieur du massif, le Sanctuaire du Kanjiroba.
C’est un véritable cadeau que d’être immerger dans un lieu aussi préservé car il y a rarement du monde dans ce sanctuaire et très peu de montagnes autour de nous ont été gravi.
Elles ne sont pas trop hautes, mais nécessitent une réelle expérience et aisance en alpinisme. Surtout, elles sont très belles.
Arriverons-nous à être à la hauteur des possibilités offertes ?
Et en premier lieu de ce beau Santuary Peak ?
Sur la photo, il est possible d’imaginer plusieurs itinéraires possible et l’accès à la montagne ne devrait pas être trop difficile depuis le bout de la moraine.
Le Kanjiroba nord-ouest est un autre sommet possible, déjà un peu plus difficile et qui nécessite d’évoluer en technique alpine pour installer un camp haut sur l’arrête

les sommets au sud du sanctuaire du Kanjiroba
Pas facile de trouver les autres portes pour ce Sanctuaire… !
Initialement, en 2011, nous pensions passer par le col B.
Mais comme nous voulions aussi réussir un sommet, nous avons plutôt choisi de traverser la ligne de crête de E à D.
En 2020 pour ce nouveau projet, peut être traverserons-nous le Japanese Pass en F !!!
Mais pour cela, au printemps 2020, il faudra envoyer Bishal dans la « Jungle » de la Barabise Khola, pour prendre des photos des lieux.
les autres sommets du Sanctuaire du Kanjiroba, à l'Est.
Les sommets du fond du cirque du Sanctuaire, juste au-dessus du Japanese Pass.
l'arrivée dans le sanctuaire du Kanjiroba
Voici la toute première photo que nous avons prise à notre arrivée dans le fond de la vallée, un grand plat exceptionnel.
Presque le bout du bout !
la route d'accès au massif du Kanjiroba
Bien sûr, une « route » rejoint maintenant Jumla, mais pour autant est-il nécessaire de la prendre… ?

La marche d’approche

Dans un numéro de trekmag, l’itinéraire de l’accès du sanctuaire du Kanjiroba avait été dévoilé et largement expliqué.

Et, vous l’avez deviné, le sentiment exceptionnel de Wilderness qu’il est possible de vivre encore aujourd’hui dans le sanctuaire du Kanjiroba n’est pas du au hasard. 
Rare sont les groupes qui s’aventurent dans ces lieux.
Son accès est particulièrement difficile pour une équipe népalaise avec tout l’équipement et la nourriture d’un groupe d’alpinistes occidentaux. Et surtout peu de sirdar connaissent les lieux ou osent s’aventurer en terrain inconnu. 
Même si ce n’est que du trek et qu’il était relativement documenté sur mon ancien site.
Avec Bishal, il nous faudra décider de l’organisation optimale de ce voyage, à la fois pour le bon déroulement du trek et pour maitriser le budget, car beaucoup de portage se feront à dos d’homme avec des passages délicats, loin de toutes habitations.
Nous avons plusieurs options que nous validerons définitivement au printemps 2020.
Pour :

  • le choix de la porte d’entrée par le Col des Anglais ou celui des Japonais ?
  • tous ensemble où en séparant les équipes (notre groupe d’alpinistes et celui des porteurs pour le matériel). 

Concrètement :

  • les alpinistes passent par le Col des Japonais avec un parcours glaciaire plus en altitude.
  • L’équipe des porteurs traverse le Col des Anglais depuis Kaigaon, en équipant ainsi l’éperon pour le retour.
  • Ou, nous passons tous ensemble par Kaigaon et le Col des Anglais.

Pour le retour choisirons-nous :

  • le Col des Anglais, puis depuis Kaigaon, avec une descente à pied, en jeep et embus pour une immersion forte dans le Népal profond.
  • ou le Col des Japonais et un retour plus classique par l’aéroport de Jumla ?

Kanjiroba 2020, Les informations pratiques

Les dates
Du vendredi 2 Octobre au dimanche 1 Novembre 2020
Soit 4 semaines.

Le budget
Encore à calculer précisément.
Navré…

La difficulté technique des l’itinéraires envisagés.

Car effectivement il y a d’emblée plusieurs ascensions possible.
1… Le Sanctuary Peak, où j’irais avec quelques cordée.
2… Le Kanjiroba Northwest à 6 289m. .
C’est un sommet un peu plus technique que convoite Frank, certainement avec Rajan ou Bikram qui conduira un micro groupe (et justement, nous avons maintenant de nouvelles tentes d’altitude Salewa plutôt light).
Il n’y a pas de topo détaillé de tous ces itinéraires !
Normal, ils sont tous vierges…

Le style de progression.

Pour le Sanctuaire Peak, il s’agit d’une progression continue avec 2 camps d’altitude (d’après la carte…).
Nous progresserons toujours encordé, par cordées de deux personnes.
Les cordées peuvent être Franco-Népalaises.
Pour le Kanjiroba nord-ouest, forcément en technique alpine.

La taille du groupe.

De 6 à 8 personnes, pour l’ensemble du groupe (7+1).

Les modalités d’encadrement.
Il s’agit d’une vraie équipe d’encadrement franco-népalaise

  • Pour la marche d’approche, jusqu’au camp de base.
    C’est Bishal Rai (ou un autre guide de montagne Népalais) qui sera Sirdar & guide de trek, assisté par Paulo Grobel.
  • Pour la partie alpinisme et le sommet.
    Deux guides de haute montagne, Paulo Grobel (UIAGM) et l’un des guides népalais d’Himalayan Travellers (certainement Dipen Bothe ou Rajan Lama)
    Plus, un Nepali Leader pour 2 personnes (par équipe de tente).
  • Pour le trek de retour.
    Tout s’organisera à partir du camp de base du Sanctuaire, peut-être avec une porte de sortie différente.

L’équipe d’encadrement.

  • Les guides sont : Paulo Grobel (guide UIAGM depuis plus de 20 ans), assisté de l’un des guides népalais de l’équipe :  Dipen BotheRajan Lama, ou Dhane Magar
  • Les «Népali Leader» sont : Kumari Kulung (Une jeune népalaise)  Dorje Bothe, Karma Sherpa, Anil Rai ou Sonam Sherpa.
    Pour moi « Nepali Leader » signifie premier de cordée.
    Ils peuvent donc conduire une cordée et ils aident au portage du matériel.
    Généralement, ils vont au sommet avec nous . Certains suivent actuellement des formations pour réunir les pré-requis nécessaire pour se présenter à l’examen d’aspirant guide UIAGM au Népal.
SERAC, une agence de voyage

Sanctuary Peak… Pour s’inscrire.

Toutes la partie administrative (le règlement, l’aérien, les assurances) est assurée par SERAC, une association de tourisme qui regroupe des guides et des accompagnateurs. 
C’est donc à SERAC qu’il faut s’adresser pour toute demande d’inscription, via le site internet.

Le lien pour l’inscription en ligne sur le site de SERAC sera actif avant la fin de l’année 2019. 

En complément de la présentation sur mon site, une fiche technique est également disponible. Elle regroupe toutes les informations « obligatoires » concernant le voyage. Il vous suffit de cliquer sur le lien dans le site de SERAC (à venir).

La préparation de l’expédition commencera effectivement lors du we de rencontre de toute l’équipe en début d’été 2018.
Elle est donc fondamentale car elle permet de valider la pertinence de l’ascension pour chaque participant, tant du point de vue technique que de cohésion de groupe.

Je suis bien sûr à votre disposition pour répondre à toute les questions que vous vous posez.
N’hésitez surtout pas !

Soit :

  • par mail (paulo.grobel(at) orange.fr)
  • par téléphone, au 06 42 90 75 34

Quand je suis en Himalaya, tout n’est pas perdu !
Appelez SERAC au 04 76 86 46 84.
Noëlle connait parfaitement le domaine des expéditions et Charlène pourra vous informer sur votre réservation aérienne, le suivi de votre demande de réservation, ect.


Paulo_entre La Grave et le Népal
début septembre 2019

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.